Home Actualité internationale CM – Pour Benoît Paire, le simple fait de jouer aux Internationaux des États-Unis était comme gagner
Actualité internationale

CM – Pour Benoît Paire, le simple fait de jouer aux Internationaux des États-Unis était comme gagner

L’année dernière, le joueur français a raté le tournoi après qu’un test positif au Covid-19 l’ait confiné dans sa chambre d’hôtel. Même après une défaite au premier tour, Paire se sentait libre.

Il y a un an, le joueur de tennis français Benoît Paire passait l’US Open isolé dans sa chambre d’hôtel de Long Island après avoir été testé positif au Covid-19, incapable de prendre sa place au tirage au sort et incapable de retrouver sa place heureuse dans la foulée.

Paire, aucun pilier de cohérence en temps normal, a lutté de nouvelles manières dans des moments extraordinaires, manquant les fans et coup après coup, faisant parfois très peu d’efforts alors que les défaites du premier tour s’accumulaient.

Mais les foules sont de retour, comme le premier jour de l’US Open a été clair et clair lundi une fois que les détenteurs de billets ont réussi à traverser les lignes de sécurité insupportablement longues et à entrer dans le tournoi.

Paire a quitté sa chambre d’hôtel à Manhattan dans la matinée et s’est rendu au Court 13, l’un des courts extérieurs qui ressemble toujours à un court extérieur, même après toute la construction du nouveau stade de Flushing Meadows.

Les fans sont proches de l’action ici, et l’action sur le terrain adjacent est également proche. Les supporters réunis au Court 13 n’ont pas tardé à manifester leur loyauté en scandant « Benoît » bien plus souvent qu’ils ne scandaient le nom de son digne adversaire serbe Dusan Lajovic.

« J’étais heureux de revoir la foule, de partager un moment avec les gens », a déclaré Paire. « C’est vrai que quand les gens applaudissent pour un bon point ou un point de rupture bien sauvé, ça fait du bien. Et ça te pousse, ou du moins ça me pousse. C’est pourquoi je joue au tennis. Alors j’y prends de plus en plus de plaisir, et c’est pour ça que je reviens à mon bon niveau.

Les vêtements de tennis de Paire, fraîchement livrés par son nouveau sponsor, portent l’inscription « be normal », mais cela ne semble pas être le message que Paire veut réellement faire passer.

Il ne ressemble pas aux autres joueurs de tennis avec sa longue barbe hipster digne d’un peintre français du XIXe siècle : pensez à Édouard Manet. Il a également un côté créatif qui lui est propre : évoquer des vainqueurs de demi-volée à partir d’endroits sur le terrain où la plupart des joueurs du circuit n’envisageraient pas d’essayer de frapper un vainqueur de demi-volée. Son revers à deux mains est doux, polyvalent et souvent mortel. Son coup droit, avec son backswing étrange et étroit, est unique et pas toujours dans le bon sens.

Mais comme Nick Kyrgios, autre joueur de tennis outrageusement doué qui a rejeté la tournée sans ses fans, Paire, classé 49e, a du mal à quitter les yeux une raquette à la main.

Il a laissé Lajovic, classé 40e, en secouant la tête et en riant après certains de ses meilleurs tirs, mais bien que Paire s’en souciait clairement, ce qui était un progrès, il ne pouvait pas appuyer ses coups de génie avec un jeu suffisamment solide sous la contrainte.

Il y avait des doubles fautes à des moments inopportuns, des fautes directes qui paraissaient nonchalantes mais aussi dues à la fatigue dans la chaleur et l’humidité.

Bien que la chemise de Lajovic ait été trempée de sueur au début, Paire était celui qui avait l’air le plus fatigué, se penchant en avant et posant une main sur chaque genou alors qu’il s’installait lentement pour retourner les services.

Mais il a tout de même trouvé l’énergie pour se défouler en fin de deuxième set, perdant son sang-froid après avoir arrêté le jeu à cause d’un cri de la foule et d’un point perdu.

Les règles du tennis sont claires à ce sujet : le point est là. Mais Paire a pris ombrage et l’a finalement sorti sur le parapluie au-dessus de la chaise de Lajovic, le frappant assez fort avec sa raquette pour casser le parapluie et effrayer l’arbitre de chaise et les fans assis dans les premiers rangs.

Paire a reçu sa deuxième violation du code du match – celle-ci pour conduite antisportive – et a été amarré à un point. Il a ensuite perdu le set et le match 6-3, 7-5, 2-6, 6-4.

C’était un résultat décevant après sa joyeuse course aux quarts de finale au Western & Southern Open dans la banlieue de Cincinnati plus tôt ce mois-ci. Mais Paire avait l’air d’un homme exceptionnellement heureux pour un perdant au premier tour.

Un autre joueur français manque l’US Open cette année à cause de la quarantaine : Gilles Simon, qui n’est pas vacciné et confiné dans sa chambre d’hôtel à New York après que son entraîneur ait été testé positif au Covid. Simon était considéré comme un « contact étroit ».

Mais Paire est libre de s’éloigner, libre de se déplacer sur le terrain qui était bondé lundi alors qu’il quittait le Court 13, pas si malchanceux, et retournait aux vestiaires avec deux gardes de sécurité faisant des interférences.

Non pas que Paire veuille rester dans sa bulle. Les fans ont continué à courir vers lui, téléphones portables à la main, pour poser pour des selfies, et bien que de nombreux perdants du premier tour auraient gardé le menton baissé et accéléré le rythme pour se réfugier, Paire a ralenti et s’est adapté à chacun.

Keywords:

US Open,Benoît Paire,Tennis,Dušan Lajović,2021,Association of Tennis Professionals,US Open, Benoît Paire, Tennis, Dušan Lajović, 2021, Association of Tennis Professionals,,Tennis,United States Open (Tennis),Flushing Meadows (Munich, Germany, Hotel),Paire, Benoit,Simon, Gilles,Long Island (NY),

[quads id=1]