CM – Monroe : « Nowell était très bon… mais je ne savais même pas qui il était »

0

Ce sont les choses de cette période de la saison un tronçon de survie dans lequel la NBA continue en pleine crise avec la pandémie. Le règlement est adapté à la volée dans une Ligue dans laquelle plus de 200 joueurs sont déjà passés par les protocoles COVID, 95 seulement la semaine dernière et dans une progression exponentielle et écrasante.

Les franchises respectent le calendrier avec des équipes souvent méconnaissables : joueurs de G-League, agents libres, certains qui étaient dans d’autres compétitions et même quelques-uns littéralement retirés de la retraite. Avec les débuts de Greg Monroe chez les Wolves, 541 joueurs différents sont passés par les courts cette saison, un record historique dans un parcours NBA. La moyenne est généralement d’environ 450.

Le cas de Monroe and the Wolves est un exemple clair, mais criard, de ce qui se passe. Le centre vétéran (31 ans) était à Washington avec l’équipe de Wizards’ G League, se préparant au cas où un appel viendrait d’une franchise. Numéro 7 du repêchage 2010 et longtemps aspirant star, il n’a jamais été ce qu’on attendait de lui dans les Pistons puis il a trébuché dans la Ligue (Suns, Bucks, Celtics, Raptors, Sixers…) jusqu’à ce qu’il essaie, également sans de la chance, sans importance au niveau de l’Euroligue : Les deux dernières saisons se sont passées à Khimki et au Bayern.

L’appel de la NBA est venu, en particulier du Minnesota. Les Wolves ont dû jouer les Celtics dévastés par le COVD. Sans aucun partant (Towns, Beverley, Edwards, Russell, Vanverbilt) et sans remplaçants comme Reid et Prince. Monroe s’est réveillé à 4 heures du matin à Washington DC et a dû prendre l’avion pour Minneapolis. Il a raté son vol et a fait une escale à Chicago. Il est finalement arrivé au pavillon des Wolves à quatre heures de l’après-midi pour faire ses débuts avec sa nouvelle équipe. Et, les choses de cette époque, ont été la clé d’une victoire inattendue contre les Celtics (également avec des pertes notables): il a joué 25 minutes et a signé un 13 sur le terrain avec 11 points, 9 rebonds, 6 passes décisives, 2 interceptions et 5/9 en coups.

Finch, son entraîneur, a beaucoup apprécié sa performance : « C’était vital, sa capacité de passe était très importante, il nous a donné une sensation de calme sur le court. » Et il a quitté ce qui sera sûrement l’un des rendez-vous de l’année, celui qui montre clairement que ces jours sont en NBA. Jaylen Nowell, un gardien de tir de la garde-robe des Wolves, était le grand héros avec le match de sa vie : 29 points, 6 rebonds, 3 passes décisives, un 6/9 en triple et le compagnon du match. Et Monroe, après la victoire, a reconnu qu’il n’avait aucune idée de qui il était quand ils jouaient : « Et bien ? Je ne vais pas mentir, il a joué à merveille, mais la vérité est que je ne savais pas qui il était ».

Ce sont les choses de cette période de la saison un tronçon de survie dans lequel la NBA continue en pleine crise avec la pandémie. Le règlement est adapté à la volée dans une Ligue dans laquelle plus de 200 joueurs sont déjà passés par les protocoles COVID, 95 seulement la semaine dernière et dans une progression exponentielle et écrasante.

Les franchises respectent le calendrier avec des équipes souvent méconnaissables : joueurs de G-League, agents libres, certains qui étaient dans d’autres compétitions et même quelques-uns littéralement retirés de la retraite. Avec les débuts de Greg Monroe chez les Wolves, 541 joueurs différents sont passés par les courts cette saison, un record historique dans un parcours NBA. La moyenne est généralement d’environ 450.

Le cas de Monroe and the Wolves est un exemple clair, mais criard, de ce qui se passe. Le centre vétéran (31 ans) était à Washington avec l’équipe de Wizards’ G League, se préparant au cas où un appel viendrait d’une franchise. Numéro 7 du repêchage 2010 et longtemps aspirant star, il n’a jamais été ce qu’on attendait de lui dans les Pistons puis il a trébuché dans la Ligue (Suns, Bucks, Celtics, Raptors, Sixers…) jusqu’à ce qu’il essaie, également sans de la chance, sans importance au niveau de l’Euroligue : Les deux dernières saisons se sont passées à Khimki et au Bayern.

L’appel de la NBA est venu, en particulier du Minnesota. Les Wolves ont dû jouer les Celtics dévastés par le COVD. Sans aucun partant (Towns, Beverley, Edwards, Russell, Vanverbilt) et sans remplaçants comme Reid et Prince. Monroe s’est réveillé à 4 heures du matin à Washington DC et a dû prendre l’avion pour Minneapolis. Il a raté son vol et a fait une escale à Chicago. Il est finalement arrivé au pavillon des Wolves à quatre heures de l’après-midi pour faire ses débuts avec sa nouvelle équipe. Et, les choses de cette époque, ont été la clé d’une victoire inattendue contre les Celtics (également avec des pertes notables): il a joué 25 minutes et a signé un 13 sur le terrain avec 11 points, 9 rebonds, 6 passes décisives, 2 interceptions et 5/9 en coups.

Finch, son entraîneur, a beaucoup apprécié sa performance : « C’était vital, sa capacité de passe était très importante, il nous a donné une sensation de calme sur le court. » Et il a quitté ce qui sera sûrement l’un des rendez-vous de l’année, celui qui montre clairement que ces jours sont en NBA. Jaylen Nowell, un gardien de tir de la garde-robe des Wolves, était le grand héros avec le match de sa vie : 29 points, 6 rebonds, 3 passes décisives, un 6/9 en triple et le compagnon du match. Et Monroe, après la victoire, a reconnu qu’il n’avait aucune idée de qui il était quand ils jouaient : « Et bien ? Je ne vais pas mentir, il a joué à merveille, mais la vérité est que je ne savais pas qui il était ».

Il ne s’agit pas de ce match, dans lequel ils pourraient avoir une excuse. Il s’agit de toute la saison, de la…

Les Bulls frappent une nouvelle accélération dans une saison où ils n’ont jamais ralenti, mais dans laquelle, comme…

Depuis El Fildeo, nous nous sommes donné pour mission de répertorier chacun des meilleurs joueurs de…

Dans les grandes ligues Actuellement, il y a des équipes qui ont une belle séquence d’années consécutives à la fois sans aller à…

Keywords:

Minnesota Timberwolves,Boston Celtics,Minnesota Timberwolves, Boston Celtics,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: