CM – [INTERVIEW] Laëtitia Milot : « Mon mari et ma mère n’en peuvent plus ! »

0

A 40 ans elle publie son troisième roman Sélia et prête ses longs métrages à Lucie, l’héroïne du téléfilm Bound for Life, adapté de son deuxième livre et diffusé le lundi 7 juin à 21h05 sur TF1. Un planning chargé qui ravira ce bourreau de travail.

Nous avons d’abord révisé le script plusieurs fois. TF1, Merlin Productions et moi étions sur la même longueur d’onde. Nous sommes devenus une grande équipe. Je leur ai fait confiance dans le choix des réalisateurs et des acteurs. Ils ont pris quelqu’un qui aimait et croyait en l’histoire. Souvent, une atmosphère agréable est créée dans les films, mais il y avait une magie incroyable. L’énergie que dégageaient les chevaux était merveilleuse. Vous avez créé un tout autour de vous. Je n’ai jamais vu ça auparavant. J’ai réalisé la chance que j’avais de faire ce film et de voir mon bébé prendre vie.

Je ne suis pas cavalier, j’ai dû faire deux balades en Camargue dans ma vie. J’ai dû apprendre à rouler, puis surmonter ma peur de la vitesse, et enfin rouler invalide. Je n’ai pas compté mes heures et je n’ai pas hésité. J’ai écrit ce livre en pensant à la fusion du cavalier. Je voulais la retrouver. Lorsque l’équipe m’a présenté Numi, le cheval qui joue du saphir, ils m’ont dit : « Il va passer ou il va casser. Le lendemain je suis arrivé avec un gros sac de carottes. Ils ont éclaté de rire. J’ai longuement parlé à Numi, puis je lui ai donné sa carotte. Alors on ne pouvait pas lâcher prise.

Je voulais donner de l’espoir avec l’histoire d’une femme qui se bat malgré tout. Ce qui lui arrive est tragique, mais elle trouve en elle la force d’aller de l’avant. Le handicap est un sujet qui me touche beaucoup. Je veux qu’on ressente cette force et le combat qu’elle a mené.

Vous essayez de la transmettre à votre fille (Lyana, 3 ans, ndlr) ?

Ah oui ! J’ai grandi avec mon parrain et ma marraine, qui étaient handicapés. Je l’aimais beaucoup. J’ai vu leur force et leur optimisme. Ils souriaient à des gens très, très aimants. Je les admirais énormément. Yannis (son ex-compagnon qui souffrait d’un cancer, ndlr) était également invalide avant sa mort. Il s’est aussi battu jusqu’au bout, avec le sourire. Ces trois personnes sont des exemples qui m’ont donné la force et la colère de me battre et d’avancer dans la vie.

Dans votre dernier roman, Sélia, vous pensez à la célébrité. Vous a-t-elle fait peur à un moment de votre carrière ?

Je n’ai jamais eu peur des fans. Je n’ai été agressé qu’une seule fois. C’est allé très loin, j’ai reçu des menaces de mort. Cette histoire m’a inspiré pour Sélia. Mais sinon j’ai une relation très saine et amicale avec le public, je suis très proche d’eux, je les aime et j’ai besoin d’eux. Cela me donne de la force. Depuis plus de dix ans, il m’a énormément soutenu dans mon combat pour avoir un enfant.

Je pense que je serais resté en contact avec la scène d’une manière ou d’une autre. Je serais professeur de théâtre, metteur en scène ou metteur en scène.

J’épuise mon univers. (Rires.) Mon mari et ma mère n’en peuvent plus ! Mais je ressens le besoin d’être actif tout le temps. J’aime faire bouger les choses, aller plus loin, prendre des risques… Je n’aime pas me reposer sur mes lauriers.

Vous gardez votre fille hors de la vie publique. Que vas-tu prévenir si elle veut suivre tes traces ?

En ce moment c’est trop petit donc la question ne se pose pas. Je la protège et continuerai de le faire tant qu’elle ne voudra pas apparaître sur les réseaux. Ce sera son choix. Je ne forcerai jamais ma fille à faire quoi que ce soit ou à aller contre sa volonté. J’espère qu’elle sera forte, peu importe la vie qu’elle choisira. Je le souhaite à tout le monde. Allez au bout de vos rêves !

Quel est votre secret avec Badri pour être toujours uni malgré les difficultés rencontrées ?

Dans notre couple, l’union fait la force. C’est insignifiant, bien sûr, mais cela signifie beaucoup de choses. Nous sommes restés solidaires face à l’endométriose, qui n’est pas une maladie facile. Tous les couples ont leurs difficultés. Et nous avons des hauts et des bas, comme tout le monde. Nous sommes un couple normal. Je n’ai de conseil à donner à personne. La communication est essentielle pour nous, mais nous nous disputons aussi sur des petites choses.

J’ai plein de livres en tête. (Rires) Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de souci pour l’imagination. J’ai tourné A te retrouver pour M6 avec Assaad Bouab et Le Squat pour France 3 avec Line Renaud, une comédie sociale qui fait du bien. Mes prochains tournages devraient avoir lieu après l’été.

« Chez Bound for Life, l’équipe technique était magique. On n’en parle pas assez. Malheureusement, nous avons récemment rencontré Morvan, Hervé et Milo dans un accident de voiture sur le tournage de 3. Qu’avons-nous fait à Dieu ?J’ai une tendre pensée pour vous et vos proches, ils étaient des gens formidables. Je pense aussi très fortement aux combats de Timothy. « 

Les informations recueillies par le biais de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique permettant à Reworld Media Magazines et/ou à ses partenaires et prestataires d’envoyer des bons plans et offres promotionnelles.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, veuillez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Keywords:

Laëtitia Milot,Laëtitia Milot,,Laëtitia Milot, Cristiana Reali, Antoine Duléry, Mario Luraschi, François Vincentelli, TF1, Liés pour la vie, Handicap, news tv, actualité tv, actu tv, tv actu, buzz tv, médias, quiz tv, programme tv, programme télé, news tele, news télé, news télévision, news television,,équitation,handicap,,Yakoi,programmes,Liés pour la vie,Tamara,Football,La Cage dorée,TF1,France 2,m6,Canal +,MyCanal,,,,Loisirs, célébrités, Actualité,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: