CM – Olivier Duhamel avoue les faits d’inceste de son beau-fils à la police

0
21

Le politologue Olivier Duhamel, qui a été mis en examen mardi en tant que suspect indépendant dans l’enquête sur le viol et l’agression sexuelle de son beau-fils « Victor » dans son enfance, a admis les faits que nous avons appris mercredi d’une source proche des Dossiers.

M. Duhamel a admis les faits « avec difficulté », comme le confirme cette source, et a confirmé les informations de TF1 lors de son audition devant la Brigade pour la protection des mineurs (BPM), chargée de l’enquête, qui a été ouverte début janvier après la publication de l’ouvrage de sa belle-fille Camille Kouchner « La Familia Grande ».

Le parquet de Paris a confirmé mardi à l’AFP la « libre audition » de M. Dumahel par le BPM.

Dans Dans son rapport autobiographique, Camille Kouchner accuse M. Duhamel, politologue renommé et influent, ancien député européen et représentant des médias treter pour avoir agressé sexuellement son jumeau, surnommé «Victor», à la fin des années 1980.

Cet homme, aujourd’hui âgé de 45 ans, a porté plainte contre M. Duhamel par l’intermédiaire des policiers du BPM à la fin de son audience du 21 janvier a.

Le fils de l’ancien ministre Bernard Kouchner et de la professeure de droit Evelyne Pisier (décédée en 2017), remarié à Olivier Duhamel, «Victor» avait été interrogé lors d’un premier procès ouvert en 2011. Puis il avait refusé de porter plainte, cependant, ces faits, probablement obligatoires.

La publication du livre de Camille Kouchner a déclenché une liberté d’expression avec de nombreux témoignages sur l’inceste, notamment sur les réseaux sociaux via le hashtag #Metooinceste.

Camille Kouchner avait remis en cause une forme d’omerta familiale en la matière, mais aussi le silence du « microcosme de ceux qui sont au pouvoir, Saint-Germain-des-Prés ».

Son histoire a également animé le débat sur la prescription d’agression sexuelle contre des mineurs.

Après les révélations, Olivier Duhamel a d’abord dénoncé des «agressions personnelles» et démissionné de toutes ses fonctions: Outre la présidence de la Fondation nationale pour les sciences politiques (FNSP), qui supervise Sciences Po, le politologue a également quitté celui de l’influent association « Le Siècle » et a arrêté de diffuser sur LCI ou Europa 1.

Lisez les articles dans la section Entreprise,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

La lettre des armées L’observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires Meurtre d’Alexia: Jonathann Daval, le « gendre idéal » aux assises

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: