CM – Street Art : une œuvre en l’honneur des victimes du 17 octobre 1961, dégradée

0

À Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, une œuvre de street art du pochoiriste français C215 a été « manifestement racialement » dégradée, comme l’a dénoncé l’artiste samedi 25 décembre. Il y a deux mois, à l’occasion du 60e anniversaire du massacre de manifestants algériens sous la tutelle du préfet de police de Paris d’alors, Maurice Papon, C215, de son vrai nom Christian Guémy, avait peint au pochoir sur un mur de garage d’Ivry le portrait d’un des victime de cette répression, Ahmad Khalfi, avec l’inscription « Jeté dans la Seine le 17 octobre 1961 ».

Comme le montre une photo que l’artiste a publiée sur les réseaux sociaux samedi, cette inscription a été effacée au burin et le portrait avec des taches rouge sang pulvérisées. Un pénis est également gravé sur l’œuvre. « C’est très violent pour tous les maghrébins et les gens qui peuvent vraiment s’identifier à lui (Ahmad Khlafi, ndlr). Ce n’est pas une personnalité politique, il est juste la victime d’un massacre commis dans des circonstances de racisme ordinaire. Et là on perpétue tout ça », regrette C215, contacté par l’Agence France-Presse.

Celui qui a ajouté des taches de sang et ciselé le mur pour avoir jeté l’inscription « le 17 octobre 1961 dans la Seine, l’est attaché à la portrait d’Ahmed Khalfi à Ivry, comment son imaginaire raciste est tellement troublé par le simple portrait souvenir d’une victime… pic.twitter.com/1SkiHAClOS

« C’est très triste. C’est une insulte qui est jetée au visage non seulement de la victime mais aussi des personnes contemporaines », a-t-il ajouté. « Je l’ai remarqué aujourd’hui, mais je ne sais pas quand il était prêt. C’est dans une petite rue, il n’y a pas beaucoup de circulation », a-t-il expliqué. « J’ai essayé de rendre son portrait aussi vivant et humain que possible. Elle est peinte à hauteur d’homme, dans un quartier où il y a aussi beaucoup de variété. « A une époque où le but était de diversifier la représentation des mémoriaux dans l’espace public, nous n’avons pas quitté l’auberge… », se plaint-il.

« Nous condamnons les destructions dont le but était C215, leur travail en la région parisienne est connue et reconnue des Ivryens », a réagi la mairie d’Ivry, qui a été contactée par l’Agence France-Presse.

Lire les articles de la rubrique Divers,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Titre associé :
racisme : à Ivry, un hommage aux victimes du 17 octobre 1961 rétrogradé
Le street artiste C215 dénonce l’humiliation de son oeuvre en hommage aux victimes du 17 octobre 1961
Une œuvre en hommage aux victimes de la dégradation du 17 octobre 1961
Streetart : une oeuvre en hommage aux victimes du 17 octobre 1961 dégradées

Keywords:

Paris massacre of 1961,1961,C215,Street art,Paris massacre of 1961, 1961, C215, Street art,,,,,Street art-Racisme-Hommage-Dégradation-Urbanisme-Histoire-Police et justice-Arts- culture et spectacles-Ahmed Merabet-Christian Guémy-Maurice Papon,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: