CM – Le GIGN et le raid envoyé en Guadeloupe après une nuit de violence

0

Les blocages ont repris samedi 20 novembre 2021 en Guadeloupe après une nouvelle nuit de pillages et de tirs au cours desquels policiers et gendarmes ont été visés par des coups de feu et une personne a été légèrement blessée, malgré le couvre-feu qui a été imposé compte tenu de la dégradation des conditions de vie. la mobilisation des cartes anti-santé.

A l’issue d’une réunion de crise en fin de journée à Paris, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l’envoi d’une cinquantaine de membres de l’élite du GIGN et des troupes de raid sur l’île, tandis que son collègue Sébastien Lecornu, chargé de l’outre-mer, a annoncé lundi soir une rencontre autour du Premier ministre Jean Castex avec les parlementaires et le président des Assemblées de Guadeloupe ainsi qu’avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

Avec @ SebLecornu nous avons une cellule de crise compilée sur la situation en #Guadeloupe. Nous condamnons les violences en Guadeloupe à propos du différend sur les règlements sanitaires et nous soutenons pleinement la police. 31 personnes ont déjà été arrêtées. pic.twitter.com/ttPvmsTZs1

Le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, a appelé à « l’apaisement » pour sa part. « Il faut trouver la paix, il faut éviter l’incendie », a-t-il ajouté sur BFM. Dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’un couvre-feu était imposé entre 6h et 5h du matin, les pharmacies et les magasins de téléphonie étaient principalement visés. Selon le ministère de l’Intérieur, 29 interpellations ont été effectuées.

« La nuit a été très mouvementée », a déclaré à l’Agence France-Presse une source policière, faisant état de « tir à balles réelles sur un véhicule de police » à Gosier et « sur des gendarmes mobiles » à Pointe-à-clown. Globalement, selon la même source, la police déplore « l’usage des armes à feu par la police dans quatre secteurs différents ». « Une troupe a reçu une pierre au visage » et a été légèrement blessée, selon la même source. Plusieurs véhicules ont été endommagés.

Une centaine de policiers et 80 gendarmes étaient sur l’île hier soir. Des policiers ont notamment été confrontés à une tentative d’effraction dans le dortoir universitaire de Pointe-à-Pitre et à « une vingtaine de pillages ou tentatives de vols » dans des commerces de Pointe-à-Pitre et Gosier : bijouterie, PMU, banques, centres commerciaux. .. Dans la nuit à Saint-François « les gendarmes qui ont quitté la brigade ont été menacés de balles enflammées » sans aucun blessé.

Les pompiers sont intervenus dans deux magasins de téléphonie lors d’incendies à Petit-Bourg, qui ont également été pillés. Dans le même secteur, selon une source au sein de la gendarmerie, « une armurerie a été cambriolée ». Dans le sud de la Basse-Terre, selon une autre source, la situation dans les rues était plus calme malgré quelques barrages routiers : les gendarmes ». Samedi matin pourtant, les axes principaux restaient bloqués et de nouveaux barrages étaient construits.

La mobilisation contre le passeport sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19, initiée il y a cinq jours par un collectif syndical et civique organisations, est maintenant menée avec violence émeutiers jumelés. Après une nuit particulièrement violente de jeudi à vendredi, les écoles sont restées fermées vendredi et les opérations ont ralenti en raison de nombreux barrages routiers. Seules les ambulances sont autorisées à entrer dans le CHU. Dans un communiqué diffusé vendredi matin, la directrice générale de l’Autorité régionale de santé (ARS), Valérie Denux, a condamné « la menace sur la vie de la Guadeloupe et de la Guadeloupe et l’agression contre les soignants » et a qualifié la situation d' »incompréhensible, alors que il y a actuellement près de 90 % des soignants sur le territoire obéissant à la loi  » les obligeant à se faire vacciner.

Au 16 novembre, selon l’ARS, 46,4 % des personnes de plus de 18 ans en Guadeloupe avaient reçu au moins une injection, tandis que Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu « ont condamné les violences » et « ont apporté tout leur soutien à la police », a déclaré samedi la candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo sur TF1, appelant à un « dialogue » sur les violences comme « insupportables ». sur eux Entendre la colère de nos compatriotes de Guadeloupe », a argué Marine Le Pen lorsque Jean-Luc Mélenchon a accusé Emmanuel Macron de« la situation laisser dégénérer en une « logique de décadence et de diabolisation » », a demandé au gouvernement d’ouvrir des « négociations ».

Si la même situation se produit dans nos « zones désertes », comment cela se passera-t-il ? J’ai peur de l’avenir qui hélas approche très vite !

Qui, contrairement aux métropolitains émasculés, ont compris l’enjeu.

Mon manque total de confiance en la santé publique française, et particulièrement américaine, ne m’a pas empêché de me faire vacciner. La vie, c’est prendre des risques, on traite les petits comme les battements du cœur sans y penser, mais les réactions des gens semblent mystérieuses.
Plus vous êtes pauvre, moins vous prenez de risques (bien sûr si vous n’avez plus rien à perdre vous pouvez prendre tous les risques, mais qui n’a vraiment plus rien à perdre ?) Les plus hostiles aux droits de succession sont les électeurs communistes : paradoxe ? Non : moins on en a, plus on se soucie du peu qu’on a.
Qui était la variole au XVIIIe siècle ? (Ancêtre de la vaccination) : les grands de ce monde. On sait prendre des risques quand on n’a pas peur de la pauvreté. Ce n’est pas une question d’intelligence, c’est une question de pression de peur, mais dans le cas de nos départements et territoires d’outre-mer, les vieux mensonges d’État sont aussi une cause majeure : les chats ébouillantés ont peur de l’eau froide.
La population est beaucoup plus jeune et bien consciente qu’elle n’est pas à risque face au Covid et elle est évidemment prête à défier les autorités à bien des niveaux autre que sanitaire, mais il y a des causes locales qui expliquent très bien le refus du vaccin là-bas, conjuguées aux erreurs commises. par le service de santé publique là-bas pour soigner des maladies qui n’existent pas dans notre pays et dont nous n’avons pas encore entendu parler, mais que nous connaissons.
Je tiens à préciser que les grands laboratoires m’ont sauvé la vie dans le passé avec des traitements contre le VIH, ce ne sont pas les scientifiques qui sont impliqués, mais ceux qui les contrôlent désormais avec le soutien de Jaune à leur solde.
De façon provocatrice, j’ajoute que le Brésil aujourd’hui est un des pays où il n’y a presque plus de Covid, le Brésil (tous les coups semblent permis comme cette affreuse campagne contre Raoult qui touche à sa fin, au contraire, ce sera très mauvais quand on examinera plus tard la médecine américaine.
250 décès par jour en Allemagne.

Lire les articles de la rubrique Entreprise,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Guadeloupe,Gérald Darmanin,GIGN,Sébastien Lecornu,RAID,Guadeloupe, Gérald Darmanin, GIGN, Sébastien Lecornu, RAID,,Antilles, anti-passe, Guadeloupe, Actualité, actualité France, société, actualité société, société française, éducation, actualité éducation, actualité justice, justice, faits divers, sécurité, actualité sécurité, immigration, violence, polémique,,,,Covid-19,Santé,Maladie,,,,,Manifestations-Violences-Pass sanitaire-Covid-19-Violences et insécurités urbaines-Anne Hidaldo-Sébastien Lecornu-Gérald Darmanin-Ministère de l’Intérieur,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: