CM – Régionales : Bertrand, Wauquiez et Pécresse en tête, le RN plus bas que prévu

0

demeurer

Deux électeurs sur trois ne se sont pas présentés au premier tour des élections régionales et départementales dimanche 20 juin, un record historique d’abstentions.

L’abstention explose. Plus de deux Français sur trois ont décidé dimanche de ne pas se rendre aux urnes au premier tour des élections régionales et départementales. Selon les dernières estimations des instituts de sondage, les abstentions se situent entre 66,1 % et 68,6 %. Il s’agit d’un record d’abstention lors d’un vote hors référendum.

LR au top au niveau national. Les Républicains arrivent en tête à travers le pays, devant le Rassemblement national, plus bas que prévu, la gauche et la LREM.

Bertrand et Wauquiez en force. L’un des premiers résultats significatifs est celui de Xavier Bertrand. Le président sortant (ex-LR) des Hauts-de-France prend largement ses distances avec le candidat RN Sébastien Chenu, tandis que le ministre LREM Laurent Pietraszewski est éliminé. Laurent Wauquiez, président LR sortant de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est largement en tête avec 45 à 46,8 % des voix. En Paca, le président sortant (LR) Renaud Muselier est laissé derrière par le chef de liste du RN Thierry Mariani. Le candidat de L’Union de gauche, l’écologiste Jean-Laurent Félizia, a annoncé qu’il resterait au second tour des élections régionales contre les listes RN et LR, une décision critiquée par les directions du PS et d’EELV.

Bonsoir à tous. Ce spectacle vivant pour le premier tour des élections régionales et départementales est désormais terminé, merci de l’avoir regardé. Voici nos articles sur cette enquête :

>> Régionale : dans les Hauts-de-France, « boîte pleine » pour Xavier Bertrand, LREM dans la baie

>> Régionale en Ile-de-France : Pécresse grand vainqueur, EELV remporte le combat de la gauche

>> ÉDITORIAL. Pourquoi rien ne dit que les Régionales 2021 anticipent la présidentielle de 2022

>> Régionales et départementales : une abstention historique et « particulièrement préoccupante »

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure appelle « solennellement » au retrait de la liste syndicale de gauche en Paca. « Je demande solennellement le retrait de la liste dirigée par Jean-Laurent Félizia. Aucun risque ne doit être pris contre l’extrême droite », écrit le député socialiste, alors que l’écologiste décide de rester dans le RN malgré les risques d’être au second tour – Liste choisie par Thierry Mariani.

En Ile-de-France, Valérie Pécresse, largement en tête après le premier tour des élections régionales, a profité de la prime à la sortie. A gauche, la liste socialiste d’Audrey Pulvar et celle de Clémentine Autain sont battues par la liste EELV de Julien Bayou. Dans cet article, notre journaliste Erwan Bruckert fait le point sur la région Ile-de-France >> Régionale en Ile-de-France : Pécresse grand vainqueur, EELV remporte le combat de la gauche

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, est largement en tête après le premier tour des élections régionales.

L’abstention inédite est sans conteste la grande gagnante du premier tour des élections régionales ce soir . Mais ce n’est pas la seule leçon de ce choix. Des sortants consolidés, un rassemblement national nettement inférieur aux attentes et une lourde défaite pour les listes LREM… L’Express dresse le bilan des 13 régions de France selon les premières estimations. Voici notre article >> Régional 2021 : Que va-t-il se passer dans votre région ?

Le candidat écologiste au gouvernement régional des Pays de la Loire, Matthieu Orphelin, a officialisé l’alliance avec le socialiste Guillaume Garot au second tour ce soir, alors que les deux hommes arrivent derrière la présidente sortante Christelle Morancais (LR) selon aux estimations initiales.

« A partir de ce soir nous allons, comme nous l’avons annoncé, mettre en place notre rallye. A partir de demain nous formerons une seule équipe, une seule équipe qui se mobilise toute la semaine pour convaincre et tendre vers la victoire », a déclaré le Député (ex -LREM) Matthieu Orphelin à Nantes.

Le candidat écologiste au conseil régional des Pays de la Loire, Matthieu Orphelin, s’est allié au socialiste Guillaume Garot au second tour.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les finalistes de 2017 annoncés pour l’élection présidentielle de 2022, n’attirent pas plus dans une élection locale que les autres. Emmanuel Macron reste dans l’opinion publique, mais son parti s’effondre parmi les électeurs lors du premier tour des élections régionales.

Le RN, il pouvait croire que ses électeurs, attirés par certaines victoires promises, seraient particulièrement émouvants cette fois-ci. Ce n’était pourtant pas le cas : arrivée d’abord dans six des douze régions continentales en 2015, l’extrême droite s’est retirée de façon spectaculaire cette fois et n’a réussi à prendre la première place que dans une région, la Paca.

De même que les élections locales de 2020 n’ont pas été annoncées lors des élections européennes de 2019, rien ne dit que les élections régionales de 2021 anticiperont les élections présidentielles de 2022, explique notre journaliste Eric Mandonnet dans cet article >> EDITORIAL. Pourquoi rien ne dit que les Régionales 2021 anticipent la présidentielle de 2022

Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les finalistes annoncés pour la présidentielle de 2022, ne sont pas plus séduisants que les autres aux élections locales.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est avec lui ce soir dans son canton Tourcoing 2 (Nord ) 54% des suffrages ont prévalu devant la gauche (28%), qu’il rencontrera au second tour des élections départementales. « Avec 54,11% des voix, les Tourquennois nous font largement confiance. Jusqu’au second tour dimanche prochain », a tweeté Gérald Darmanin.

Dans un scrutin marqué par une forte abstention, le couple ministre de l’intérieur et maire Doriane Bécue a recueilli 54,11% des voix devant le syndicat de la gauche et des écologistes (28,37%), qu’il affronte au second tour, sans Avoir collecté 25% des personnes inscrites. Avec 17,5% des voix, le binôme RN n’est plus applicable.

Surprise en Paca : L’écologiste Jean-Laurent Félizia annonce ce soir que sa liste de la gauche, qui est troisième derrière la liste de Thierry Mariani (RN) et Renaud Muselier (LR), est au deuxième Tour est retenue régionale élections.

« Nous avons tenu un débat commun et, si les résultats définitifs confirment la tendance, nous avons décidé de garder la voix de la gauche », a annoncé le conseil municipal du Lavandou (Var). En 2015, la liste de gauche de Christophe Castan, alors au PS, se retire pour bloquer l’extrême droite.

« Nous n’avons pas suggéré que les électeurs de gauche et écologistes votent pour leurs idées, puis proposent qu’elles disparaissent et soient effacées au cours des six prochaines années », explique-t-il. « Dans ce second tour nous aurons un adversaire, le candidat sortant, Renaud Muselier, et un ennemi, le Rassemblement national, qui reste pour nous une force d’exclusion, de division et d’intolérance qui ne doit pas prévaloir dans cette région », a-t-il ajouté. .

En Paca, le départ Renaud Muselier a mieux résisté que prévu à Thierry Mariani. Selon divers sondages, les deux se situent entre 30 et 35 % à égalité. Jean-Laurent Felizia (EELV/PS/PCF) se positionne entre 14 et 18%. Le maintien de sa liste pourrait donc permettre au RN de conquérir la région.

Le PS sortant François Bonneau, qui vise un troisième mandat, dirigera ce soir le premier tour de la Regionalliga en Centre-Val de Loire, devant le RN Aleksandar Nikolic d’environ quatre points.

François Bonneau obtiendrait 25,6% des voix contre 21,7% pour Aleksandar Nikolic. Le candidat LR Nicolas Forissier arrive troisième avec 18,7%, devant le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, qui porte les couleurs de la majorité présidentielle (15,5%) et l’écologiste Charles Fournier (11,4%) donc Ipsos pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire.

Le PS sortant François Bonneau arrive ce soir en tête du premier tour de la Regionalliga en Centre-Val de Loire.

Le PS sortant Alain Rousset, qui vise un cinquième mandat, est largement en retard selon aux sondages en tête au premier tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine devant les candidates RN Edwige Diaz et LREM Geneviève Darrieussecq.

Alain Rousset a recueilli 28,6 à 30,1% des voix, Edwige Diaz entre 17,4 et 17,9%, Geneviève Darrieussecq entre 13,6 et 15,6% et l’écologiste Nicolas Thierry entre 11,5 et 12,2%, selon l’Institut fiduciaire Ifop pour TF1/ LCI et Ipsos pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire.

Le PS sortant Alain Rousset l’emporte au premier tour de la ligue régionale en Nouvelle-Aquitaine.

Les partis qui sont en tête au premier tour des élections régionales selon les estimations des instituts de sondage à 21 heures, rapporte l’AFP dans cette carte.

Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a appelé ce soir à « une commission d’enquête sur les conditions dans lesquelles s’est déroulé le vote » du premier tour des régionales, truffé de dysfonctionnements comme à Marseille.

« Il est temps d’enquêter publiquement sur les causes de tels dysfonctionnements. Le bureau de l’Assemblée nationale serait bien avisé de convoquer une commission d’enquête sur les conditions dans lesquelles s’est déroulé le vote ce dimanche », ont déclaré les députés LFI- des Bouches-du-Rhône depuis son quartier général de campagne.

A LIRE AUSSI >> Marseille, Saint-Etienne, Montauban… Des couacs lors de l’organisation des élections

Xavier Bertrand a fait des élections régionales dans les Hauts-de-France une primaire pour la présidentielle. Le président de région est proche du succès de son pari : au premier tour il était largement en tête avec près de 40 % des voix, bien devant le candidat du RN Sébastien Chenu (24 %). Le candidat LREM Laurent Pietraszewski est éliminé et n’atteint pas la barre des 10 %. « Une boîte pleine », salue le juge suppléant Pierre-Henri Dumont.

Découvrez l’article de notre journaliste Paul Chaulet >> Régional : en Hauts-de-France, « boîte pleine » pour Xavier Bertrand, LREM dans la baie

Le président sortant de l’exécutif corse, l’Autonome Gilles Simeoni, devance de peu la liste de droite unie investie par les Républicains Laurent Marcangeli au premier tour des élections régionales en Corse, selon les estimations d’un sondage de l’institut .

Gilles Simeoni obtiendrait 28% des voix contre 24,9% pour le maire d’Ajaccio Laurent Marcangeli. La liste nationaliste du maire de Porto-Vecchio, Jean-Christophe Angelini, se verrait attribuer 14,3%, selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et la chaîne parlementaire.

Le président socialiste sortant de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, est légèrement en tête au premier tour du gouvernement régional avec un peu plus de 20% des voix, tandis que les candidats EELV, LREM/MoDem/UDI, LR et RN ont les places rivales suivantes selon les premières estimations.

Selon Elabe, Loïg Chesnais-Girard a remporté 20,3% des voix pour BFMTV/RMC/SFR et 20,8% d’Ipsos Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/LCP. Elabe donne ensuite l’écologiste Claire Desmares-Poirrier avec 16%, Isabelle Le Callennec (LR) avec 15,8% et Thierry Burlot, ex-PS et candidat sans label investi par LREM, avec 15,7% devant le RN Gilles Pennelle 14,4%. Ipsos a quant à lui placé Thierry Burlot à la deuxième place avec 16,2%, devant Isabelle Le Callennec (15,7%), Gilles Pennelle (14,4%) et Claire Desmares-Poirrier (14,2%).

Le président socialiste sortant de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, est tout juste en tête au premier tour des élections régionales.

Dans les Hauts-de-France, la liste LREM de Laurent Pietraszewski rappelle ce soir a été éliminée au premier tour des élections régionales, pour voter pour le président sortant (ex-LR) Xavier Bertrand, qui devançait largement la liste des chauffeurs RN.

Le secrétaire d’Etat Laurent Pietraszewski, chargé des retraites, a concédé « un score trop bas » pour « rester au second tour » ».

Plus de deux Français sur trois ont voté contre les urnes au premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche, un record d’abstentions pour tous les votes en France à l’exception du référendum.

Lors de la fermeture des derniers bureaux à 20h, les sondages ont estimé que l’abstention était comprise entre 66,1% et 68,6%. La plus forte abstention pour un premier tour des élections régionales était en 2010 avec 53,67 %.

Plus à ce sujet dans cet article >> Régionales et départementales : une abstention historique et « particulièrement préoccupante »

La présidente sortante (ex-LR) de l’Île-de-France Valérie Pécresse arrive, selon les premières estimations des instituts de sondage, largement au premier tour des élections régionales, derrière cinq listes qui ont la possibilité de rester au deuxième tour.

Valérie Pécresse a recueilli entre 34,2 % des voix selon Ipsos/Sopra Steria, 36,2 % pour Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI et 36,4 % Elabe, devant le RN Jordan Bardella (entre 13,0 et 13,9) et le l’écologiste Julien Bayou (entre 12.5.). et 13,7), qui est en tête de liste à gauche, suivi de Laurent Saint-Martin (LREM) (entre 11,8 et 12), Audrey Pulvar (PS) (entre 10,5 et 11,8) et Clémentine Autain (LFI) (entre 10,0 et 10,2 ).

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a déclaré ce soir sur TF1 que les socialistes se retireraient au second tour des élections régionales si la liste RN conduite par Thierry Mariani l’emportait dans la région Paca. « Si Thierry Mariani peut gagner, nous ferons notre devoir », a déclaré le député PS Olivier Faure Wahl « .

Le président sortant (LR) de la région Provence-Alpes Côte d’Azur est en tête-à-tête sur la liste du RN Thierry Mariani au premier tour, le candidat EELV PS Jean-Laurent Felizia arrive à la troisième place, selon différents estimations.

Le président sortant (LR) du Grand Est Jean Rottner est largement en tête au premier tour des élections régionales et distancie le candidat RN Laurent Jacobelli après une première estimation d’un institut d’études d’opinion.

Jean Rottner a recueilli 31,5% des voix selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire, loin devant Laurent Jacobelli (20,7%), Eliane Romani (EELV/PS/PCF) (14,3%) et la ministre Brigitte Klinkert (LREM/MoDem) (10,7%), tandis que l’ancienne ministre Aurélie Filippetti a éliminé (8,3%).

Le président sortant (LR) du Grand Est Jean Rottner l’emporte au premier tour des élections régionales.

« L’abstention est particulièrement préoccupante », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans un tweet sur les résultats de les élections régionales. « Notre travail commun doit viser à mobiliser les Français pour le second tour », a-t-il ajouté, alors que les sondages estimaient l’abstention à atteindre un record de 66,5% à 68,6%.

La présidente sortante Les Républicains Christelle Morancais est au terme du premier tour des élections régionales dans les Pays de la Loire après une première estimation de 16 points devant le candidat écologiste Matthieu Orphelin (ex-LREM) et le socialiste Guillaume Garrot un institut de recherche d’opinion.

La tête de liste LR obtiendrait 34,1% des voix, loin devant Matthieu Orphelin (18,4%) et Guillaume Garrot (18,4% également). Les candidats Hervé Juvin pour le Rassemblement national et François de Rugy pour LREM/MoDem récolteraient respectivement 11,9% et 11,1%, selon un sondage de l’institut Ipsos/Sopra Steria.

La présidente sortante LR Christelle Morancais compte 16 points d’avance sur le candidat écologiste Matthieu Orphelin et le socialiste Guillaume Garrot.

La PS sortante Marie-Guite Dufay sera en tête du premier tour des élections régionales en Bourgogne-Franche dimanche -Comté, d’une estimation avec moins de trois points d’avance sur le RN Julien Odoul.

Marie-Guite Dufay obtient 26,2% des voix contre 23,8% pour Julien Odoul. Ils devancent LR Gilles Platret (20,9%) et LREM Denis Thuriot (12,7%), selon l’Institut Ipsos pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire.

La PS sortante Marie-Guite Dufay est en tête du premier tour des élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

Carole Delga, présidente PS sortante d’Occitanie, a aujourd’hui 39 ans après le premier tour des élections régionales. 6 % des voix soit plus de 17 points d’avance sur le RN Jean-Paul Garraud avec 22,8 % loin en tête des premières estimations de l’Institut Ipsos/Sopra Steria.

La tête de liste LR Aurélien Pradié, également numéro trois chez les Républicains, arrive en troisième position avec 12,1%, tandis que la liste LREM/MoDem de Vincent Terrail-Novès avec 8,4% en deçà de la participation au second tour. Selon ces estimations, l’écologiste Antoine Maurice (EELV/Générations) a également recueilli 8,4% des voix pour France Télévisions/Radio France/La Chaîne Parlementaire.

Carole Delga, présidente PS sortante d’Occitanie, est largement en tête à l’issue du premier tour des élections régionales.

Un autre président sortant arrive en tête du premier tour des élections régionales : le centriste Hervé Morin, Le président normand, selon les premières estimations de l’institut Ipsos/Sopra Steria, a recueilli 35,1 % des voix devant la liste RN de Nicolas Bay, avec 20,4 % donnés. La liste PS/EELV/Générations de Mélanie Boulanger est créditée de 18,3 %, devant LREM de Laurent Bonnaterre avec 11,6 %, selon ces estimations pour France Télévisions/Radio France/LCP.

Laurent Wauquiez, président LR sortant de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a remporté de loin le premier tour des élections régionales et, selon les premières estimations des instituts de sondage, a recueilli 45 à 46,8 % des voix, soit une trentaine de points de plus que la liste EELV de Fabienne Grebert.

Laurent Wauquiez est annoncé par Opinionway pour Cnews avec 45% et par Ifop Fiducial pour TF1 et LCI avec 46,8%. Fabienne Grebert est 13,4% selon Ifop Fiducial et 14% selon Opinionway. Selon les deux instituts, la candidate RN Andrea Kotarac arrive à la troisième place avec 12%, devant LREM Bruno Bonnell, 9,4% selon Ifop, 10% selon Opinionway.

Laurent Wauquiez a d’emblée salué un résultat qui « a dépassé toutes les attentes ». « Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui nous ont accordé une telle confiance qu’elle a dépassé toutes les attentes », a déclaré à la presse le président sortant de la région.

Le président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez est clairement en tête du premier tour des régionales.

Selon diverses estimations, le Parti républicain mène aujourd’hui le premier tour des élections régionales à travers le pays avant le Rassemblement national (RN), la gauche et la LREM.

La droite recevrait entre 27,2 et 29,3%, les listes citées par le PS entre 16,5 et 17,6%, le RN entre 19,1% et 19,3% et LREM environ 10 jusqu’à 11%, donc Elabe pour BFM/RMC et Ipsos pour France Télévisions, Radio France et la chaîne parlementaire.

En Paca, Renaud Muselier (LR) affronte Thierry Mariani (RN). Selon une estimation d’Ifop-Fiducial, le président sortant a réalisé 34,5% pour TFI et LCI contre 33% pour la liste RN.

Selon les premières estimations des instituts de sondage, Xavier Bertrand est largement en tête du premier tour des élections régionales dans les Hauts-de-France. Sébastien Chenus RN est laissé pour compte tandis que le ministre LREM Laurent Pietraszewski est éliminé.

Selon l’estimation d’Ifop-Fiducial pour TFI et LCI, la liste du président sortant (ex-LR) atteint 42,5%, tandis que celle de Sébastien Chenu atteint 24%. Vient ensuite la liste de l’Assemblée de la gauche, conduite par l’écologiste Karima Delli (18,4 %) et la liste LREM de Laurent Pietraszewski (9,1 %), mais soutenue par plusieurs responsables gouvernementaux comme Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin le devient.

Selon l’avis de l’Institut Opinionway pour Cnews, Xavier Bertrand recueille entre 39% des voix et 46,9% selon Harris Interactive, loin devant Sébastien Chenu (22,5% selon Harris à 24,4% selon Ipsos/ Sopra Steria). Laurent Pietraszewski est annoncé entre 7,3% (Harris Interactive) et 9,1%, soit en dessous du seuil de 10% des voix requis pour participer au second tour.

Aidé au scrutin proportionnel, le RN s’est retrouvé en tête dans six des treize régions au premier tour, notamment en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca). En 2015, la dynamique du parti d’extrême droite était déjà forte après le premier tour. Les sondages aboutissent à la liste RN de Thierry Mariani « dans tous les cas » en Paca face au sortant LR Renaud Muselier, avec même un recul de la gauche au second tour.

Le vote a encore lieu dans les grandes villes aujourd’hui. Lorsque les bureaux de vote fermaient à 18 heures dans la plupart des communes françaises, de nombreuses villes fermaient jusqu’à 19 heures et les plus grandes jusqu’à 20 heures.

La majorité présidentielle se rend aux élections régionales et départementales avec des ambitions modestes, le ministre Marc Fesneau, MoDem, étant l’atout le plus important du Centre-Val-de-Loire.

Pas moins de quinze membres du gouvernement se sont également présentés, dont le garde des sceaux Eric Dupond-Moretti et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans les Hauts-de-France. En Ile-de-France, Marlène Schiappa est en tête de liste à Paris, tandis que Geneviève Darrieussecq est en lice en Nouvelle-Aquitaine.

En cas de grosse gifle face à la majorité présidentielle aujourd’hui et dimanche prochain, la question d’un remaniement gouvernemental pourrait se poser alors qu’Emmanuel Macron, qui a élu avec son épouse Brigitte à l’heure du déjeuner au Touquet dans le Pas- de-Calais, doit présenter début juillet la feuille de route pour la dernière année de son quinquennat, qu’elle souhaite « utile ».

LIRE AUSSI >> Hésitation, jalousie, déboires… La dure vie des ministres candidats aux élections régionales

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti sont candidats aux élections régionales dans les Hauts-de-France.

Outre les élections régionales, les élections départementales, anciennement « cantonales », avec un système électoral introduit pour la première fois en 2015, a eu lieu aujourd’hui. Comme les conseils régionaux, les conseils départementaux sont élus pour un mandat de six ans.

La France métropolitaine compte 92 conseils généraux. « A proprement parler, le conseil départemental est l’assemblée consultative du département en tant que collectivité territoriale, constituée de la réunion des conseillers départementaux », rappelle le site vie-publique.fr

Plus d’informations dans cet article >> Compétences, mode de scrutin… Le point sur les départements, l’élection oubliée

A 26,72% à 17h, selon le ministère de l’Intérieur, le taux de participation est inférieur de plus de 16 points aux chiffres régionaux de décembre 2015 (43,01%). Et la Corse a eu la participation la plus importante avec 47,31%. Viennent ensuite l’Occitanie (31,71 %), la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (30,64 %), la Bretagne (28,79 %) et la Bourgogne-Franche-Comté (28,41 %). En revanche, la participation est la plus faible dans le Grand Est (21,73 %) et en Ile-de-France (21,97 %) à 17h.

Le premier tour des élections régionales et départementales d’aujourd’hui a été marqué par plusieurs échecs. Les bureaux de vote à Marseille ont donc été fermés faute d’experts. A Marseille, les électeurs de 34 bureaux – selon la préfecture – ont trouvé la porte fermée ce dimanche à 8 heures. Selon la mairie, une dizaine de bureaux n’ont pu ouvrir qu’à 11 heures du matin. Les bulletins de vote manquaient également à Maubeuge (Nord). Le point dans cet article >> Marseille, Saint-Etienne, Montauban… Ces hoquets en série aux élections

Dans les environs de Maubeuge (Nord) il n’y a pas eu de scrutins lors du premier tour des élections régionales et départementales du dimanche 20 juin 2021.

Sur le papier, la fusion des régions devrait apporter des économies d’échelle et un contrôle des coûts d’exploitation d’Enable. Au moment du Big Bang de janvier 2015, le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls, avait même évoqué des économies de 10 milliards. Mais très vite cette estimation est apparue largement surestimée.

Frais de fonctionnement, masse salariale, dettes… Travail de fourmi réalisé par la Fondation IFRAP, L’Express publie les principaux résultats sous forme d’infographies exclusives, dont dans cet article de notre journaliste Béatrice Mathieu >> INFOGRAPHIES. Frais de fonctionnement, personnel… Votre région est-elle bien gérée ?

Malgré leur volonté commune de ne faire qu’un à l’élection présidentielle de 2022, Europe Écologie – Les Verts et le Parti socialiste comptent aujourd’hui sur les résultats du premier tour pour « se compter ». Comprendre : Visualisez au mieux votre avance dans l’opinion publique, un choix aux connotations très nationales pour affirmer votre leadership.

Notre journaliste Erwan Bruckert l’explique dans cet article >> Régional : La gauche à la recherche de la pole position

L’abstention au premier tour des élections départementales et régionales est historiquement élevée : selon les premières estimations des instituts d’études d’opinion, elle est estimée entre 66,5% et 68,6%. Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France Télévions, Radio France et la chaîne parlementaire, l’abstention serait de 66,5%. Selon Opinionway pour CNews et Ifop Fiducial il serait légèrement supérieur pour TF1/LCI à 68% et selon Elabe il serait de 68,5% pour BFM/RMC. L’institut Harris pour M6 estime la participation à 31,4 %.

Le taux de participation à 17h au premier tour des élections régionales et départementales est de 26,72 %, en chute libre par rapport à 2015.

En 2015, le taux de participation à 17 heures au premier tour des élections régionales en France métropolitaine était de 43,01 %. En 2010, ce taux était de 39,29%. En 2015, le taux de participation à 17 heures au premier tour des élections départementales était de 42,75 %.

L’un des autres enjeux des élections régionales est l’avenir des deux candidats potentiels de droite à l’Elysée, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, qui ont annoncé qu’ils mettraient fin à la politique s’ils n’étaient pas réélus à la élections. de-France et l’Ile-de-France contribuent à la nationalisation de l’échéance.

LIRE AUSSI >> Régionales : Bertrand, Muselier, Rottner… Ces candidats de droite qui jouent gros

Les enjeux de ce double choix sont multiples. Parmi les questions qui se posent : Le Rassemblement national (RN) remportera-t-il sa première région ? Au premier tour, grâce au scrutin proportionnel, le RN est arrivé en tête dans six des treize régions de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca), Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté , Occitanie et Nouvelle-Aquitaine et Bretagne. Dans les sondages, il talonne les présidents sortants des Hauts-de-France, du Grand Est et de la Normandie.

En 2015, la dynamique du parti d’extrême droite était déjà forte après le premier tour. Mais elle a été brisée contre la digue du front républicain, qui s’est construite en Paca et dans les Hauts-de-France notamment par le sacrifice du Parti socialiste. En tout cas, le RN entend utiliser les élections régionales comme tremplin pour la candidate Marine Le Pen, déjà déclarée pour 2022.

Le RN entend utiliser les élections régionales comme tremplin pour Marine Le Pen, candidate déjà déclarée pour 2022.

A 12,22 % à la mi-journée, le taux de participation est inférieur de quatre points, selon le ministère de l’Intérieur régional à partir de décembre 2015 (16,27%) et plus de cinq points par rapport au départemental à partir de mars 2015.

Le record d’abstention (53,67 %) pour un premier tour des élections régionales remonte à 2010, lorsque le taux de participation à midi était de 16,07 %. Il a donc de bonnes chances d’être battu lors de ce dernier meeting électoral avant la présidentielle dans dix mois.

Environ 48 millions d’électeurs sont appelés ce dimanche à partir de 8h en France métropolitaine pour le premier tour des élections régionales et départementales, selon les communes jusqu’à 18h, 19h ou 20h. Même si l’épidémie de Covid-19 est en net recul, un protocole sanitaire strict a été mis en place et les électeurs sont tenus de maintenir une distance de sécurité, de porter un masque et d’utiliser du gel hydroalcoolique. Le deuxième tour aura lieu le dimanche 27.

Plus d’informations sur les élections régionales dans cet article et sur les élections départementales dans celui-ci.

Les électeurs votent pour les élections régionales et départementales du dimanche 20 juin 2021 et du dimanche 27 juin.

Lire notre dossier complet

Élections régionales et départementales 2021

Votre adresse e-mail nous permet de vous envoyer les newsletters auxquelles vous vous êtes abonné. Pour exercer vos droits, consultez notre Politique relative aux informations personnelles.

Keywords:

French regional elections,Xavier Bertrand,Nord-Pas-de-Calais,National Rally,France,Sébastien Chenu,French regional elections, Xavier Bertrand, Nord-Pas-de-Calais, National Rally, France, Sébastien Chenu,,régionales,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: