CM – Présidentielle au Chili : les bureaux de vote fermés, les tensions montent

0

Les bureaux de vote ont fermé dimanche à 21H00 GMT, et la tension monte au Chili pour savoir lequel des deux candidats prendra la présidence de projets sociaux diamétralement opposés.

Le dépouillement traditionnellement bien organisé en Le Chili a démarré et une tendance pourrait rapidement se dessiner si l’un des deux candidats se démarque.

Mais les finalistes de ce second tour pour déterminer le successeur de Sebastian Piñera étaient tête-à-tête pour ce duel dans les derniers sondages, qui est sans précédent depuis le retour à la démocratie en 1990.

Les 15 des 19 millions de Chiliens appelés à voter pour la plupart déplacés dans la matinée, une canicule a frappé leur pays avec plus de 35 degrés dans la capitale Santiago.

Le candidat de la gauche progressiste, Gabriel Boric, attendra le résultat dans le centre de Santiago, où une grande fête est prévue s’il l’emporte. De son côté, José Antonio Kast, l’extrémiste de droite, réunira ses partisans dans un quartier huppé de l’est de la capitale.

Gabriel Boric, député depuis 2014, dirige une coalition de gauche avec le parti communiste. Il se présente comme candidat au changement et à l’héritage politique du mouvement 2019 pour plus de justice sociale dans le pays le plus inégalitaire de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

A 35 ans, l’âge minimum pour couru, le premier a été chef de file d’un mouvement étudiant de 2011 dans le sursaut final non attendu il y a quelques mois.

« Il est possible de rendre le Chili plus humain, plus digne, plus égalitaire », a déclaré celui qui veut le transformer en un « État-providence » après qu’il eut voté Magellan dans sa ville natale de Punta Arenas dans l’extrême sud du détroit.

« Si nous perdons, nous le reconnaîtrons (…) Nous respecterons le résultat, quel qu’il soit, sans le voile du doute. Mais nous gagnerons et nous attendrons une reconnaissance mutuelle de notre adversaire », a-t-il ajouté.

Il faisait référence aux craintes que José Antonio Kast puisse valider le Wahlve comme l’ancien président américain Donald Trump, qu’il admire ainsi que Jair Bolsanoro du Brésil.

Après que M. Kast, qui était nostalgique de la dictature militaire d’Augusto Pinochet (1973-1990), avait élu Paine comme candidat à « l’ordre, la justice et la sécurité » dans sa ville, à 30 km au sud de Santiago, il a répété qu’il s’attendait à un « résultat serré ».

Il a annoncé qu’en cas de défaite, le résultat des élections qui serait atteint pourrait ne pas être reconnu si l’écart entre les deux candidats est inférieur à 50 000 voix.

Arrivé à la quatrième place (7,93 %) en 2017, M. Kast a triomphé dans le 1er auto-créé en 2018 fin novembre.

Il profite du rejet du président conservateur Sebastian Piñera, qui a terminé indifféremment son deuxième mandat (depuis 2018, après un premier en 2010-2014). La droite chilienne se range donc derrière lui en ordre de bataille.

L’agenda économique ultra-libéral de l’avocat de 55 ans vise à réduire encore les dépenses publiques et à baisser les impôts des entreprises pour créer des emplois.

Tout à fait im Contrairement au programme de Gabriel Boric, 30 ans, qui veut faire avancer une réforme fiscale globale afin d’inclure les plus riches – selon une agence de l’ONU, 1% des Chiliens détiennent 26,5% des richesses – dans son programme pour un meilleur accès à la santé, à l’éducation et à la création d’un nouveau système de retraite désormais totalement privé.

Mais dans un pays dirigé de centre-droit et de centre-gauche depuis la fin de la dictature il y a 31 ans , les électeurs semblent plus désapprobateurs que l’adhésion à conduire.

La campagne présidentielle a été rude et « axée sur le discrédit du concurrent », a déclaré Marcelo Mella, politologue à l’ONU l’université de Santiago.

Après son vote, le président Piñera a également regretté une campagne dans « un environnement de polarisation excessive, de confrontation, de contestations ».

Le résultat de ce vote indécis est le gain des voix du centre et mobilisation déterminée par les abstentions au 1er tour (53%).

« J’espère que le Chili entre dans une nouvelle phase et pourra tester le concept d’Etat-providence », confie Sébastien Vera, 35 ans, professeur d’histoire qui soutient Gabriel Boric.

Mais si Antonio Kast gagne, il craint « un pas en arrière (…) dans lequel notre système néolibéral deviendra encore plus impitoyable qu’il ne l’est déjà ».

Nataly Hidd, 32 ans fonctionnaire, dit aussi avoir « peur de ce qui pourrait arriver à son pays après le vote » et est certaine qu’il y aura des « manifestations » d’une manière ou d’une autre.

Nicolas Julio, étudiant de 21 ans, est perdu ». Il ne fait confiance à « aucun d’eux » et ne sait pas sur le chemin du bureau de vote qui est le candidat du « moindre mal ».

Recevez chaque mardi la meilleure actualité internationale et obtenez un aperçu du Offres exclusives Le Point.

Lire les articles de la rubrique International,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Chile,Presidential election,José Antonio Kast,Gabriel Boric,Chile, Presidential election, José Antonio Kast, Gabriel Boric,,Chili,Élection présidentielle,,,Chili,,,,,,,élections-Chili,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: