CM – Justin Trudeau sous le feu de l’« injustice » québécoise : « C’est colonial !

0

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Cela peut inclure des publicités de notre part et de celles de tiers en fonction de notre compréhension. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Plus d’informations

M. Trudeau a remporté un troisième mandat en tant que Premier ministre du Canada, selon le décompte des voix. Il a convoqué des élections anticipées le mois dernier, confiant que son bilan en matière de gestion de l’épidémie de coronavirus dans le pays le pousserait à franchir la ligne. Alors que le Parti libéral a remporté la plupart des voix, il a déclaré qu’il avait désormais un « mandat clair » pour aider le pays à traverser sa crise sanitaire.

Il s’empare de 157 sièges mais manque 13 des 170 nécessaires pour obtenir la majorité à la Chambre des communes.

Cela signifie que M. Trudeau, 49 ans, aura un deuxième gouvernement minoritaire consécutif et devra compter sur d’autres partis pour gouverner.

D’autres partis l’ont suivi, dont le Bloc Québécois, basé au Québec, qui a perdu trois sièges à 28.

C’est un parti fédéral qui souhaite, entre autres, sortir le Québec du Canada et en faire un État indépendant.

Le Bloc Québécois et d’autres grands partis indépendantistes du Québec comme le Parti Québécois ont longtemps travaillé en étroite collaboration sur la question de l’indépendance et ont critiqué M. Trudeau pour ce qu’ils considèrent comme le premier ministre canadien ayant une emprise « coloniale » sur l’État francophone.

Malgré sa victoire, il sera presque certainement confronté à l’opposition répétée du chef du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon.

Dans sa première interview avec un journal britannique ou européen plus tôt cette année, il a déclaré à Express.co.uk que M. Trudeau continuait de commettre des « injustices » contre la population francophone.

Mais les Québécois ont déjà eu deux votes sur l’indépendance : en 1980, le « non » a remporté une large majorité, mais seulement 15 ans plus tard, il a réussi à combler cet écart et a raté le « oui » d’un point de pourcentage.

Mais malgré cela, M. St-Pierre Plamondon continue de demander à M. Trudeau de donner au Québec le pouvoir de lever un vote.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le Québec voulait l’indépendance après avoir échoué à deux reprises, il a répondu : « Il y a un argument historique en faveur de la justice.

« Les Canadiens français tout au long de leur histoire ont souffert du colonialisme, ils en souffrent toujours, et c’est la même chose pour les peuples des Premières Nations au Canada.

« Il est très difficile d’accepter qu’en 2021 nous ne soyons pas encore sous le moule de la démocratie.

« C’est du colonialisme et il devrait être mis à la poubelle; le colonialisme devrait être éradiqué de nos vies car il a des conséquences. »

Il a noté que le chef d’État du Canada est la reine Elizabeth II, car le pays est un royaume du Commonwealth.

M. Trudeau et la reine sont connus pour partager de bonnes relations, le Premier ministre ayant rencontré le monarque pour la première fois lorsqu’il était enfant en 1977, lorsque son père occupait le poste.

Ici, la reine a fait remarquer : « Très agréable de vous revoir, dans des circonstances assez différentes, n’est-ce pas ? »

M. Trudeau a répondu: « Je dirai que vous étiez beaucoup plus grand que moi la dernière fois que nous nous sommes rencontrés. »

Il a ensuite prononcé un discours à la Maison du Canada sur Trafalgar Square et a souligné le rôle « important » que la reine avait joué dans l’histoire du Canada.

Frexit appelle à la hausse alors que les États-Unis exhortent l’UE à surdimensionner après l’humiliation des sous-marins [REPORT]Éruption du volcan La Palma EN DIRECT : deuxième tremblement de terre – de la lave dans les maisons [INSIGHT] Justin Trudeau a laissé le visage rouge après l’échec du pari de prise de pouvoir [ANALYSE]

Alors que M. St-Pierre Plamondon recule devant les « injustices », la population anglophone du Québec a subi des contrecoups ces dernières années.

En 2019, l’État a refusé le statut d’immigrant à une citoyenne française parce qu’elle n’était pas en mesure de démontrer une maîtrise suffisante de la langue française.

Le Québec a rejeté la candidature d’Emilie Dubois parce qu’une partie de sa thèse universitaire était en anglais, selon la BBC.

En 2013, lorsque le Parti Québécois est arrivé au pouvoir, il a fait adopter de nouvelles lois au parlement provincial qui cherchaient à réduire davantage l’utilisation de l’anglais dans les écoles, les hôpitaux et les magasins.

L’État a même sa propre « police des langues » avec des inspecteurs de L’Office québécois de la langue française appliquant la règle selon laquelle le lettrage des signes français doit être trois fois plus gros que celui des autres langues.

Alors que les Québécois français ont et éprouvent encore des difficultés, beaucoup notent que les peuples des Premières Nations – dont les terres ont été prises à partir de là par les colons français et britanniques – continuent de faire face à de nombreux conflits.

Au cours des 30 dernières années, 4 000 femmes et filles autochtones auraient été tuées ou portées disparues au Canada, bien qu’il soit peu probable que le nombre réel soit connu.

Cela s’ajoute aux 60 pour cent de communautés autochtones qui sont mortes dans les années suivant l’arrivée des colons européens, selon une étude de 2016.

Récemment, des centaines de corps d’enfants autochtones ont été retrouvés à travers le Canada sur le terrain des prétendus « pensionnats indiens », désormais fermés, qui cherchaient à détruire les cultures des sociétés autochtones en intégrant les enfants autochtones dans un mode de vie occidental.

Entre-temps, à la suite de sa victoire, M. Trudeau a remercié ses partisans et promis de travailler avec tous les partis pour le bien des Canadiens.

Il a déclaré: « Vous nous renvoyez au travail avec un mandat clair pour aider le Canada à traverser cette pandémie et vers les jours meilleurs à venir.

Consultez les premières et dernières pages d’aujourd’hui, téléchargez le journal, commandez les anciens numéros et utilisez les archives historiques du journal Daily Express.

Keywords:

Bloc Québécois,Quebec,Liberal Party of Canada,Yves-François Blanchet,Canada,Canadian federal election, 2019,Bloc Québécois, Quebec, Liberal Party of Canada, Yves-François Blanchet, Canada, Canadian federal election, 2019,,canada election,Bill 21,Bloc Quebecois,BQ election,Canada election 2021,canada election explained,Canada election results,election 2021,election in Canada,Federal Election,Federal election Canada,Quebec election results,quebec results,Quebec separatism,Yves-Francois Blanchet,Canada,Politics,,headlines,politics,world,justin trudeau latest,canada election,quebec,injustice,colonial,canada prime minister,liberal party,house of commons,bloc quebecois,parti quebecois,colonialism,paul st pierre plamondon,french canadians,the queen,canada house,spt,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: