CM – Les Raptors font quelque chose de rarement vu en NBA

0

Après une année 2020-2021 désastreuse alors que tout ce qui aurait pu mal tourner s’est apparemment produit, les Raptors ont été négligés par à peu près tout le monde dans toute discussion sur les équipes compétitives de la Conférence Est.

Après quelques semaines, le jury est toujours sur cette équipe – les Raptors sont 6-6 – mais il y a plus de raisons d’être optimiste à court et à long terme que prévu initialement. Cela est dû en grande partie à la prise de contrôle mondiale de Scottie Barnes, au saut All-Staresque d’OG Anunoby, aux files d’attente longues / longues / interchangeables qui submergent et au fait que Pascal Siakam (toujours peut-être le meilleur joueur de Toronto) a raté les 10 premiers matchs.

Creusez un peu plus et il y a aussi quelque chose de particulier ici qui a fait de Toronto l’un des adversaires les plus désorientants de cette saison. Les Raptors sont actuellement à égalité avec le Jazz pour le premier taux de rebond offensif, saisissant 32,6 % de leurs propres tirs manqués. Ils se classent également au troisième rang des points de deuxième chance pour 100 possessions. Cela a été un changement radical par rapport à la façon dont ils ont fonctionné sous Nick Nurse, où ils n’ont jamais terminé en dehors du tiers inférieur du taux de rebond offensif. (Lorsqu’ils ont remporté le titre en 2019, les Raptors ont réussi 22,9 % de leurs propres tirs manqués, qui se sont classés 14e sur 16 équipes en séries éliminatoires.)

À l’échelle de la ligue, les opportunités de deuxième chance ont régulièrement diminué au cours des 20 dernières années, en grande partie grâce au compromis d’une fraction de seconde qui se produit lorsqu’un tir monte : briser le verre peut être fortuit, mais le risque augmente contre les équipes qui sont cherchent de plus en plus à pousser le ballon et à attaquer en plein air. (Le taux de rebond offensif moyen de la NBA n’est pas exactement dans un jeu pour tous, mais était de 30% en 2011-12 et se situe actuellement à 25,9%.)

C’est là que le départ de Toronto devient assez incroyable : en plus d’avoir englouti tant de planches offensives, ils ont également fait un meilleur travail que toute autre équipe en limitant les opportunités de transition, c’est-à-dire qu’ils ont leur gâteau et le mangent aussi.

Les Raptors se classent au premier rang pour la fréquence de transition défensive (ce qui signifie qu’ils forcent les adversaires à exécuter dans le demi-terrain plus souvent que toute autre équipe) et au deuxième rang pour les points de pause rapide autorisés pour 100 possessions (seulement 9,1). Les Raptors sont la seule équipe qui se classe parmi les trois premières en termes de taux de rebond offensif et de points de freinage rapide autorisés pour 100 possessions, une combinaison qui ne se produit pratiquement jamais pour des raisons évidentes. (Andre Drummond et les Pistons de Stan Van Gundy ont été la dernière équipe à accomplir cela, en 2016, et depuis 1997, seules quatre autres se sont qualifiées : les Nuggets de 13, les Blazers de 09, les Sixers de 08 et les Clippers de 02. )

Les choses sont un peu différentes lorsque Khem Birch – un glouton sur le verre offensif – n’est pas en bonne santé, comme cela a été le cas lors des deux derniers matchs de Toronto. Mais cette liste peut toujours réunir de grandes files d’attente adaptables : Anunoby, Barnes, Siakam, Chris Boucher, Precious Achiuwa, Svi Mykhailiuk et Dalano Banton (un meneur de jeu de 6′ 7″ qui a pris la place présumée de Goran Dragić dans la rotation de l’infirmière) sont tous généralement aussi long et/ou fort que celui qui a besoin de les boxer. Gary Trent Jr. mesure 6′ 5″ et mène la NBA en interceptions, tandis que Fred VanVleet maximise ses petites mesures physiques ainsi que n’importe qui dans le sport.

Lorsque les tirs montent, les Raptors trouvent un équilibre décent entre bombarder les planches et ramper d’un pas ou deux juste pour flairer la scène et peut-être mettre la main sur une balle si elle rebondissait sur leur chemin.

Quelqu’un comme Boucher jettera son corps du coin, tandis que Barnes (un prodige du basket-ball à bien des égards) est un peu plus vigilant, se donnant la chance de revenir en arrière sans renoncer à la chance de Toronto de marquer. (Il mène sans surprise toutes les recrues dans les rebonds offensifs.)

La polyvalence des Raptors les aide à limiter les chances de transition pour l’autre équipe. Ils ont presque toujours plusieurs joueurs sur le terrain qui peuvent couvrir plusieurs positions, réduisant ainsi toute tension normalement causée par des décalages lors d’une poussée brutale.

Ils sont également disciplinés, avec un assez bon équilibre au sol. Parfois, un joueur plongera derrière l’arc en tant que coéquipier qui était juste dans les rétropédalages de peinture vers l’autre extrémité. Les deux éléments peuvent être vus dans ce jeu ci-dessous, où Mykhailiuk fait un mouvement du côté faible alors que le trois de Boucher monte. Pendant ce temps, Barnes est de retour pour récupérer Darius Garland, et à partir de là, Toronto change à peu près tous les écrans, alors qu’ils font des cascades, font sortir les tireurs de la ligne, se bousculent et se disputent jusqu’à ce que la pièce soit gagnée.

Les Raptors pourraient réduire leur agression si Siakam pouvait être la même force All-Star vue pour la dernière fois il y a deux ans. Sans lui à ce niveau, ils n’ont pas de créateurs de coups éprouvés, limitant une attaque qui se classe actuellement au 25e rang en attaque sur demi-terrain (via Cleaning the Glass) et est entravée par une incapacité globale à générer des tirs de qualité au bord ou derrière le ligne à trois points. Toronto ne dessine pas vraiment de fautes non plus.

Mais leur travail sur le verre a jusqu’à présent donné suffisamment de morsures à la pomme pour qu’ils restent au moins autour de la moyenne de la ligue en note offensive. Faites très attention et ce qui est le plus remarquable, c’est le nombre de possessions qui se terminent par deux ou trois Raptors refusant de reculer en défense. Parfois, c’est subtil, mais porté d’un jeu à l’autre pendant 48 minutes, le besoin constant de vraiment prioriser chaque box-out et de sécuriser chaque rebond défensif doit être épuisant pour l’autre équipe.

Les Raptors ne sont pas non plus vieux. Et même si leur plan de match exige essentiellement qu’ils soient à deux endroits à la fois, avec une communication, une agitation et une concentration constantes, il y a suffisamment de talent, d’athlétisme et de longueur pour croire qu’ils peuvent principalement maintenir ce qu’ils ont fait. Peut-être pas aussi bien qu’ils l’ont fait, surtout si Siakam continue d’enregistrer des minutes importantes à cinq tandis que le genou de Birch le maintient sur la touche, mais assez pour rester à la recherche d’une tête de série parmi les six tout au long de l’année.

Plus de couverture NBA : • Classement NBA Power : les Warriors sont-ils la meilleure équipe de la NBA ? 1 choix

Toute la pression est maintenant sur les Rams, mais que signifie la signature d’OBJ pour la fantasy ?

Aminata Diallo a été libérée de garde à vue jeudi sans inculpation mais les autorités enquêtent toujours sur une agression contre l’un de ses coéquipiers.

Keywords:

Toronto Raptors,Philadelphia 76ers,NBA,Pascal Siakam,Toronto Raptors, Philadelphia 76ers, NBA, Pascal Siakam,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: