CM – Les Gambier élisent leur président pour panser les plaies de la dictature et du Covid

0

Les Gambier ont afflué samedi dans les bureaux de vote pour élire leur président, une voix clé pour une jeune démocratie qui cherche à surmonter son passé dictatorial et les effets du Covid-19 sur une économie fragile.

Les bureaux ont démarré dépouillement des voix après la clôture à 17h00 (locales et GMT).

Un système très particulier doit déterminer le nom du prochain président du plus petit pays d’Afrique continentale, qui est aussi l’un des plus pauvres du le monde

Les Gambiens votent avec une balle qui est insérée à travers un tube dans l’une des boîtes aux couleurs et à l’effigie de chaque candidat.

Après la fermeture, les responsables électoraux de l’école maternelle Kololi à Serekunda ont lancé Near la capitale Banjul, comme dans d’autres bureaux du pays, les billes sur une sorte de machine à calculer et compté les billes de chaque boîte avec 200.

Environ un million de Gambier sur une population de deux millions ont été appelés choisir parmi six candidats, tous des hommes. Il n’y a qu’un tour. Les premiers résultats pourraient déjà être disponibles dimanche.

Les électeurs faisaient la queue devant les bureaux quelques heures avant l’ouverture. Les lignes ont été allongées pour atteindre des centaines de personnes. Nous avons voté après la fermeture de l’école Kololi.

Alice Jarjue, 27 ans, qui travaille dans la restauration et est arrivée au marché de Manjakunda à 5h du matin, a comme d’autres souligné l’importance du vote et espérait d’avance que tout cela se passerait dans le calme.

« La Gambie est un pays paisible. Cela doit rester ainsi. Si quelqu’un d’autre gagne (que votre candidat), vous devez le respecter », a-t-elle déclaré après avoir trempé son index dans de l’encre violette pour ne pas voter ailleurs, puis après quatre heures d’attente, a mis sa balle dans l’urne. /p> Cinq ans après la fin de la dictature, la consolidation démocratique est l’un des enjeux des élections et la communauté internationale sera très attentive à l’acceptation ou à la contestation des résultats. Le sort de l’ancien dictateur Yahya Jammeh et la crise économique sont différents.

Le sortant Adama Barrow a réaffirmé sa foi en la victoire en votant près du palais présidentiel : « Ce sera la plus grande inondation de l’histoire de ce pays (. ..) Dans 24 heures nos électeurs feront la fête dans les rues ».

Ousainou Darboe (73), présenté comme son principal concurrent, qui s’est appuyé sur un randonneur à Serekunda, a remercié Dieu de « lui avoir donné la force de diriger ce pays ».

Il y a cinq ans, Adama Barrow, un ancien promoteur immobilier, aujourd’hui âgé de 56 ans et quasi inconnu à l’époque, réfutait le pronostic et battait le dictateur Jammeh après plus de vingt ans de régime par un multitude a été marquée par les atrocités de « l’État et ses agents » : meurtres, disparitions forcées, viols, tortures…

M. Jammeh, qui a refusé de reconnaître sa défaite, était sous la pression d’un occidental Intervention militaire africaine forcée à l’exil en Guinée équatoriale.

Adama Barrow appelle au retour des libertés, la construction de routes et de marchés et la pacification des relations avec la communauté internationale.

Ousainou Darboe, avocat, coureur- en retard de quatre fois à l’élection présidentielle Yahya Jammeh, accuse M. Barrow de ne pas avoir tenu toutes ses promesses de rester au pouvoir.

M. Barrow a rompu sa promesse initiale de ne rester en poste que trois ans. Il a affaibli ses obligations antérieures de demander des comptes aux responsables des crimes des années Jammeh.

Le prochain président devra décider s’il suivra les recommandations d’une commission chargée d’enquêter sur les années Jammeh, les appels aux responsables pour que les crimes commis pendant cette période soient traduits en justice.

Près de la moitié des Gambiens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le Covid-19 a durement frappé le pays. Outre l’agriculture, le pays avec ses plages sur l’Atlantique vivait du tourisme dont les flux se sont taris. Les Gambier souffrent du chômage, de la hausse des prix du riz, du sucre ou de l’huile et d’un manque d’accès aux soins de santé.

Recevez chaque mardi les meilleures actualités internationales et obtenez en avant-première les offres exclusives Le Point.

Lire les articles de la rubrique International,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

The Gambia,Adama Barrow,Yahya Jammeh,Presidential election,The Gambia, Adama Barrow, Yahya Jammeh, Presidential election,,Gambie,Adama Barrow,Yahya Jammeh,,,,,,Gambie,Adama Barrow,Yahya Jammeh,,,Gambie-élections-présidentielle-pandémie-droitshumains-démocratie-pauvreté,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: