CM – « The King’s Man: First Mission », blockbuster pacifiste et schizo

0

Est-ce parce que The King’s Man : First Mission est dans les rayons de Disney depuis deux ans ? Pas immangeable, loin de là… Mais clairement sans la fraîcheur des deux opus précédents, reliques d’un vieux monde avant Covid, dans lequel les blockbusters sortaient à temps sans dépasser leur date de péremption. The King’s Man : First Mission a été reporté pas moins de sept fois depuis sa première fenêtre de sortie (8 novembre 2019), à la fois pour des raisons de santé et pour faire place aux blockbusters prioritaires de la maison mère Disney le 29 décembre.

Toujours dans au milieu Lors du tournage de son prochain long métrage (le thriller Argylle avec Henry Cavill en super espion, hey, hey !), le réalisateur britannique Matthew Vaughn a le sentiment, même lors de notre appel interurbain, qu’il est un cas : « J’ai eu le King’s il y a trois ans Man: Filmed First Mission et je n’ai même pas pris le temps de le voir dans une salle de cinéma. Je suis content qu’il sorte enfin, merci à Disney de l’avoir réservé pour les films, mais je tourne autre chose et c’est tellement étrange… le temps a passé si vite. Malheureusement pour Vaughn, son film sort dans un contexte de pandémie sans précédent qui risque de ne plus se visiter (merci Omicron) alors qu’aux États-Unis sa carrière théâtrale tourne au vinaigre… quand il ne veut pas, ne le fais pas !

Ambiance donc lugubre et effectivement le résultat de The King’s Man : First Mission fait curieusement penser au dernier reboot de Ghostbusters : on évoque les recettes du passé pendant qu’on change de décor (plus de temps ici, puisque King’s Man est un prequel) au début du XXe siècle) mais a oublié d’ajouter avant de cuisiner l’humour et la bonne humeur qui furent le sel des premiers volets. Malgré quelques qualités notables, l’histoire laisse l’impression d’un concept déjà au bout de sa course, au goût bâtard et qui a sans doute trop attendu pour être servi. Cela commençait plutôt bien par une introduction grandiose digne de Lawrence d’Arabie, situé en Afrique du Sud en 1902, où le duc Orlando d’Oxford (Ralph Fiennes) assista impuissant au meurtre de sa femme par un sniper en pleine guerre des Boers à un Campement de la Croix-Rouge. Peu de temps avant sa mort, la malheureuse promet de toujours protéger son enfant Conrad.

Douze ans plus tard, alors que les tensions mondiales menaçaient de dégénérer en conflit général, Orlando interdit à son fils de s’enrôler dans l’armée. Mais une obscure conspiration qui commence avec l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo commence la guerre… Une conspiration mise en scène depuis la lande écossaise par un mystérieux berger, entouré, entre autres, de Raspoutine (Rhys Ifans), Lénine (août Diehl), Mata Hari (Valerie Pachner) et l’illusionniste Erik Jan Hanussen (Daniel Brühl). Le duc d’Oxford et ses fidèles alliés Shola (Djimon Hounsou) et Polly (Gemma Arterton) jetteront les bases de l’agence Kingsman pour vaincre l’organisation et mener Conrad dans leur voyage.

Nous pouvons Matthew Vaughn et ne le faisons pas reprocher à son scénariste de manquer d’ambition et de tenter de trouver une voie originale à la saga : celle d’Uchronie en pleine Première Guerre mondiale, servant un message pacifiste, mais flirtant parfois un peu trop étroitement avec le complot. Un aspect du scénario qui a également fait vibrer Ralph Fiennes au début : « En lisant le scénario, je craignais que cet humour quelque peu anarchiste et cette approche comique de la violence ne soient déplacés dans le contexte de la perte tragique de vies humaines en la première Guerre mondiale. Mais je pense que Matthew a réussi à respecter la notion de deuil et de traumatisme et que le film n’a qu’une rhétorique très forte sur le concept de victime. Nous ne rions jamais de la perte et de la souffrance. « 

Regardez le monde dans lequel apparaît The King’s Man : la pandémie, les tensions avec la Russie et la Chine… On a l’impression d’être à nouveau au bord de la guerre ! Matthew Vaughn

C’est vrai, et c’est vrai aussi le problème de ce King’s Man schizophrène, tiraillé entre l’ADN du collégien et l’humour culotté de ses prédécesseurs d’une part, et la violence réaliste et le sérieux de Mendès 1917 lors du long intermède dans les tranchées d’autre part Croûte de divertissement, Vaughn a noyé plusieurs graines de pacifisme, mais les deux saveurs semblent coexister plus que se fondre harmonieusement dans la pâte. comme trois adultes immatures et impulsifs (surtout les deux derniers, bien sûr) qui n’ont jamais été représentés par leur rival choses dans l’enfance. Des tensions sur lesquelles le grand méchant du film – un personnage entièrement imaginaire – va surfer pour orchestrer l’explosion mondiale pour des buts jamais vraiment clairs dans l’histoire.

Lovers of Uchronia – dans X-Men : The Beginning en 2011, il a présenté le Cubain La crise des missiles comme une conspiration alimentée par des mutants maléfiques – Matthew Vaughn, cependant, nie jouer trop légèrement avec l’histoire et flatter l’esprit de complot : « Je suis passionné par l’histoire et il y a beaucoup à apprendre de la Première Guerre mondiale pourquoi et comment elle a commencé et comment cela devrait nous aider à mieux choisir nos dirigeants. Regardez le monde dans lequel apparaît The King’s Man : la pandémie, les nouvelles menaces technologiques, les tensions avec la Russie sur l’Ukraine, la Chine sur Taïwan… On a l’impression d’être à nouveau au bord de la guerre ! La réponse de ce roi très européen à notre présent tourmenté est sans aucun doute due à son mérite, et surtout, les historiens seront amusés – ou agacés – par les nombreuses autres astuces trouvées par Vaughn pour combiner la fiction avec les faits (et le cas du charpentier en particulier). Telegram), jusqu’au générique.

Le rôle d’Orlando dans The King’s Man, c’est un peu ma revanche sur le chapeau melon et les bottes en cuir, ce navet qu’on m’a permis de tirer par malheur ! Ralph Fiennes

Mais entre plusieurs ellipses et un pôle à l’ancienne, ce long film semble plusieurs fois flou, même s’il va trop loin dans la tragédie. Heureusement, l’ennui est contenu dans des limites, grâce à quelques scènes d’action avec brio, dont Matthew Vaughn connaît le secret, comme le mémorable combat en Russie entre Oxford, Conrad, Shola et Raspoutine, encadré par une caméra Tchaïkovski tournant en rythme. de la cérémonie d’ouverture en 1812. Le final spectaculaire et loufoque au sommet d’une falaise écossaise ne déçoit pas en termes d’envergure et de virtuosité, tandis que Ralph Fiennes maîtrise l’élégance du noble Orlando ainsi que dans les fusillades, les combats au sabre ou au bélier (vous verrez… ). Fiennes est souvent encadré de la tête aux pieds dans la garde-robe la plus appropriée et rappelle une version victorienne de John Steed, l’agent secret classique avec le parapluie et le flegme invincible du chapeau melon et des bottes en cuir. Une ressemblance à laquelle l’acteur a délibérément fait allusion, sachant qu’il traîne toujours le rôle de Steed, qu’il a joué dans une adaptation cinématographique désastreuse de 1998 de la mythique franchise des années 60.

Souvenez-vous (ou pas !) : c’était avec Uma Thurman dans le rôle d’Emma Peel et Sean Connery dans celui du méchant. L’affaire fut un flop et la dérision de la critique : Fiennes peut encore en rire aujourd’hui, mais l’une ou l’autre lui a coûté cher et sa carrière ne décolle vraiment qu’en 2005 avec le grand Le Jardinier constant de Fernando Meirelles. « Oui, j’ai eu la malchance de jouer dans cette version malheureuse du chapeau melon… qui s’est avéré être un énorme navet et une énorme déception personnelle. J’ai vu The King’s Man comme une revanche et une seconde chance d’investir dans cette figure de gentleman audacieux, l’homme calme qui ne se montre pas tant qu’il n’a pas dégainé son épée. J’ai aussi beaucoup pensé à Spencer Tracy dans A Man Is Past de John Sturges. » L’ombre du passé plane sur The King’s Man : First Mission, se déroulant un siècle avant les aventures du jeune Eggsy (Taron Egerton), héros des deux premiers opus et qui reviendra en fait pour un Kingsman 3 officiel, qui sera créé à l’automne 2022. Nous avons comparé The King’s Man au pain rassis au début de cette chronique, et nous avons peut-être eu la dent dure. Restons bonnes pâtes : malgré son goût inégal, ce fourre-tout à succès est loin d’être une croûte et le fait honorablement sur sa première mission, le divertissement.

Obtenez et prévisualisez le meilleur de la culture pop tous les mercredis à nos offres exclusives et de Le Point.

Qui n’a jamais pensé à la montée du populisme face à un épisode de Game of Thrones machiavélique ou de Black Baron ? Ou les vertus – ou pas – de la transparence en politique en observant l’emprunt ? Le succès mondial de La Casa de Papel ne reflète-t-il pas la montée de la pensée « anti-système » dans nos démocraties ? Assez pragmatique, que nous apprennent les grandes histoires contemporaines de la série sur le pouvoir, ses problèmes et ses jeux, comment les conquérir et les garder ?

Cela me rappelle « la ligue des messieurs extraordinaires », qui était aussi un top (ou bottom, je ne sais pas) nanar.
La répartition est simple : il y a ceux qui savent faire des films et ceux qui ne savent pas, et si on sait les faire on peut se faire avaler tout, y compris comme dans Kingsmen II, un espion qui va au chasse aux papillons.

Lire les articles de la rubrique Le Point Pop,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Kingsman,Kingsman: The Secret Service,Matthew Vaughn,Ralph Fiennes,Action,Spy,Kingsman, Kingsman: The Secret Service, Matthew Vaughn, Ralph Fiennes, Action, Spy,,,,,TV & Movies,,,,,,Kingsman 2-Matthew Vaughn-Charles Dance-Daniel Brühl-Ralph Fiennes-Djimon Hounsou-Disney,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: