CM – INTERVIEW – Saint-Sylvestre, déménagement, politique… Les secrets de Stéphane Bern – Gala

0

Victoria Trébeau

|

10:02
– Aujourd’hui

à 10:02

– Mise à jour le mar. 28 décembre 2021 à 10h25

Deux événements à ne pas manquer. Fin 2021, Stéphane Bern travaille dur. Elue GG de l’année par les Grandes Gueules, la compagne de Yori Bailleres animera une exclusivité Laissez-vous guider le 28 septembre. Depuis le château de Chantilly, l’animatrice, pressée de quitter Paris, animera pour la deuxième fois consécutive la Grande Soirée du 31 à l’occasion de la Saint-Sylvestre. Héritage, famille royale, Charlène de Monaco et amour, Stéphane Bern fait à Gala.fr de rares confidences.

Gala.fr : France 3 lancera une nouvelle édition de Laissez-vous guider le 28 décembre. Comment voulez-vous nous surprendre ?

Stéphane Bern : Nous sommes à Arles, nous sommes à Nîmes et aussi à Lyon. Donner vie à des monuments, c’est fabuleux et c’est assez magique. C’est une soirée assez riche sur France 2 autour de la France gallo-romaine. Quant à l’histoire récente, c’est facile de faire revivre des monuments, des combats de chars et de faire revivre tous les monuments qui ont disparu, c’est beaucoup plus compliqué. Selon ceux qui ont déjà visionné la série, c’est le meilleur de tous les épisodes. C’est fort en images, en émotions, et c’est aussi pour tous les publics. Bien sûr nous parlerons d’Astérix et différencier mythe et réalité puis dans la deuxième partie nous visiterons le Musée Vercingétorix…

Stéphane Bern : En fait, Astérix fait partie de notre univers et de notre imaginaire collectif , tout le monde adore. En même temps on nous a peut-être menti sur ce qu’Uderzo et Goscinny disaient sur les Gaulois… D’ailleurs la fille d’Uderzo sera avec nous, ce sera assez émouvant.

Gala.fr : Ce sera La Grande Soirée du 31 sur France 2h du matin Organiser le 31 décembre depuis le Château de Chantilly, joyau du patrimoine français…

Stéphane Bern : Chaque année nous mettons en lumière un patrimoine qui a souffert pendant la pandémie. Chantilly est un peu méconnue : c’est la deuxième plus grande collection de peintures de France après le Louvre. C’est un lieu de fête, les Condés proposent des spectacles équestres extraordinaires. Le grand Condé a d’ailleurs dîné ici avec Wattel… On a commencé par ça l’année dernière à Versailles et on a pensé que c’était un peu comme Héritage faisait un show. Pour ces raisons aussi, j’adore ce spectacle, nous sommes dans un endroit où l’héritage est en train de changer. Vous verrez comment les artistes se présentent, ils s’habillent plus élégamment que d’habitude, et puis le lieu est signé par le feu d’artifice Ruggieri, un mapping extraordinaire, des éclairages éblouissants et les artistes sublimés sur cette scène voûtée de 25 m de haut, vous imaginez ? C’est un palace pour les chevaux, on s’en sert pour un spectacle festif pour finir l’année en beauté.

Stéphane Bern : Il y aura tout ce que j’aime : le Lido, le Moulin Rouge et le Paradis Latin, donc les grands cabarets parisiens . Il y a aussi le Cirque d’Hiver Bouglione et le Cirque Arlette Gruss. Ils font partie de la magie du 31 décembre et du temps des fêtes à mon avis, j’ai toujours adoré ça. Parmi les artistes il y aura la jeune génération : Julien Doré, Clara Luciani, Juliette Armanet, mais aussi Nolwenn Leroi, Zazz ou encore Tayc, qui a remporté la finale de Danse avec les stars. Il est absolument adorable. Et puis notre génération, Pascal Obispo, Corneille et quelqu’un de complètement différent avec Nicoletta, qui est de retour…

Gala.fr : Toi et ta compagne Yori quittez Paris pour Thiron in der Perche. Est-ce la vie dont vous rêviez après tant d’années à Paris ?

Stéphane Bern : C’est vrai. Je trouve cette vie à Paris stressante, la ville est devenue particulièrement compliquée pendant le temps passé en prison. Dans le Perche j’ai la chance d’avoir un jardin et mes animaux avec moi, les chiens sont libres, j’ai mes poules pondeuses et mes chèvres. Là, je suis plus proche de mes désirs les plus profonds et ils changent aussi avec le temps. A 20 ans, j’aimais la vie parisienne, les soirées mondaines, mais à 58 ans j’avoue que j’ai un peu fait le tour et les soirées mondaines n’ont pas le même goût. Maintenant, le bonheur se trouve plus dans le pré (rires). Nous reviendrons à Paris environ deux jours par semaine, mais tu reviens comme quelqu’un qui n’a plus de vrais attaches… J’essaye de me libérer de mes chaînes, c’est une nouvelle libération…

Stéphane Bern : Ah oui ! Et puis continuer à faire du sport, à avoir une alimentation équilibrée, à me battre pour la défense du patrimoine, y compris des batailles environnementales, c’est pourquoi je suis contre les éoliennes. Ils provoquent une augmentation des gaz à effet de serre et nous devons lutter contre le réchauffement climatique. C’est mon combat et je continuerai quel que soit le résultat de l’élection, je continuerai.

Gala.fr : Exactement au moment de l’évaluation. Surnommé Monsieur Héritage vous envisagez de poursuivre vos missions ?

Stéphane Bern : Qu’il y ait ou non un second mandat, les choses ne changent pas dans la mesure où la Française des Jeux a signé avec la Fondation du Patrimoine et l’Etat pour la poursuite du Loto du patrimoine. Je dois passer à autre chose, nous n’avons pas encore sauvé tous les monuments car nous sommes à 400 en ce moment. Mais il y a plus à sauver, ma mission prendra du temps jusqu’à ce qu’un président me dise « C’est bon merci d’être rentré à la maison ». Mais je vais aller de l’avant avec ma propre fondation pour aider l’héritage. Je ne pense pas que l’action se terminera avec l’un ou l’autre mandat présidentiel, mais le soutien d’Emmanuel Macron a fait de grands progrès dans la promotion de l’héritage. Parfois, en même temps à ses frontières, on voit Madame Barbara Pompili installer des éoliennes partout, sur terre ou en mer, et détruire le patrimoine, et je ne suis pas content de ça.

Gala.fr : Aussi, ne vous privez-vous pas de l’opportunité de vous engager en politique ?

Stéphane Bern : Je me suis toujours impliqué, au travers d’actions spécifiques pour le parc régional. Je vais continuer dans cette direction. Maintenant que j’ai moins de programmes, je ne m’interdis pas de me présenter un jour aux élections, pourquoi pas…

Gala.fr : Entre vos documentaires sur France 2, vos reportages sur Europe 1 et vos émissions. Pouvez-vous trouver de la place pour un nouveau projet en 2022 ?

Stéphane Bern : D’abord réécrire parce que ça me manque et ensuite lancer une plateforme numérique qui n’est pas une chaîne, mais pour imaginer le monde après, quand la télévision m’exige moins. Tout cela peut arriver, mais en ce moment il me reste encore quelques émissions : Secrets d’Histoire, Laissez-vous guider, Villages et Monuments préférés… J’ai assez de visibilité. Mais peut-être qu’à un moment donné, vous essayez de faire les choses par vous-même et de garder ce lien avec le public. Je ne m’interdis pas de remonter sur scène, je joue mon show You Shall Not Have the Last Say depuis quelques semaines. Alors pourquoi continuer…

Stéphane Bern : Je ne suis pas précisément à plaindre. Au contraire, je pense que le fait de pouvoir continuer à travailler nous ouvre les yeux sur ceux qui sont vraiment en difficulté. C’est compliqué, nous essayons de rendre les gens heureux et en même temps nous sommes conscients de notre position privilégiée. Je ne ferme pas les yeux sur ce qui m’entoure et nous essayons de nous joindre, d’aider, d’agir positivement. Encore une fois, regarder la télévision, la radio ou écrire ne consiste pas à sauver des vies ou à développer des vaccins, vous devez être un peu humble à propos de tout. Malgré tout, j’ai toujours l’impression d’avoir une vie assez heureuse en 2021, ne serait-ce que parce que je suis heureux dans ma vie, je suis amoureux, j’ai quelqu’un qui m’aime et que j’aime. Donc c’est toujours aussi merveilleux. Quand on est heureux, on veut que les autres le soient aussi et qu’on essaie de donner aux autres ce qu’on a.

Gala.fr : Justement, avec Yori Bailleries vous filerez le parfait amour. Vous nous avez récemment emmenés dans votre salle de bain, cela vous a-t-il redonné confiance en l’amour ?

Stéphane Bern : Vous pourriez dire oui ! Yori a aussi des fantasmes qui me font parfois peur, mais qui m’amusent beaucoup. Je n’ai pas pu résister à son idée, que j’ai trouvée très drôle, mais il n’y avait pas d’eau comme on pourrait le penser. Au moins j’aurai une photo de mon ancienne salle de bain (il rit). A la fin on se demandera si on a été aimé ou aimé, c’est tout ce qui compte. Le reste, tu sais, on ne part de rien, j’ai bien conscience de la finitude des choses et de la vanité, mais il ne restera pas grand-chose de tout ça sauf d’aimer et d’être aimé et d’avoir sauvé des monuments : le peut rester .

Gala.fr : Difficile de ne pas évoquer Charlène de Monaco, dont la reprise semble interminable. Peut-on espérer la revoir en 2022 ?

Stéphane Bern : On peut espérer que Charlène a connu une année très difficile avec de nombreux problèmes de santé. Comme beaucoup de gens qui ont vécu un tel traumatisme, elle a besoin de repos. Mais je ne pense pas que la vitesse soit importante, espérons qu’elle revienne le plus en forme possible pour remplir ses fonctions d’épouse du chef de l’Etat et de mère. Les enfants en ont besoin, et j’ai aussi été très touchée par les signes : Maman on t’aime, tu nous manques maman. Je suis en contact régulier avec le prince, il a besoin de sa femme à ses côtés, il l’aime beaucoup et s’occupe très bien de ses enfants. C’est un homme très courageux avec une grande force morale et de caractère face à cette épreuve. Cela ne m’étonne pas, il a toujours eu la capacité d’aborder les problèmes de front.

Gala.fr : La santé de la Reine est aussi préoccupante, elle délègue progressivement ses missions à son fils Charles…

Stéphane Berne : Avant tout, elle devait obéir à ses médecins, mais elle se sentait très en forme. Oui, ils lui ont demandé de ne pas aller le jour du Souvenir si elle le voulait, il en va de même pour la COP 26. C’est une monarchie à deux et même trois visages car Charles et William assument de nombreux rôles. Le noyau s’est resserré, la reine a des rôles de représentante, elle signe toujours les lois. Mais ce sont Charles et William qui voyagent. Je pense qu’elle veut être aussi en forme que possible pour son anniversaire de platine, qui commence en février et culmine en juin. Souhaitons et souhaitons donc que l’Angleterre célèbre cet événement, car les occasions de se réjouir sont rares ces jours-ci. De plus, je vois que le règne de 50 ans de la reine du Danemark pourrait être annulé en raison de la pandémie de janvier. Il faut espérer que les Anglais pourront se réunir au plus tard en juin pour célébrer dignement leur reine, qu’elle mérite pour ses 96 ans et ses 70 ans sur le trône.

Stéphane Bern : Elle ne baissera pas les bras . Elle a dit un jour que c’était un métier pour la vie, donc même si ses compétences se détériorent, elle mourra reine. Elle délègue, mais reste son modèle de reine Victoria, elle ne lâche jamais la rampe. L’abdication est un mot plutôt tabou : il va jusqu’à la fin de sa vie. C’est une vie de service, un sacerdoce comme un prêtre : vous servez jusqu’à la fin de votre vie. Je pense que c’est bien pendant cette période où les gens sont à proximité immédiate. Elle incarne la continuité et quelque chose d’intemporel et c’est bon pour l’entreprise. On change tellement bien tous les cinq ans…

Stéphane Bern : Pour rendre justice à l’affection du public. C’est une responsabilité que les gens vous félicitent et vous mettent dans leurs animateurs préférés afin que vous deviez être à la hauteur de l’appréciation qu’ils ont pour vous. Vous savez, il n’y a pas de quoi avoir honte, vous devez faire des choses dignes et de qualité. Ce n’est pas un effort pour moi, j’ai été assez bien élevé (rires). Et puis bien sûr on veut toujours être heureux et cette phrase de Voltaire me vient à l’esprit… Alors j’essaye d’être heureux et de faire en sorte que les autres le soient…

Interview de Noël par Stéphane Bern : « Je passe les vacances avec mon proche »

EXCLU – Stéphane Bern : « Albert von Monaco a besoin de Charlene à ses côtés »

Stéphane Bern, pressé de quitter Paris, vend ses meubles aux enchères pour restaurer sa nouvelle maison

PHOTO – Stéphane Bern et sa compagne Yori complices dans leur salle de bain : des internautes séduits

Jean-Marie Bigard écarté des Grosses Têtes : Laurent Ruquier révèle la raison exacte

Elizabeth II : sa très remarquable petite dédicace à Lilibet Diana

Christine Bravo révoltée : l’étonnante raison du refus de paiement de sa retraite

« Maddie McCann pourrait toujours être en vie »: de nouvelles informations de Scotland Yard

PHOTOS – Laeticia Hallyday, Jazmin Grimaldi, Élodie Gossuin… La Fête de Noël des Stars

mardi 20 octobre 2020

jeu 17 mai 2018

sam. 01 septembre 2018

jeudi 23 décembre 2021

lun. 21 octobre 2019

lun 15 mars 2021

Jeudi 2 décembre 2010

lun. 19 avril 2010

lun 02 décembre 2013

lun. 05 novembre 2018

Page d’accueil

Keywords:

Stéphane Bern,Lorànt Deutsch,France 2,Gallo-Roman culture,Stéphane Bern, Lorànt Deutsch, France 2, Gallo-Roman culture,,Stéphane Bern, Lorànt Deutsch, France 2, Laissez-vous guider, news tv, actualité tv, actu tv, tv actu, buzz tv, médias, quiz tv, programme tv, programme télé, news tele, news télé, news télévision, news television,,france 2,gaule,lugdunum,lyon,rome histoire,actualité,,,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: