CM – La famille de Brigitte Ligney poursuit ses recherches auprès des Réunionnais

0

LINFO.RE – créé le 2 août 2021 à 20h35 – mis à jour le 3 août 2021 à 6h17 –
Stéphane Pierrard

Alerte moi! sur « volcan »

.glyphicon-ok : avant {
Affichage : pas important ;
}
.nécessaire{
Couleur : # b62c34 ;
}

Brigitte Ligney randonne avec son mari depuis une semaine, le 26 juillet dernier, nulle part ne reste debout. La zone de fouille à proximité du Piton de Bert a été longuement perquisitionnée par les gendarmes. Les proches des disparus avec l’aide de randonneurs, agriculteurs, traileurs, guides dans la basse montagne de La Réunion… continuent les recherches.

Les photos de gendarmes qui déambulent hors de la route dans le secteur de ​​Piton de Bert et de Vent et pluie sont déséquilibrés, témoignent de la difficulté de la recherche. Vendredi 60 militaires du PGHM des compagnies Saint-Pierre, Saint-Benoît et Saint-Paul en gilet jaune avec l’inscription Gendarmerie ont participé à la recherche de Brigitte Ligney, portée disparue depuis le 26 juillet.

Têtes sous leurs capuches, mains gantées, cous protégés par leurs pulls, les gendarmes tentent de se protéger du froid. « Quelqu’un en bermuda. On a du mal à imaginer qu’il a traversé une végétation très dense, a expliqué à notre micro, le général Pierre Poty, commandant de la gendarmerie réunionnaise. La difficulté est de savoir où aller ». Les recherches ont porté sur le Piton de Bert, le Tremblet et la Basse Vallée.

En plus des recherches au sol, des hélicoptères de la Gendarmerie Air Section ont survolé la zone ainsi que des drones contrôlés par des militaires de la Brigade de Gendarmerie de Transport Aérien. Un soutien logistique est également assuré par la SOLC (section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces). Malheureusement, les recherches de ces derniers jours ont fait long feu. Les rafales de vent jusqu’à 80 km/h, la pluie, le brouillard ont rendu la tâche difficile.

Le 26 juillet Brigitte Ligney, maire de La Chenalotte (Doubs) depuis 2014, est partie avec Lucien, son mari de Basse-Vallée à Saint-Philipe. Lors de la randonnée, elle était en tête devant Lucien. Il est resté indétectable depuis lors. Elle a été vue pour la dernière fois lundi dernier à 16h30 dans le Piton de Bert.

Sa disparition a provoqué de grandes émotions dans la ville de 476 habitants. Une page sur le site Web de la ville suit les progrès de la recherche au jour le jour. « Comme tous les habitants, les membres du conseil municipal sont abasourdis par la disparition du maire et soutiennent pleinement Lucien et ses enfants », peut-on lire sur le site Internet dédié à leur disparition.

Plus récemment, la gendarmerie a lancé un appel à témoins dans lequel il a été précisé que Brigitte Ligney porte « un tee-shirt jaune à manches courtes de la marque CRAFT, une veste à capuche grise, un bermuda marron/orange, des chaussures de randonnée turquoise et de la marque Millet ». et « un petit sac à dos jaune ».

Vendredi dernier, des proches de la touriste disparue sont arrivés sur l’île, dont ses trois fils. Ils rencontrent quotidiennement des randonneurs et des traileurs réunionnais habitués à ces sentiers et connaissant la région. Répartis en petits groupes, ils explorent la zone de recherche à la recherche du moindre indice. « Les conditions sont moins rudes que les premiers jours. Il n’a pas plu, mais il y a encore beaucoup de brouillard. On ne voit pas à plus de 100 mètres. Ce n’est pas facile », explique Léa Gazolli, partenaire de Brigitte Les fils de Ligney.

Les recherches de lundi ont été menées avec l’aide d’agriculteurs, de traileurs, de randonneurs, d’accompagnateurs de basse montagne et d’accompagnateurs en montagne. Des gendarmes du PGHM ont également participé à la perquisition. Les drones pouvaient parfois voler avant que le temps ne joue les trouble-fêtes. La solidarité réunionnaise prend le dessus, même si les chances de retrouver Brigitte Ligney diminuent de jour en jour.

« Il y a une volonté forte. Mais le domaine de recherche est immense, de la Plaine des Sables au Nez Coupé. Nous ne sommes pas des professionnels de la recherche. Le PGHM nous donne de précieux conseils. Nous pouvons. Courir 30 mètres puis se perdre, c’est compliqué, raconte Marion Millot, l’amie d’un des fils du disparu. Nous ne sommes pas assez. Il faudrait être 200-300 pour passer au peigne fin. « 

Seine-Saint-Denis : un an de prison et 10 000 euros d’amende pour trafic de fausses cartes de vaccination

Covid-19 / OMS : Le bilan de la pandémie pourrait être 2 à 3 fois plus élevé que les chiffres officiels

Copyright © 2021 Antenne Reunion Télévision – Tous droits réservés – Mentions légales – Protection des données – CGU Vos Infos – Gestion des publicités – Plan du site – Archive

Keywords:

Réunion,La Chenalotte,Doubs,Réunion, La Chenalotte, Doubs,,,,,Actualité de La Réunion, Actualités Réunion, Volcan, Disparition, Brigitte Ligney, Touriste, recherches ,,,,Disparition,Maires de France,Solidarité,tourisme,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: