CM – Harkis : Un fonds de 300 millions d’euros va être créé prochainement

0

Chaque 25 septembre, depuis 2003, est célébrée la Journée nationale du vote aux Harkis, ces vétérans algériens qui ont été recrutés pour seconder l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Mais ce lundi 20 septembre, à sept mois de la présidentielle, Emmanuel Macron a décidé de prendre les devants en organisant une réception en l’honneur des deux, dont l’objectif est de « faire un nouveau pas » vers la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat dans la souffrances de ces anciens combattants.

Et selon les informations de l’Opinion, le Président de la République doit annoncer la création d’un fonds de réparations de 300 millions d’euros ainsi qu’un projet de loi dans lequel la nation reconnaît les dommages que ces Certaines personnes et leurs familles ont été rapatriées d’Algérie à la fin de la guerre. Environ 300 personnes ont été conviées à l’Élysée : des Harkis, devenus très vieux 60 ans après la fin du conflit, mais aussi leurs descendants, des conseils d’association et des personnalités.

Une personne proche du dossier se confie au quotidien que le chef de l’Etat veut « frapper très fort ». « La séquence du lundi a été préparée pendant des mois en toute discrétion par les conseillers élyséens, de Bruno Roger-Petit, conseiller mémoire, à Cécile Renault, qui est chargée du projet de mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie à l’Élysée », explique-t-elle. . La présentation du rapport Stora sur la mémoire de la colonisation française et de la guerre d’Algérie en janvier de l’année dernière aurait été l’un des éléments qui ont poussé la présidence à prendre ces mesures.

Car les représentants de cette communauté ont été réclamant depuis des années un texte juridique reconnaissant ce que ces ex-combattants ont vécu à la fin de la guerre d’indépendance et se rattrapant. En mai dernier, le président de la République a reçu plusieurs défenseurs de l’affaire lors d’une réunion au cours de laquelle le rapport Stora avait déjà été discuté. Avec le communiqué, le même déclare aux abords du dossier que « le chef de l’Etat a été très touché par ce qu’il a entendu ce jour-là au sujet de cette tragédie […] Il a donc souhaité que la France tourne la page quand [que] le. « La grande majorité des Français pense que cette communauté a été victime d’une profonde injustice de la république. »

À la fin de la guerre d’Algérie, certains des Harkis abandonnés de Paris ont été victimes de représailles en Algérie. Des dizaines de milliers d’autres, souvent accompagnés de femmes et d’enfants, ont été transférés en France, où ils ont été placés dans des « camps de transit et de reclassement » avec des conditions de vie indignes et traumatisantes prolongées. « L’histoire des Harkis est une histoire de Français et c’est l’histoire de Français ; Dans cette optique, il faut aborder ce nouveau chapitre », a déclaré la présidence.

Le texte de loi annoncé par Emmanuel Macron a pu être consulté par le quotidien. Il devrait comporter « la reconnaissance de la nation et la réparation des préjudices subis par les personnes rapatriées d’Algérie ayant un état civil de droit local et leurs familles en raison des conditions de leur admission sur le territoire français ». Si ce projet de loi est adopté, il permettra de fixer les conditions d’application du droit à réparation des Harkis et de leurs descendants. Selon le quotidien, dépendant de l’Office national des anciens combattants, une commission sera alors mise en place pour statuer sur les demandes d’indemnisation Une ambiguïté commémorative se dégage, tacite depuis soixante ans, et parfois même perçue comme un rejet par Harkis et autres qui sensible. La grande majorité de nos compatriotes estiment que la libération des Harkis, même si certaines figures du gouvernement se sont battues pour leurs droits, est une tache noire dans l’histoire de France », explique la même source élyséenne.

Lundi, Lors de la réception, le président Salah Abdelkrim, un représentant Harki qui a été blessé dans la bataille, doit prendre un fran L’officier français, le général François Meyer, qui a organisé le rapatriement de « plusieurs centaines de Harkis en désobéissant aux ordres », et une fille de Harki, Bornia Tarall., décorent, « une militante pour l’égalité des chances et la diversité ». Après diverses initiatives (sur Maurice Audin, l’ouverture des archives ou l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel…) Emmanuel Macron veut participer à deux journées du souvenir jusqu’à la fin de son quinquennat : la répression par les Français police d’une manifestation d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961 et de la signature des accords d’Evian le 18 mars 1962, qui ont codifié la défaite française en Algérie.

Et le timing de toutes ces annonces n’est certainement pas anodin. L’élection présidentielle d’avril 2022 se rapproche et avec elle la nécessité de séduire les électeurs potentiels. Les Harkis représentent un électorat qui recherche traditionnellement la droite et l’extrême droite. Mais cette fois, la majorité veut leur couper l’herbe sous le pied. Avec Opinion, la source élyséenne conclut : « C’est un enjeu politique majeur à sept mois d’une élection présidentielle où personne ne peut imaginer que le président Macron ne sera pas candidat. « 

Découvrez les informations de nos rédacteurs politiques tous les jeudis et obtenez un aperçu des points exclusifs.

@ablette à 10h46,
Le nombre de Harkis semble être encore plus exagéré que celui de
Combattants de la résistance 1945.
Cependant, beaucoup d’entre eux ont disparu du fait de la vieillesse et la France ne peut accepter d’enfants (soixante ans pour accéder à l’indépendance) et encore moins de petits-enfants et arrière-petits-enfants.
Mais Macron a besoin d’électeurs pour un éventuel second quinquennat et les bénéficiaires (y compris les célibataires) de la PMA remboursée ne suffiront pas à le faire élire… ;

Je ne suis pas contre cette allocation, mais je constate que l’Etat va très loin dans ses allocations, non pas pour des raisons humanitaires mais pour justifier ses coûts administratifs exorbitants.
La cavalerie est punissable, même lorsqu’il s’agit de fournir des rosiers.

1962-2022 ; 60 ans trop tard ; La campagne électorale de Macron rend malade

Lire les articles de la rubrique Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive
Résultats de la loi

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Keywords:

Harki,Emmanuel Macron,France,Algerian War,Élysée Palace,Algeria,Harki, Emmanuel Macron, France, Algerian War, Élysée Palace, Algeria,,Algérie,Emmanuel Macron,France,Afrique,Monde,Politique,,Harkis,France,Algérie,Guerre d’Algérie,Emmanuel Macron,,,Algérie,Emmanuel Macron,,France,Algérie,Emmanuel Macron,,Emmanuel Macron,Algérie,mémoire,la mémoire en mouvement,guerre d’algérie,harkis,,,,,Mémoire-Lois mémorielle-Harkis-Guerre-Guerre d’Algérie (1954-1962)-Benjamin Stora-Emmanuel Macron,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: