CM – Payer le prix des richesses de la Premier League

0

Les joueurs excédentaires des clubs anglais constitueraient de beaux atouts pour les équipes à travers l’Europe. Le problème, c’est que les clubs qui pourraient les utiliser n’en ont pas les moyens.

Le dégagement de tête n’a pas tout à fait obtenu la puissance ou la direction requise. Il a flotté, plutôt que pétillant, hors de la surface de réparation de Brentford, le danger n’est pas tout à fait clair. Deux joueurs de Manchester United y ont convergé, sentant une opportunité. La balle a rebondi sur le gazon, pas trop haut, pas trop vite, et est restée en l’air pendant une seconde. Et c’est là qu’Andreas Pereira l’a rencontré.

Il y a une raison pour laquelle certains fans de Manchester United ont appris à connaître Pereira – avec autant d’affection que d’avertissement – ​​en tant que Preseason Pirlo. C’est dans les échanges exploratoires, les montages d’échauffement et les expositions itinérantes, qu’il fait son meilleur travail. Une fois que le sens est introduit dans les jeux, une fois que la saison se met au travail, Pereira a tendance à disparaître de la vue.

C’est peut-être le genre de joueur qu’il est : indéniablement talentueux, souvent capable de spectaculaire, mais trop luxueux pour s’intégrer dans un système bien défini. Peut-être est-ce un manque d’opportunité ou de confiance managériale. Peut-être qu’il tombe – et ce n’est pas une critique – juste une nuance en dessous du niveau requis pour prospérer dans un club aussi grand et aussi exigeant que Manchester United.

Quelle que soit la raison, la chance contre Brentford était son genre de moment. Pereira a été le premier à la balle rebondissante. Il a tiré sa jambe droite en arrière, attrapant le ballon à son sommet, et a décoché une volée vers le but, où il a touché le dessous de la barre et est tombé comme une pierre. Pas tout à fait à moitié pleine, la foule d’Old Trafford s’est levée, bouche bée, pour applaudir.

Après le match, Pereira a utilisé son coup de projecteur pour lancer un cri du cœur. Il se tenait prêt à servir, dit-il. Il avait juste besoin du manager de United, Ole Gunnar Solskjaer, pour lui donner une chance, a-t-il déclaré. Il était prêt à concourir pour une place, à jouer régulièrement, à montrer qu’à 25 ans, près d’une décennie après son arrivée à Manchester, il était un homme, pas un garçon.

Son plaidoyer tombera, selon toute vraisemblance, dans l’oreille d’un sourd. Même avec l’incertitude qui plane sur l’avenir de Paul Pogba, Solskjaer a une abondance d’options dans son milieu de terrain central : Bruno Fernandes, Scott McTominay, Fred, Nemanja Matic, Donny van de Beek. Ayant engagé plus de 140 millions de dollars pour signer Jadon Sancho et Raphaël Varane, le club doit équilibrer les comptes. Peu importe à quel point il ressemble à Andrea Pirlo en pré-saison, Pereira sera vendu si une offre appropriée arrive.

Pereira n’est pas le seul joueur dans cette impasse. Diogo Dalot, un arrière portugais, a également participé à ce match à Old Trafford à la fin du mois dernier. Jesse Lingard aussi. Comme Pereira, Lingard a passé la saison dernière en prêt. Comme celui de Pereira, son départ cet été de United serait très probablement accepté comme une nécessité économique – et dans une certaine mesure sportive –. Comme Pereira, Lingard a eu la chance de jouer en pré-saison car de nombreux joueurs de premier choix de Solskjaer ont bénéficié de pauses prolongées après avoir participé au Championnat d’Europe et à la Copa América.

Il y a plus – beaucoup plus – de joueurs comme eux dans les échelons supérieurs de la Premier League. Quelques jours après que United ait joué à Brentford, Arsenal a accueilli Chelsea dans un autre match de mise au point. L’équipe d’Arsenal comprenait Mohamed Elneny et Sead Kolasinac; Chelsea, le champion d’Europe, a présenté sur le banc des personnalités comme Davide Zappacosta, Danny Drinkwater et Ross Barkley. Tous sont également disponibles au plus offrant. Ou, en fait, n’importe quel enchérisseur.

C’est la même situation à Liverpool – où Xherdan Shaqiri, Nat Phillips et Divock Origi ont fait partie du camp de pré-saison de Jürgen Klopp – et à Manchester City, où même Patrick Roberts, un ailier qui a passé les cinq dernières années en prêt, a a réussi une apparition ces dernières semaines. Mais City ne peut pas attirer d’offres pour Riyad Mahrez ou Bernardo Silva, sans parler de Roberts. Tottenham aimerait bien faire le vide aussi, mais il n’a pas réussi à trouver de repreneur pour Serge Aurier, Moussa Sissoko ou Harry Winks.

Aucun de ces joueurs, à l’exception possible de Silva et Mahrez, n’est susceptible de figurer régulièrement pour leurs clubs une fois la saison commencée le week-end prochain. Ils sont tous, dans une certaine mesure, désormais plus utiles à leurs équipes en tant que sources potentielles de revenus – non pas tant en tant que défenseurs, milieux de terrain ou attaquants, mais en tant qu’actifs à vendre, pour libérer de l’espace et collecter des fonds.

Et pourtant, à seulement quelques semaines du mercato, ils restent tous bien en place. Ce n’est pas parce qu’ils manquent de talent. Ce n’est pas forcément à cause d’une pénurie de prétendants : il y a plein d’équipes pour lesquelles tous ces joueurs seraient de bonnes recrues. Le problème, au contraire, c’est l’argent : ils en gagnent tous trop, et les équipes qui pourraient le désirer n’en ont pas assez.

C’est une question qui ne s’applique pas seulement à l’Angleterre. Aucune équipe en Europe n’a autant besoin de fonds que Barcelone, avec sa masse salariale stratosphérique et son incapacité apparente à trouver un moyen de signer un nouveau contrat avec Lionel Messi, tout en respectant les règles financières de la Liga.

Il a également tenté de se débarrasser de certains de ses hauts revenus, mais sans succès jusqu’à présent. Samuel Umtiti, Miralem Pjanic et Philippe Coutinho et tous les autres sont toujours là, au Camp Nou, coincés par le poids de leurs contrats. Il existe de nombreux clubs qui seraient ravis d’en avoir. Et il y en a qui pourraient se permettre des frais de transfert et leurs salaires. Ces deux groupes, cependant, ne se croisent pas.

C’est précisément le problème – même s’il s’agit d’une itération à plus grande échelle et plus urgente – auquel sont confrontés les clubs de la Premier League. Leurs joueurs excédentaires constitueraient de beaux atouts pour les équipes à travers l’Europe, mais aucun club qui les souhaite ne peut se les permettre.

L’explication la plus immédiate à cela, bien sûr, est la pandémie de coronavirus : une année d’organisation de matchs dans des stades vides, ainsi que les rabais dus aux diffuseurs qui ont maintenu le match à flot, ont conduit à un resserrement des cordons de la bourse et à une réduction des budgets.

Mais il y a aussi un problème plus profond en jeu. Au cours des dernières années, les équipes de Premier League – aux côtés d’un groupe de superclubs continentaux – se sont glorieuses de recruter autant des meilleurs joueurs de la planète que possible. Ils l’ont fait en leur offrant des salaires bien plus élevés que ceux qu’ils pourraient obtenir ailleurs.

Les conséquences sur le terrain de cette tendance sont claires. La Premier League est à elle seule la compétition nationale la plus compétitive au monde ; le reste des ligues majeures européennes est devenue le fief privé d’une poignée de clubs d’élite. Ce n’est que maintenant, cependant, accéléré par la pandémie, que nous pouvons voir l’impact hors champ.

Le marché des échanges de joueurs qui sous-tend les activités de chaque club en Europe – même en Premier League, isolé du pire de la récession par ses vastes revenus télévisés – est fondamentalement fracturé. Les salaires proposés dans les équipes anglaises, et à Barcelone, sont bien en décalage avec ce que tout le monde peut se permettre de jouer.

Pendant des années, cela a apporté une récompense impressionnante : la Premier League s’est glorifiée de sa puissance financière. Maintenant, cependant, le coût devient clair. L’élite anglaise est capable d’acheter, mais – suffisamment détachée du reste de ses pairs – elle est de plus en plus incapable de vendre.

Pereira, par exemple, ne pourrait probablement pas gagner ce qu’il fait à Old Trafford s’il passait dans le type d’équipe, en Italie ou en Espagne, qui pourrait être intéressé par ses services : la Lazio, disons, ou Valence. Même s’il était prêt à accepter un salaire inférieur et prêt à rejoindre un club de moindre envergure, United devrait payer le reste de son contrat, comme il l’a fait avec Alexis Sanchez.

Et même dans ce cas, signer Pereira – encore relativement jeune à 25 ans – pourrait moins attirer l’un de ces clubs que de choisir un modèle plus jeune, moins cher, avec une plus grande valeur de revente, en provenance de France, de Belgique ou du Portugal, où les prix ont chuté en conséquence. de la pandémie: la même logique qui signifie vendre des joueurs à d’autres équipes de Premier League ne s’avère pas aussi facile que, peut-être, tout le monde le pensait. Les réserves non désirées des grandes équipes anglaises et les rebuts surpayés des super-clubs sont trop vieilles, trop chères, trop de risques et trop peu de récompense.

Pour certains de ces joueurs, il y aura une issue. Les mouvements se matérialiseront une fois que la liquidité affluera sur le marché. Pereira pourrait avoir la chance de prouver que son acte d’hommage à Andrea Pirlo peut durer après le début de la saison. Des accords plus créatifs et moins risqués – des prêts avec des options d’achat futur, en particulier, compensant le coût – peuvent sauver d’autres personnes.

Encore plus, cependant, resteront là où ils sont, coincés dans les limbes, pas assez valorisés par leur employeur actuel mais bien trop valorisés par tout le monde. Ce faisant, ils absorberont non seulement de l’argent, mais aussi de l’espace et du temps dans des escouades de plus en plus chargées de passagers indésirables.

Les équipes anglaises feraient bien de tenir compte de ce modèle, car elles réfléchissent à la meilleure façon d’exercer leur supériorité financière sur ce qui est devenu, et est susceptible de rester, un marché d’acheteurs. La quantité de cet argent qu’ils peuvent dépenser, bien sûr, peut définir le succès qu’ils connaissent aujourd’hui. C’est la façon dont ils le dépensent, cependant, qui définira à quoi ressemblera demain.

Il y a deux côtés au grand débat sur Harry Kane, et chacun est également valable. L’un soutient qu’en tant que capitaine de l’Angleterre et l’un des meilleurs attaquants de sa génération, il a le droit de décider où il souhaite – pour emprunter une phrase de LeBron James – prendre ses talents. L’autre fait remarquer, non moins de façon convaincante, qu’il lui reste trois ans sur son contrat de six ans, et donc qu’il n’en a vraiment pas le droit.

Il est facile de comprendre pourquoi Kane pourrait penser que Tottenham lui fait obstacle. Il est facile de comprendre pourquoi Tottenham pense que Kane aimerait venir travailler, étant donné que Manchester City – son futur employeur prévu – n’a pas encore fait d’offre pour ses services digne d’examen et de débat. Il faudrait un clairvoyant particulièrement doué pour prédire comment cela se résout à partir d’ici.

Le problème, comme c’est si souvent le cas, est que les deux sont des positions raisonnables. Les joueurs devraient, bien sûr, avoir le droit de travailler où bon leur semble : les frais de transfert sont, quand on y pense, des choses vraiment assez étranges. Mais les clubs devraient également être récompensés pour le rôle qu’ils jouent dans le développement de ces joueurs et protégés de leur perte soudaine.

La réponse existe peut-être déjà : si les contrats des joueurs étaient livrés en standard avec une clause de rachat, alors il y aurait au moins un peu de clarté. C’est déjà le cas en Espagne, et c’est de plus en plus courant dans toute l’Europe. Les clubs obtiennent leur protection. Les joueurs obtiennent leur liberté, même si, à l’occasion, elle tend vers le théorique. Et tout le monde sait où il en est.

Une semaine mitigée pour les équipes nationales des États-Unis. Pour les hommes, la perspective d’un avenir radieux s’annonce, après que l’équipe de Gregg Berhalter ait battu le Mexique pour remporter la Gold Cup. Chez les femmes, un horizon un peu plus sombre, après une défaite aux Jeux olympiques en demi-finale aux mains du Canada les a reléguées au match pour la médaille de bronze, où elles ont battu l’Australie.

Il est difficile de surestimer les performances des hommes. C’était, après tout, une équipe américaine gravement affaiblie, privée de la plupart de ses talents les plus prometteurs. Lorsqu’il entrera sur le terrain pour les qualifications pour la Coupe du monde plus tard cette année, sa formation sera probablement radicalement différente. Bien mieux, en fait : si quoi que ce soit, cette victoire en Gold Cup est la preuve de l’ampleur de la force en profondeur dont dispose Berhalter.

Pour les femmes, cependant, les perspectives sont un peu plus troublantes. Les performances de la Suède — adversaire du Canada dans le match pour la médaille d’or et vainqueurs faciles de l’équipe de Vlatko Andonovski dans la phase de groupes — et des Pays-Bas soulignent le sentiment que les meilleures équipes européennes rattrapent les États-Unis à un rythme considérable. En même temps, la timidité de la défaite contre le Canada indique que les États-Unis sont peut-être pris entre deux cycles.

Cela ne veut pas dire que le programme américain pour les femmes ne sera plus une force, ou verra son étoile décliner ; quand la Coupe du monde débutera dans deux ans, elle sera encore, très probablement, la favorite. Cependant, Tokyo devrait servir d’avertissement : sa primauté ne peut être considérée comme acquise, et à mesure que le jeu grandit, l’ampleur de la compétition augmente également.

Un bon point de Paul Tigan sur les liens entre les deux éléments de la newsletter de la semaine dernière : les joueurs étouffés par la pression exercée sur eux de l’extérieur pour performer, et le cas de David Alaba, qui semble avoir été chargé de résoudre tous les des problèmes du Real Madrid.

La dernière partie, écrit Paul, « se lit comme une analyse classique et réfléchie d’un club fixant des attentes déraisonnables envers un individu. Pas seulement sur les performances défensives, mais aussi pour combler les lacunes de la culture d’une organisation défaillante (en étant invité à remplacer Ramos et autres).

Il a raison, bien sûr : il y a un lien entre les deux cas, et un que je n’ai pas vu en les écrivant. Les clubs chargent également les joueurs d’attentes intolérables – la dernière pièce du phénomène du puzzle – et cela n’est que renforcé, comme dans le cas de Madrid, par une mauvaise planification et un manque de prévoyance. Si le Real Madrid peine, selon ses standards, cette année, Alaba pourrait bien être considéré comme un flop. La conséquence sera personnelle. La cause pourrait bien être institutionnelle.

Luka Martinac soulève également une question valable. « Je me demande combien de temps avant que le sport ne commence à rejeter les réseaux sociaux afin de protéger ses stars ? Mis à part l’avantage commercial, il est difficile de voir pour quelle raison il y a lieu. »

J’ai eu la même réflexion. Je suppose, tout d’abord, que nous ne devrions pas sous-estimer la valeur commerciale. Deuxièmement, je connais beaucoup de joueurs de football – et j’imagine que cela vaut pour d’autres athlètes – apprécient vraiment la chance de se connecter avec les fans. Mais le plus important est le suivant : ils ont autant le droit que nous d’utiliser les médias sociaux en toute sécurité. S’ils doivent se retirer à cause de la toxicité envers eux, alors qu’est-ce que cela dit à propos de nous ?

Et une question de Vincent LoVoi, qui veut savoir pourquoi la newsletter de la semaine dernière n’a pas fait mention du tournoi olympique de football, mais s’est plutôt concentrée sur un joueur néerlandais qui chevauche actuellement les ligues anglaise et française.

C’est entièrement à moi : j’ai la chance de pouvoir choisir ce que j’écris dans cette newsletter. Je ne suis pas sûr de pouvoir expliquer mon processus de réflexion plus clairement que « Je pensais que c’était intéressant », mais je vais essayer.

Les Jeux olympiques se déroulent assez rapidement, donc le danger d’écrire une chronique sur le tournoi est que, quelques heures après sa publication, il pourrait sembler obsolète. Les horaires des matchs n’ont pas non plus été parfaits pour un bulletin d’information du vendredi : la finale féminine, par exemple, sera terminée au moment où beaucoup d’entre vous liront ceci. Et d’ailleurs, je ne suis pas sûr que quiconque, actuellement, puisse dire qu’il n’a pas suffisamment de couverture des Jeux olympiques.

J’espère que cela à du sens. Ce n’est peut-être pas satisfaisant, mais c’est la réflexion qui sous-tend le choix du sujet.

Keywords:

Premier League,Manchester United F.C.,Manchester City F.C.,Liverpool F.C.,UEFA Champions League,Premier League, Manchester United F.C., Manchester City F.C., Liverpool F.C., UEFA Champions League,,Soccer,English Premier League,Manchester United (Soccer Team),Liverpool (Soccer Team),Mahrez, Riyad (1991- ),

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: