CM – Guadeloupe : blocages et manifestations contre le passeport sanitaire

0

Après quatre jours de blocus de rues et d’entrées du CHU de Guadeloupe, parfois interrompus par des violences de manifestants qui s’opposent au carnet de santé et à la vaccination obligatoire pour les soignants, le gouvernement a donné le ton vendredi en envoyant 200 policiers et gendarmes en renfort. Les ministres de l’Outre-mer Sébastien Lecornu et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ont annoncé dans un communiqué commun leur présence « dans les prochains jours », qui « condamnent avec la plus grande détermination les violences qui s’y déroulent ». a eu lieu en Guadeloupe ces dernières heures. »

La mobilisation amorcée par un collectif d’organisations syndicales et citoyennes contre le passeport sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19 ne faiblit pas. Elle est désormais liée aux violences perpétrées par les émeutiers, notamment la nuit. Quatre immeubles de Pointe-à-Pitre avec de nombreuses maisons en bois sont partis en fumée dans la nuit de jeudi à vendredi, ont indiqué les pompiers à l’Agence France-Presse.

Seules les ambulances sont autorisées à circuler devant le CHU. Jeudi, un flot de pneus montés à l’aube par des manifestants, pour la plupart cagoulés, a été démonté à plusieurs reprises par la police, remonté par des manifestants et finalement incendié avant, selon un vidéaste de l’Agence France-Presse, que la circulation ait repris. Selon le procureur de la République Patrick Desjardin, un policier a été blessé jeudi. Les forces de sécurité ont procédé à plusieurs interpellations, dont un pompier transportant des pneus vers un barrage en feu sous contrôle judiciaire et un jeune homme qui doit être déféré vendredi devant le parquet pour détritus et foule.

Au CHU  » Les barrages routiers punissent sévèrement le personnel de tous les horizons. Il faut attendre que tout le monde soit là pour démarrer et attendre que la prochaine génération arrive pour passer à autre chose », explique à l’Agence France-Presse Anne-Gaëlle Pascale, responsable de santé au bloc opératoire du CHU. « Il y a des filtres à l’entrée, notamment pour les stagiaires, dont certains sont empêchés de passer. L’un d’eux a même été agressé par une personne masquée », a déclaré à l’Agence France-Presse Cédric Zolezzi, directeur adjoint de l’hôpital et regretté l’absence de « dialogues ».

La situation est encore plus complexe qu’avec le introduction de la vaccination obligatoire pour les infirmières depuis début novembre « nous avons un effectif réduit », se souvient Anne-Gaëlle Pascale. En chirurgie, il manque 50% de l’effectif majoritairement programmé, même si « ça repart doucement ».

Les équipes du CHU s’adaptent comme elles peuvent. Jeudi par exemple, « aucune chimiothérapie ne pouvait être administrée », explique Cédric Zolezzi. Et « chacun donne le sien : anesthésiste remplace infirmière anesthésiste, aide-soignant remplace brancard, suis dans plusieurs postes à la fois », précise Anne-Gaëlle Pascale. Côté éducation, la recteur de la région scientifique, Christine Goff-Ziegler, a condamné tous les actes de vandalisme et de B Des barrières routières « ou » l’accès aux établissements « dont les étudiants » sont les premières victimes ». Beaucoup d’entre eux ont été démantelés « par des riverains ou des automobilistes », témoigne Steve Salim, un entrepreneur spécialisé dans les courts détours agricoles qui sillonne l’île pour assurer la livraison de ses paniers de légumes et lui reproche « une grosse perte ». L’Union des entreprises-Medef a « fermement condamné les entraves à la libre circulation ». « Après des mois de mesures restrictives pour notre population et l’économie du pays, il est inacceptable de laisser prospérer cette spirale d’autodestruction », a critiqué l’association patronale dans un communiqué.

Liste des hôpitaux et cliniques, dossiers spéciaux , des conseils et astuces… Tous les mardis vous retrouverez notre sélection d’articles de notre rubrique santé.

Infirmières, hospitalières qui ne font pas confiance à la médecine, quelle grotesque hypocrisie !

Comment qualifier une telle cruauté ? Macron saura et osera tenir assez ferme face à ses hordes antédiluviennes montrant tant de bêtises, mais avec des actes de violence et de cruauté inacceptables pour les syndicalistes et les anti-Vaxen

Ils n’ont rien au Ciboulot, ces gens là…

Lire les articles de la rubrique santé,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

Le défi du vaccin anti-CovidCovid : le temps de la deuxième vagueCovid-19 : le fantôme de la deuxième vague

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Guadeloupe,Gendarmerie,Strike action,Guadeloupe, Gendarmerie, Strike action,,Covid-19,Maladie,Santé,,Guadeloupe,Passe sanitaire,Covid-19,Vaccin,,,,police,outre-mer,guadeloupe,obligation vaccinale,,,,Social-Virus-Police-Guadeloupe-Santé-Services-Manifestations-Sébastien Lecornu-Gérald Darmanin,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: