CM – Monaco est Harakiri – débriefing des joueurs et NOTES (Shakhtar 2-2 après ASM)

0

Malgré une avance de deux buts et de nombreuses occasions de mettre fin à la rencontre, l’AS Monaco, battu 0-1 à l’aller, a cassé dans le contretemps pour se qualifier en Champions face au Shakhtar mercredi (2 : 2 ap) ensemble ligue. Scénario cauchemardesque pour le Club Princier, qui doit se contenter de la Ligue Europa.

La Ligue 1 ne sera composée que de deux représentants en Ligue des Champions, à savoir Lille et le Paris Saint-Germain. Longtemps au ballottage favorable, malgré la défaite 0-1 au match aller, le Fürstenklub, qui a raté un nombre incalculable d’occasions, a concédé le nul face au Shakhtar (2-2) mercredi lors du barrage. Un résultat terrible pour la bande autour de Niko Kovac, qui n’a jamais réussi à tuer un match très largement dominé.

Contraint de chercher un résultat, le Monegasken a offert un premier quart d’heure exceptionnel. Grâce à un pressing terrible et un harcèlement constant, l’ASM a plié et cassé ses adversaires lors d’une reprise de balle haute de Badiashile, que Ben Yedder avait l’habitude de chercher un coup sûr de Volland bloqué par Pyatov (0-1, 18e). Très bien utilisés tactiquement et techniquement, les invités ont fait un calvaire pour les Ukrainiens qui ont été pris de leur propre jeu et n’ont pas pu enchaîner trois passes.

Malgré l’ouverture du jeu rapide, Monaco n’était pas satisfait. Il n’était pas question de laisser le moindre répit aux habitants, qui étouffaient depuis une demi-heure et qui ne pouvaient s’attendre qu’à quelques ruées de Salomon pour prendre l’air. Mais à cause de la souffrance, le Shakhtar s’est à nouveau brisé. Après une reprise de Badiashile, qui a touché le poteau, Caio Henrique Ben Yedder a offert du caviar, qui a tiré sur Pyatov au second poteau (0-2, 39e). Peu avant la pause, l’attaquant français a même raté de peu les sommets, mais a raté son saut !

Après une première mi-temps catastrophique, l’équipe ukrainienne est revenue avec de bien meilleures intentions. L’entrée d’Ismaily a apporté du mordant et a permis aux locaux de créer plusieurs situations, dont une tête de Marlon, mais la défense monégasque a tenu le coup malgré la pression. Même s’ils ont beaucoup moins touché le ballon, les joueurs monégasques sont restés haut sur le terrain. Avec une remontée proche de la surface, Ben Yedder, parfaitement servi par Volland, a une nouvelle fois érodé la liste des buteurs en perdant son duel avec Pyatov.

Une énorme occasion manquée que Monaco a payée en cash. Après une campagne scolaire menée par Patrick, Marlos n’a pas hésité à égaliser Nübel d’une frappe parfaite au poteau (1-2, 74e). Étonnamment, l’ASM n’a pas hésité à attaquer pour reprendre deux buts d’avance. Diop, qui venait d’entrer dans le match, chauffait les gants de Pyatov et n’était pas loin d’une pénalité de buggy Maycon. Peu avant la prolongation, Marlon a réussi un arrêt extraordinaire devant Volland, qui a perdu un dernier duel avec Pyatov après la prolongation !

Pendant la prolongation, les organisations se sont logiquement essoufflées. Cela n’a pas empêché Monaco de rester dominant dans son match crucial avec un Isidore intéressant. Alors qu’aucune des deux équipes n’a réussi à prendre le dessus, Aguilar Nübel a accidentellement triché au centre derrière Budryk (2 : 2, 114.). Un sort terrible pour Monaco, qui a vu s’envoler la qualification pour la Ligue des Champions après un match qui n’aurait jamais dû lui échapper…

Un match digne de la Ligue des Champions. Du moins du côté de Monaco. Le Club Princier a connu un gros match, dont une première période assez époustouflante. C’est en plus de l’inefficacité des hommes de Niko Kovac au deuxième acte qui a permis de maintenir en vie le Shakhtar, qui a été très souvent dépassé. 25 tirs à 9, l’ASM peut s’en vouloir…

– Si le Shakhtar touche le ballon, Badiashile récupère le ballon haut et le donne à Fofana. Le milieu de terrain remet le cuir à Volland, qui progresse avant d’être bloqué par Pyatov d’un coup de hauteur moyenne. Aux aguets, Ben Yedder semble punir le gardien ukrainien d’une frappe parfaite du pied gauche (0-1, 18e)

– Lorsque Nübel dégage, Volland fait obstruction à Vitao, qui laisse filer le ballon derrière lui. Cai Henrique le ramène et centre fort pour Ben Yedder, qui tire sur Pyatov sous la barre transversale au second poteau (0-2, 39e).

– Dans l’axe, Patrick s’appuie sur Traoré, qui est en retrait pour son partenaire donne. L’attaquant brésilien est clair lorsqu’il glisse une passe parfaite pour Marlos sur son côté droit, qui ajuste Nübel d’un tir précis au poteau (1 :2, 74e).

– Sur le côté gauche, Budryk est renversé rattrapé par la défense monégasque mais a la lucidité de laisser le ballon derrière lui. De retour dans la catastrophe, le latéral droit a trompé accidentellement Nübel, trop avancé et lobé (2 :2, 114.).

Le vétéran du Shakhtar a sauvé son club ce soir. Surpris par le onze de départ, il a effectué des arrêts décisifs en seconde période pour maintenir son équipe en vie. Son départ dans les pieds de Ben Yedder et les arrêts devant Diop et Volland ont beaucoup fait mal à Monaco. Le héros de la soirée.

Alexander Nübel (4) : Le mois d’août n’est pas encore terminé, le gardien allemand fait déjà face à une tempête de critiques. Ce soir, il n’a plus lâché une seule balle. Son positionnement au deuxième but ukrainien laisse clairement à désirer.

Djibril Sidibé (8,5) : On a retrouvé le Sidibé de 2017 ! Porté en avant, le latéral droit français s’est montré exceptionnellement défensif avec plusieurs interventions, notamment au retour des vestiaires. Affamé, il a montré un visage conquérant des deux côtés du terrain et a maintenu son avance. Une rencontre monumentale pour le champion du monde tricolore. Remplacé à la 98e minute par Ruben Aguilar (non compté), buteur malchanceux contre son équipe en fin de match.

Guillermo Maripán (6,5) : Avec le défenseur central chilien ce n’est souvent pas très académique, mais l’efficacité a été là ce soir. Durement dans les duels, il maîtrisait bien les attaquants adverses et leur laissait peu de marge.

B. Badiashile (8) : énorme. Le défenseur central a fait une copie très propre. A l’origine du premier but avec une reprise très élevée dans la surface ukrainienne, il croyait qu’avec sa reprise du poteau il doublerait la mise. Il a parfaitement fermé Traoré, qui n’a pas eu la moindre occasion ce soir-là.

Caio Henrique (7) : Le gauche brésilien a été plus que bon. Parfois bousculé par Maycon, le Monégasque n’a pas baissé les bras en exerçant une forte pression pour empêcher son bloc de reculer. Il est un passeur crucial pour Ben Yedder avant la pause. Il a bien sécurisé son couloir, malgré un oubli mineur de la porte de Marlos. Remplacé à la 116e minute par Isaac Jakobs (pas de classement).

Gelson Martins (7,5) : très bonne copie de l’ailier portugais. Disponible il a fortement usé l’axe gauche de la défense ennemie avec des raids incessants. En particulier, il propose du caviar gâté dans la seconde moitié de Volland. Son travail défensif est également impressionnant. Il a été remplacé à la 71e minute par Jean Lucas (5), volontaire mais très maladroit. Son positionnement sur l’aile droite n’a pas aidé.

Aurélien Tchouaméni (7,5) : Puissant, travailleur, l’environnement formé à Bordeaux était excellent. Le Shakhtar était très préoccupé par ses projections vers l’avant. Il était clairement dominant au milieu de terrain. Remplacé à la 117e minute par Axel Disasi (pas de classement).

Youssouf Fofana (8) : monstrueux. Le milieu de terrain de l’ASEM a été incroyablement efficace en récupération et très important en pressing, avec seulement 8 ballons captés en première période. Son activité incessante a terriblement blessé les Ukrainiens, et il leur a fallu plus d’une heure pour trouver une solution. Il a vraiment dévoré ses collègues du Shakhtar.

Aleksandr Golovin (6,5) : Le milieu offensif russe était bon. A gauche comme dans l’axe, le meneur de jeu était incroyablement correct, récoltant la plupart de ses passes en avant et se tenant très souvent entre les lignes pour casser le bloc ukrainien. Un jeu de qualité, même s’il aurait pu tenter sa chance avec certaines séquences. Remplacé à la 77e minute par Sofiane Diop (5), qui était en vue mais trop inefficace.

Kevin Volland (5) : Très moyen depuis le début de la saison, l’attaquant allemand a retrouvé la lumière dans le premier tiers. Grâce à son pressing et ses écuries, il a réussi à ralentir les relances adverses et à reproduire son duo très solide avec Ben Yedder. En revanche, il a été totalement inefficace en seconde période avec trois énormes occasions gâchées pour mettre fin au match. Des échecs auxquels il réfléchira longtemps…

Wissam Ben Yedder (7) : Attendu au tournant, l’attaquant français a réagi dans le premier tiers. Il cherche deux erreurs ukrainiennes pour marquer un doublé qui aurait dû être suffisant pour se qualifier. Problème, le capitaine monégasque a ensuite perdu son efficacité en ratant deux gros duels pour finalement terminer la rencontre sur un 3-0, qui aurait été difficile à rattraper. Difficile à avaler. Soulagé à la 77e minute par Wilson Isidor (6), qui s’est montré intéressant avec ses tees et son jeu décisif. Une entrée de haute qualité.

Et selon vous, qui étaient les meilleurs et les pires joueurs du jeu ? Commentez ci-dessous dans la section « Commentaires » !

SHAKHTAR DONETSK 1-2 MONACO (mi-temps : 0-2) – LIGUE DES CHAMPIONS – Stade des Play-offs : Complexe sportif national Olimpiysky, Kiev – Arbitre : Buts : Marlos (74.) R. Aguilar (114., csc) pour SHAKHTAR DONETSK – W. Ben Yedder (18e) W. Ben Yedder (39e) pour MONACO Avertissements : Dodô (40e), Mateus Martins (54e), Marlon (70e), M. Solomon (80e), P. Kryvtsov (105e 1er), Fernando (113e), pour SCHACHTAR DONETSK – K. Volland (14e), A. Golovin (72e), Y. Fofana (81e), B. Badiashile (108e), pour MONAKOSCHACHTAR DONETSK : A. Pyatov – Vitão (S. Kryvtsov .), 101.), Marlon – Dodô, M. Matvienko (Ismaily, 46.) – Maycon, Alan Patrick – Marcos Antonio (T. Stepanenko, 86.) – Mateus Martins (Marlos, 66.), M. Solomon ( M. Mudryk, 82.) – L. Traoré (Fernando, 101.) MONACO : A. Nübel – G. Maripán, B. Badiashile – D. Sidibé (R. Aguilar, 98.), Caio Henrique (A. Disasi, 117.) – Y. Fofana, A. Tchouaméni (I. Jakobs, 117.) – K. Volland – Gelson Martins (Jean Lucas, 70.), A Golovin (S. Diop, 76.) – W. Ben Yedder ( W. Isidor, 76 ans .)

# ps1 a {marge : 2px ; Rayon du bord : 2px ; Largeur : 170 px ; Hauteur : 32 px ; Affichage : bloc en ligne ; Couleur : #fff ; Police : gras 12px / 34px Arial ; Décoration de texte : aucune ; Couleur : #fff ; Alignement du texte : à droite ; Remplissage : 0 20px 0 0 ; Largeur : 180 px ; }
# ps1 a: float {opacité: 0.7; Transition : diminution de l’opacité pendant 0,5 s ; }
# ps1 a i {affichage : bloc en ligne ; Arrière-plan : URL (/0_images/sprite_partage.gif) sans répétition ; Flotteur : à gauche ; }
# ps1 a.fb1 {couleur d’arrière-plan : # 2D609B ; transformer : translateZ (0px) ; }
# ps1 a.tw1 {couleur d’arrière-plan : # 00C3F3 ; }
# ps1 a.gp1 {couleur de fond : # D53326 ; }
# ps1 a.fb1 i {largeur : 24px ; Hauteur : 24px ; Position d’arrière-plan : -39px 0 ; Bordure : 4px 6px 0 4px ; }
# ps1 a.tw1 i {largeur : 23px ; Hauteur : 20px ; Position d’arrière-plan : 0 0 ; Bordure : 7px 10px 0 6px ; }
# ps1 a.gp1 i {largeur : 15px ; Hauteur : 15px ; Position d’arrière-plan : -24px 0 ; Bordure : 10px 8px 0 10px ; }
# ps1 a.fb1 : survolez, # ps1 a.fb1 : active, # ps1 a.fb1 : focus {direction de l’animation : alternative ; Durée de l’animation : 0,3 s ; Numéro d’itération de l’animation : infini ; Nom de l’animation : Rétrécissement d’impulsion ; Fonction de synchronisation d’animation : linéaire ; }
@ -webkit-keyframes pulse-shrink {to {-webkit-transform (0,95); transformation : échelle (0,95); }}
@keyframes pulse-shrink {to {-webkit-transform: scale (0,95); transformation : échelle (0,95); }}
.pulse-shrink {affichage : bloc en ligne ; -webkit-transform : translateZ (0) ; transformer : translateZ (0) ; Ombre de la boîte : 0 0 1px rgba (0, 0, 0, 0); }
.pulse-shrink : flottant, .pulse-shrink : focus, .pulse-shrink : actif {
-Nom de l’animation du kit Web : Rétrécissement d’impulsion ; Nom de l’animation : Rétrécissement d’impulsion ; -Temps d’animation du kit Web : 0,3 s ; Durée de l’animation : 0,3 s ; -Fonction de synchronisation d’animation Webkit : linéaire ;
Fonction de synchronisation d’animation : linéaire ; -webkit-animation-iteration-count : infini ; Numéro d’itération de l’animation : infini ; -Direction de l’animation du Webkit : alternative ; Direction de l’animation : alternative ; }

Fonction fb1 (s1, w1, h1) {
var u1 = ‘http://www.maxifoot.fr/football/article-48246.htm’;
var t1 = (hauteur de l’écran / 2) – (h1 / 2);
var l1 = (screen.width / 2) – (w1 / 2);
si (s1 == ‘fb’) {
u2 = ‘https://www.facebook.com/sharer.php?s = 100&u =’ u1;
} else if (s1 == ‘gp’) {
u2 = ‘https: //plus.google.com/share?url =’ u1;
} else if (s1 == ‘tw’) {
u2 = ‘https://twitter.com/intent/tweet?text =’ encodeURIComponent (« Monaco est hara-kiri – débriefing et NOTES des joueurs (Shakhtar 2-2 ap ASM) ») ‘&url =’ u1 ‘&via = maxifoot_fr’;
}
window.open (u2, ‘pshare’, ‘top =’ t1 ‘, left =’ l1 ‘, Toolbar = no, status = no, menubar = no, location = no, directory = no, width =’ w1 ‘, height = ‘h1) ;
}

Partager sur Facebook sur Twitter

Un problème avec cet article ? Avertissez-nous en cliquant sur ce lien

var ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 =  »;
ctx1 = ‘

Votre adresse e-mail :

Keywords:

AS Monaco,UEFA Champions League,FC Shakhtar Donetsk,Ligue 1,Donetsk,UEFA Europa League,AS Monaco, UEFA Champions League, FC Shakhtar Donetsk, Ligue 1, Donetsk, UEFA Europa League,,,AS Monaco,Sports,Les Directs Sport,Ligue des champions,Foot,,Football (Association Rules, Soccer),Sports,,football, ligue des champions, champions league, coupe d’europe, C1, uefa, résultats, calendrier, classement, groupe, poule, phase finale, match, direct, foot, psg, real madrid, barcelone, lille, liverpool,,,,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: