CM – Le réalisateur protégé parle d’équilibrer l’action avec l’humour dans le nouveau film d’assassin

0

Le cinéaste Martin Campbell a la particularité d’avoir mis au monde deux acteurs différents de James Bond, d’avoir présenté au public la vision de Pierce Brosnan sur le personnage avec GoldenEye et l’interprétation de Daniel Craig dans Casino Royale, mais avec son dernier film, Le Protégé, il apporte entièrement matériel original à la vie, bien qu’il ne lésine sûrement pas sur l’incarnation du style de signature que les fans attendent avec impatience. Avec une distribution mettant en vedette Maggie Q, Michael Keaton et Samuel L. Jackson, le public se voit offrir des personnages tout aussi explosifs que n’importe quelle action, obligeant Campbell à trouver un mélange spécifique d’humour et d’intensité pour créer une expérience unique. Le Protégé sort en salles le 20 août.

Sauvée enfant par le légendaire assassin Moody (Samuel L. Jackson) et formée dans l’entreprise familiale, Anna (Maggie Q) est la tueuse à gages la plus qualifiée au monde. Mais lorsque Moody – l’homme qui était comme un père pour elle et lui a appris tout ce qu’elle doit savoir sur la confiance et la survie – est brutalement tué, Anna jure de se venger. Alors qu’elle se retrouve mêlée à un tueur énigmatique (Michael Keaton) dont l’attirance pour elle va bien au-delà du chat et de la souris, leur confrontation devient mortelle et les détails d’une vie passée à tuer se resserreront encore plus.

ComicBook.com a rencontré Campbell pour parler du nouveau film, de la distribution impressionnante et de ce qu’il voit pour l’avenir de James Bond.

ComicBook.com: Je pense qu’une grande partie de ce qui rend ce film si charmant et si génial à regarder est le casting. Ce casting est tellement divertissant, ils sont phénoménaux. Pourriez-vous nous parler un peu du processus de casting et de la façon dont vous saviez que ces personnes étaient les bonnes personnes pour le poste ? Ou s’ils étaient impliqués un peu plus tôt que vous ?

Martin Campbell : Eh bien, pour être honnête, on ne sait jamais vraiment que ce sont les bonnes personnes pour le poste, parce que je n’avais jamais travaillé avec aucun d’entre eux auparavant. Maggie, je viens de voir un petit clip avec Ethan Hawke qu’elle a fait, je pense que c’était un film d’histoire d’amour, où je pensais que sa performance était excellente. Nous avions besoin de quelqu’un qui était vietnamien, donc elle est à moitié vietnamienne. En plus de cela, elle est formidable en action, ce que j’ai appris après l’avoir choisie.

Michael Keaton parle pour lui-même, dans le sens où il est un acteur tellement formidable et il a toujours le sens de l’espièglerie. Il a une personnalité de gauche, légèrement excentrique, qui est à l’écran. Sam Jackson parle pour lui-même, acteur formidable, toujours, c’est pourquoi il travaille tellement parce qu’il élève toujours le film, avec Michael, et, évidemment, dans ce cas, Maggie. Entre eux tous, je pense que nous avons juste eu beaucoup de chance et avons eu trois acteurs formidables qui se sont parfaitement adaptés à leurs rôles.

Ce qui vous attire dans ce projet, ce qui attire les acteurs dans le projet, c’est ce script et cette histoire. Vous ne voulez pas trop vous en écarter, mais une fois que vous avez réellement impliqué le casting, le film a-t-il connu des évolutions majeures, comment sont-ils passés du scénario à l’écran ? Ou est-ce encore assez proche de la façon dont le script les décrivait ?

Non. J’aime toujours aller sur le plateau, quand on commence le tournage, avec un scénario fini. Je déteste toute cette histoire d’écrire au fur et à mesure. Bien sûr, quand vous faites des répétitions, vous ajustez les lignes, tout comme d’habitude. Je veux dire, ça, c’est vrai, n’est-ce pas ? Le truc, c’est que nous avons à peu près, c’était le script et c’est ce que nous avons fait.

Vous parlez, en particulier de quelqu’un comme Michael Keaton ou Samuel L. Jackson, Maggie doit garder les choses un peu plus droites et étroites, tandis que Sam et Michael, ils amplifient un peu la bêtise, un peu le plaisir. Comment trouvez-vous cet équilibre de ne pas en faire une comédie, mais il y a des moments vraiment drôles ? Comment trouvez-vous ce juste équilibre ?

Eh bien, vous n’avez qu’à le sentir. Le fait est que vous devez, au fur et à mesure, diriger les scènes et diriger [les acteurs], vous faites simplement confiance à votre instinct de ce que vous faites est correct pour établir cet équilibre, pour essayer d’obtenir l’équilibre idéal.

Je pense que ce qui est tellement cool avec The Protégé, c’est que, surtout dans un monde de blockbusters, vous regardez les grands films de bandes dessinées, il y a tout ce CGI qui rend tout possible. Mais The Protégé se sentait très retenu et contenu et cela ressemblait principalement à des cascades pratiques et à très peu d’effets visuels, ce qui a ancré les personnages, le voyage et cette aventure. En ce qui concerne les cascades du film, était-ce un choix actif de vouloir garder les pieds sur terre, de vouloir que ce soit de personne à personne plutôt que de poursuites en voiture et d’explosions géantes?

Absolument. Le but était de le garder de personne à personne, de les garder motivés par leur caractère. Très peu de CGI, un petit retrait de câble ici et là, le remplacement de visage étrange. Au-delà, rien. Tout s’est joué entre eux, si vous voyez ce que je veux dire. En dehors de ceux que je viens de mentionner, aucun CGI du tout avec l’action.

Quelqu’un comme Maggie, vous pouviez voir combien de fois c’était vraiment son visage qui faisait ces cascades. Alors que Michael, Sam, ils sont un peu plus âgés, alors peut-être qu’à quelques reprises, ils ont eu un double. Quand il s’agissait de tourner ces scènes, est-ce que des acteurs vous ont spécifiquement surpris avec ce dont ils étaient capables, dans la mesure où que les cascades étaient concernés?

Eh bien, Michael en a fait les frais, pour être honnête, car il a eu quelques grandes séquences d’action, celle avec Maggie et celle dans cette ruelle. Et même si Michael, pour être honnête, n’était pas aussi entraîné que Maggie l’était, le fait était qu’il s’était engagé à le faire et il est allé aux répétitions, aux répétitions de cascades et ainsi de suite, l’a pris au sérieux, et est sorti et a fait de son mieux tirer. Donc beaucoup de ces trucs c’est lui. Évidemment pas les plus gros éléments, vous ne le mettez pas à travers une fenêtre ou ne le renversez pas. Mais beaucoup d’autres choses qu’il a faites lui-même, ce qui est tout à son honneur. Il s’y est vraiment lancé et amener les acteurs à s’engager dans l’action, ça fait une grosse différence.

Vous dites : « Oh, vous n’allez pas le mettre à l’envers et le jeter à travers les fenêtres », est-ce que Michael voulait que cela se produise et qu’il fasse ces cascades ?

Non, une chose à propos de Michael, c’est qu’il n’est pas stupide. Le fait est, et je ne suis pas stupide non plus quand il s’agit de ça. Il n’y a aucune chance que je risque qu’il se blesse et il n’y a aucune chance qu’il ait ça non plus. Il y a donc une ligne, bien sûr, vous dessinez. Et, en plus de cela, les compagnies d’assurance deviendraient folles si vous faisiez cela et qu’elles étaient blessées. Cela arrêterait toute la production. Donc, non, mais cela dit, il a fait beaucoup de combats au corps à corps et des trucs comme ça. Donc, tout le mérite lui revient, en fait, d’être vraiment prêt à entrer et à le faire.

Personnellement, j’aime toute la scène d’évasion de grande hauteur de Maggie, que vous traversez toutes ces différentes couches et que tant de choses différentes se produisent. Y a-t-il eu une scène particulièrement difficile à tourner pour vous, soit parce que l’action était si grande, soit parce que l’action était si chorégraphiée ? Ou même Maggie en train de dîner avec Michael, où vous devez vraiment composer avec précision cette plaisanterie et cette relation qu’ils ont ?

Cette grande scène d’action dont vous parlez, cela a demandé pas mal de travail pour que cela se produise. Mais, encore une fois, Maggie était tellement bonne au lancer qu’elle a été entraînée par Jackie Chan. Elle sait exactement quoi faire. Elle sait à quel point il faut être doué pour être convaincant. Et donc cette séquence était, avec tous les arroseurs en marche et tout le reste, puis tout le monde électrocutant, tout ça, et puis finalement sauter par-dessus les rails, ce qu’elle a fait, c’était elle. C’était un peu délicat à faire, mais ils sont tous un peu délicats, pour être honnête, aussi.

La fin, on ne la dévoilera pas. Il y a des possibilités ouvertes. Lorsque vous avez accepté ce travail, y pensiez-vous comme « Oh, et ensuite nous pourrons faire The Protégé 2 ou une préquelle ? » Pensez-vous que cela pourrait avoir des retombées ou allez-vous simplement vous en tenir à celui-ci?

Cela aurait pu, mais la vérité est que personne n’en a parlé et aucun de nous n’en a discuté, pour être honnête. Donc je suppose que c’est juste un pour le moment. Maggie serait formidable, je pense, dans une suite. Mais… il est difficile de savoir où irait une suite. C’est avec Michael ? C’est avec Sam Jackson ? Mais … ce serait difficile, et, toujours le problème avec les suites, c’est qu’elles ne sont jamais vraiment à la hauteur de l’original. Ils sont toujours fabriqués et la plupart d’entre eux sont plus gros et considérés comme meilleurs, mais ils ne le sont jamais. Die Hard, le meilleur était le premier. Et ça s’est dégradé à partir de là, très franchement, et le premier a été le plus contenu.

Depuis que vous avez présenté au monde deux James Bonds différents, avez-vous personnellement le choix d’un acteur que vous aimez vraiment et que vous pourriez voir être Bond ? Ou est-il même question de revenir dans la série pour présenter le prochain Bond ?

Non. Je pense qu’en ce moment, [le studio est] déterminé à récupérer celui qui est resté sur l’étagère depuis un an et demi, quel qu’il soit, pour le sortir. Et, normalement, le cycle de Bond est de deux ou trois ans. Tous les deux ans, c’était un nouveau Bond qui sortait. Je pense qu’avec Daniel Craig, je pense qu’avec celui qu’ils ont sur l’étagère et qui je pense sortira fin octobre, je ne suis pas sûr, mais ils ont donné une date pour ça et ils ‘ J’ai déjà eu deux faux départs.

Donc je pense qu’ils vont sortir ça et ensuite ils vont juste prendre une grande respiration et il faudra probablement encore trois ans avant que le prochain ne sorte parce qu’ils doivent lancer un nouveau Bond et cela prend un peu de temps Et ça doit être scénarisé et tout le reste. Alors, maintenant que Daniel est parti, bien sûr, où vas-tu avec ça ? C’est l’autre question.

Cette interview a été modifiée pour plus de longueur et de clarté. Vous pouvez contacter Patrick Cavanaugh directement sur Twitter.

Keywords:

Michael Keaton,Maggie Q,Action,Martin Campbell,Samuel L. Jackson,Michael Keaton, Maggie Q, Action, Martin Campbell, Samuel L. Jackson,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: