CM – Sommets États-Unis-Russie : le froid de la guerre froide pour une bonne chimie

0

Alors que le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine doivent se rencontrer pour leur premier sommet aujourd’hui, nous revenons sur les précédentes rencontres historiques entre les deux puissances nucléaires à l’époque de la guerre froide.

Les relations glaciales entre les dirigeants de ces nations rivales ont suffi à faire claquer des dents alors que le monde craignait une guerre nucléaire totale.

Les cool confabs entre 1947 et le début des années 1990 ont attiré un public mondial, mais c’est deux décennies après la fin de la guerre froide que l’Irlande devait accueillir l’une de ces réunions.

Le président russe Vladimir Poutine et le président américain Barack Obama se sont rencontrés lors du sommet du G8 à Fermanagh, en Irlande du Nord, en 2013.

L’idyllique Lough Erne a été la toile de fond de la conversation qui a été dominée par la guerre civile syrienne.

La puissance militaire et les armes sont toujours des sujets de discussion lorsque les deux rivaux convergent, mais au fil des ans, les conversations se sont mélangées à des rencontres de célébrités et à des amitiés improbables.

Dwight Eisenhower et Nikita Khrouchtchev se sont rencontrés à Camp David en septembre lors de la première visite d’un dirigeant soviétique aux États-Unis.

Khrouchtchev est venu avec sa famille et a profité de l’occasion pour visiter le pays, explorant les champs de maïs de l’Iowa ainsi qu’Hollywood, où il a livré l’une de ses diatribes légendaires à un public comprenant Marilyn Monroe et Elizabeth Taylor.

Le sommet s’est conclu par une déclaration selon laquelle les deux superpuissances travaillent à des pourparlers sur le désarmement et sur le statut de Berlin que la guerre froide avait divisé.

Le beau nouveau venu à la Maison Blanche, John F. Kennedy, a rencontré le chevronné Nikita Khrouchtchev en juin 1961 sous les fresques baroques de l’ancien palais impérial de Schönbrunn, souvent considéré comme le Versailles de Vienne.

Le sommet se révélera être une rencontre glaciale digne de l’ère de la guerre froide et rendue plus froide par l’échec de l’invasion américaine de la baie des Cochons à Cuba qui s’est produit peu de temps auparavant. Berlin était en tête de l’agenda, mais deux mois plus tard, le mur divisant la ville serait construit.

Un an plus tard, la crise des missiles cubains a éclaté, amenant le monde au bord de la guerre nucléaire.

La guerre du Vietnam a jeté une ombre sur le sommet de Moscou en mai qui a réuni Richard Nixon et Leonid Brejnev. Quelques jours avant son déplacement, le président américain avait ordonné des bombardements massifs de Hanoï.

Mais le sommet s’avérerait essentiel pour inaugurer la période de détente entre les deux superpuissances alors qu’elles signaient les traités de contrôle des armes SALT et ABM.

Dans une déclaration commune, ils ont déclaré que la coexistence pacifique était la seule base des relations mutuelles à l’ère nucléaire.

Les deux hommes se sont encore rencontrés à deux reprises alors qu’ils étaient au pouvoir, soulignant le dégel des liens. Mais les relations se sont refroidies plus tard avec l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979.

Leur première rencontre a eu lieu en Suisse en 1985 où Reagan, réprimandant toujours « l’empire du mal » et se préparant à mettre en place un système de défense spatial, a suggéré à Gorbatchev de se promener « pour prendre l’air » au bord du lac Léman.

À leur retour, on parlait de « chimie ». Reagan a trouvé Gorbatchev « très confortable, très facile à vivre », a rappelé plus tard sa femme Nancy, un facteur qui, avec leur appréciation mutuelle, leur a permis de renverser la course aux armements.

Un an après Genève, les deux superpuissances se sont à nouveau rencontrées à Reykjavik, la capitale islandaise, pour discuter de l’élimination de leurs arsenaux nucléaires.

Mais les pourparlers ont échoué car Washington a refusé de faire reculer le développement de son projet de défense antimissile « Star Wars », jugé inacceptable par le Kremlin.

Pourtant, le sommet a depuis été considéré comme le signe avant-coureur d’une désescalade significative et un tournant dans la guerre froide.

Cela a conduit à un traité en 1987 en vertu duquel les deux puissances élimineraient leurs missiles nucléaires à courte et moyenne portée. Des milliers de ces armes ont été mises au rebut lors de ce qui a été la première grande réduction d’armes par les rivaux.

Boris Eltsine a été accueilli en « ami » par son hôte américain George Bush lors de sa première visite aux Etats-Unis depuis l’effondrement de l’URSS.

Les deux se sont efforcés de forger une relation personnelle étroite comme base de la coopération économique entre leurs pays mais aussi de continuer à réduire leurs arsenaux nucléaires.

Le sommet a marqué l’entrée d’Eltsine sur la scène mondiale et la première réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à la période de l’après-guerre froide.

Bill Clinton et Boris Eltsine ont tenu huit sommets au cours de leurs mandats, qui se sont chevauchés pendant la majeure partie des années 1990.

Leurs sommets comprenaient un à Hyde Park, New York en 1995 où parfois les deux hommes, qui ont eu de nombreux désaccords au fil des ans, semblaient s’entendre comme de vieux amis.

Le sommet n’avait apporté aucun accord décisif, mais une remarque d’Eltsine lors d’une conférence de presse a allégé l’ambiance et a fait éclater Clinton d’un fou rire incontrôlable.

« Ce que vous écriviez, c’est que la rencontre d’aujourd’hui avec le président Bill Clinton allait être un désastre », a déclaré Eltsine aux journalistes.

Clinton a passé plusieurs moments à essayer de se ressaisir tout en drapant un bras amical autour d’Eltsine. Le Russe, de son côté, avait le sourire serein d’un comique qui venait de faire tomber la maison.

© RTÉ 2021. RTÉ.ie est le site Web de Raidió Teilifís Éireann, les médias nationaux de service public d’Irlande. RTÉ n’est pas responsable du contenu des sites Internet externes.

Titre associé :
Froid de la guerre froide pour une bonne chimie : comme Biden et Poutine se préparent pour le 1er sommet, retour sur les rencontres États-Unis-Russie
Sommets États-Unis-Russie : le froid de la guerre froide vers une bonne chimie
Quand le président américain et les dirigeants russes le rencontrent'sa délicate danse diplomatique

Keywords:

Russia,Cold War,Vladimir Putin,Joe Biden,President of the United States,Russia, Cold War, Vladimir Putin, Joe Biden, President of the United States,,,News, World, Paris, Vladimir Putin, Joe Biden, Cold War,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: