CM – La fusée Atlas V lance le prototype de communications laser de la NASA et les expériences de la Force spatiale en orbite

0

CAP CANAVERAL, Floride – Une fusée Atlas V a illuminé le ciel avant l’aube au-dessus de la Floride mardi matin (7 décembre) pour lancer un nouveau satellite de communications spatiales laser de la NASA en orbite aux côtés d’une foule d’autres charges utiles pour l’US Space Force.

La fusée Atlas V à deux étages a décollé du complexe de lancement spatial 41 ici à la station spatiale de Cap Canaveral à 5 ​​h 19 HNE (10 h 19 GMT), dans le cadre d’une mission appelée STP-3 (Space Test Program-3). Le décollage réussi a eu lieu plus d’une heure après l’heure de lancement prévue de la mission en raison de vents élevés en altitude et après des jours de retard en raison d’une fuite de carburant sur la rampe de lancement.

L’Atlas V de United Launch Alliance s’est envolé en orbite à l’aide de cinq propulseurs à poudre. Les spectateurs ont eu droit à des vues éblouissantes de la fusée alors qu’elle traversait l’atmosphère.

L’Atlas V de 59,7 mètres de haut a été lancé dans sa configuration la plus lourde : le 551. Cela signifie que la fusée était propulsée par cinq moteurs à fusée solide, un étage supérieur Centaur monomoteur et sa charge utile est niché à l’intérieur d’un carénage de 16,4 pieds de large (5 m).

Cette version de l’Atlas V a maintenant volé une douzaine de fois au fil des ans, transportant une variété de charges utiles, notamment les rovers Curiosity et Perseverance Mars de la NASA, ainsi qu’une multitude de satellites pour le ministère de la Défense, et plus encore.

Le vol de mardi marque le 90e vol d’une fusée Atlas V depuis la formation de l’ULA en 2002. (La société est une coentreprise entre Lockheed Martin et Boeing.) Il marque également le 672e vol global d’une fusée de la famille Atlas depuis ses débuts dans le années 1950.

À l’intérieur du carénage de la charge utile se trouvent deux satellites, chacun contenant une multitude de prototypes et d’expériences technologiques qui seront testés en orbite. Parrainé par le programme d’essais spatiaux de l’armée américaine – un département dédié à la supervision des activités spatiales du ministère de la Défense – la plupart des charges utiles à bord sont classifiées, mais elles reposent sur une nouvelle plate-forme conçue pour les vols de longue durée. Connu sous le nom de LDPE-1 (abréviation de Long Duration Propulsive Evolved Expendable Launch Vehicle Secondary Payload Adapter 1), le véhicule est conçu pour accueillir des charges utiles en orbite jusqu’à trois ans.

Nous connaissons quelques détails sur certaines des autres charges utiles à bord, y compris une nouvelle charge utile de communication laser pour la NASA.

Appelé Laser Communications Relay Demonstration (LCRD), le satellite expérimental aidera la NASA à transmettre des données à travers l’espace alors que l’agence prévoit de retourner sur la lune dans les prochaines années. Actuellement, l’agence s’appuie sur des méthodes de communication qui reposent sur des fréquences radio, mais les lasers sont nettement plus efficaces, ont déclaré des responsables de l’agence.

L’expérience se déroule sur le satellite STPSat-6, qui comprend également le satellite NASA-U.S. Naval Research Laboratory Mission Spectro-Coronagraphe Ultraviolet pour étudier l’origine des particules solaires du soleil.

« Cela change la donne pour l’exploration et la science », a déclaré Glenn Jackson, chef de projet de la NASA pour la mission LCRD. « [Communications optiques] pour réduire le poids des systèmes de communication, diminuer la consommation d’énergie et nous obtenons 10 à 100 fois plus de capacité de bande passante. Cela change énormément la donne pour les personnes qui planifient des missions et se préparent pour une présence sur la Lune et l’exploration de Mars. « 

À bord se trouve également une charge utile pour la National Nuclear Security Administration conçue pour détecter les détonations nucléaires depuis l’espace, ainsi qu’un nouveau type de système de propulsion spatial qui sera testé en orbite.

Le vol de mardi matin devait mettre l’Atlas V à l’épreuve car il devrait établir un record d’endurance pour le lanceur. Les deux satellites à bord seront déposés sur une orbite géosynchrone naviguant à environ 22 000 milles au-dessus de l’équateur.

À cette fin, l’étage supérieur Centaur de l’Atlas V (qui est propulsé par un moteur Aerojet Rocketdyne RL10) mettra six heures et demie pour effectuer trois brûlages afin d’atteindre l’orbite cible.

« Il s’agit d’une insertion orbitale très complexe qui nécessite trois brûlures Centaur et une navigation précise, une capacité unique à l’Atlas V », a déclaré Gary Wentz, vice-président des programmes gouvernementaux et commerciaux de l’ULA dans un communiqué. « C’est notre mission la plus longue à ce jour à sept heures et 10 minutes jusqu’à la séparation finale du vaisseau spatial. »

En règle générale, les satellites qui se dirigent vers une orbite similaire sont largués sur une orbite de transfert de forme ovale et se déplacent vers leur orbite finale. Le lancement d’aujourd’hui établira un record pour l’Atlas V et son étage supérieur Centaur alors qu’il repousse les limites des capacités de Centaur.

Le premier étage de la fusée, qui comprend un moteur RD-180 au kérosène, fournira la majorité de la poussée en plus des cinq boosters. Ensemble, ils fourniront une poussée de 2,6 millions de livres pour faire décoller l’Atlas.

Le vol comprend également trois nouvelles mises à niveau de la fusée Atlas V – de nouveaux carénages de charge utile, un système d’alimentation en vol et un système de navigation GPS amélioré – qui seront testés avant de voler sur la prochaine fusée Vulcan Centaur. (Le lanceur de nouvelle génération devrait commencer à voler l’année prochaine et remplacera l’Atlas V.)

ULA espère qu’en testant ces nouvelles fonctionnalités sur Atlas, ils verront leurs performances en vol et auront une meilleure compréhension du matériel avant qu’il ne fasse ses débuts sur une toute nouvelle fusée.

— Atlas V : fusée fiable et flexible
— United Launch Alliance retarde le lancement de la fusée Atlas V pour l’US Space Force
— Qu’est-ce que l’US Space Force ?

Le lancement de mardi fait suite au 27e lancement de fusée de SpaceX de l’année, qui a décollé d’une plateforme adjacente jeudi soir (2 décembre) et a mis en orbite 50 satellites, dont 48 des propres satellites Internet Starlink de la société.

C’est également le premier d’un programme double de lancement tôt le matin ici sur la Space Coast. Jeudi matin (9 décembre), un peu moins de 48 heures après le lancement de l’Atlas V, une autre fusée SpaceX Falcon 9 s’envolera, emportant cette fois avec elle un observatoire spatial pour la NASA.

Cette mission lancera jeudi l’Explorateur de polarimétrie à rayons X d’imagerie (IXPE) de la NASA à 01h00 HNE (06h00 GMT) pour aider les astronomes à mieux comprendre la polarisation de la lumière cosmique et les rayons X produits par les trous noirs et les étoiles à neutrons.

En plus de ces lancements, l’agence spatiale russe Roscosmos lancera deux touristes spatiaux japonais (le milliardaire Yusaku Maezawa et son producteur vidéo Yozo Hirano) vers la Station spatiale internationale avec le cosmonaute Alexander Misurkin pour un vol spatial de 12 jours. Cette mission décolle mercredi (8 décembre) du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

La mission de tourisme spatial New Shepard NS-19 de Blue Origin sera également lancée cette semaine, qui transportera six personnes – dont l’hôte de Good Morning America Michael Strahan et Laura Shepard Churchley, la fille aînée du premier Américain dans l’espace Alan Shepard – lors d’un court voyage espacer. Cette mission sera lancée jeudi depuis le site de lancement de Blue Origin près de Van Horn, au Texas.

Rejoignez nos forums spatiaux pour continuer à parler d’espace sur les dernières missions, le ciel nocturne et plus encore ! Et si vous avez une astuce, une correction ou un commentaire, faites-le nous savoir à : [email protected]

Space fait partie de Future US Inc, un groupe de médias international et un éditeur numérique de premier plan. Visitez notre site corporatif.

Keywords:

United Launch Alliance,Atlas V,NASA,Astra,Rocket,Cape Canaveral Air Force Station,United States Space Force,United Launch Alliance, Atlas V, NASA, Astra, Rocket, Cape Canaveral Air Force Station, United States Space Force,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: