CM – Violences urbaines en Guadeloupe : le gouvernement envoie des renforts policiers

0

Routes et entrées du CHU fermées, mais aussi bâtiments et véhicules incendiés et écoles fermées : La mobilisation anti-passeport sanitaire et le vaccin contre le Covid-19 dégénèrent en Guadeloupe, et le gouvernement hausse le ton avec l’annonce de l’envoi de 200 policiers et gendarmes.

Ces renforts seront sur le terrain « dans les prochains jours », ont annoncé le ministre des outre-mer Sébastien Lecornu et le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin et ont condamné « avec la plus grande détermination les violences qui a eu lieu ces dernières heures a eu lieu en Guadeloupe ».

La mobilisation entamée il y a cinq jours par un collectif de syndicats et d’organisations civiles contre le passeport sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19 est jumelée à la violence des émeutiers.

Après une spéciale La nuit des violences, les écoles seront fermées vendredi et les opérations ralentiront en raison de nombreux barrages routiers. Seules les ambulances sont autorisées à circuler devant le CHU.

Quatre immeubles de Pointe-à-Pitre avec de nombreuses maisons en bois sont partis en fumée dans la nuit, ont indiqué les pompiers à l’agence de presse AFP.

Surtout la gendarmerie du Lamentin et du Morne-à-L’Eau ont été, selon la police, « assiégés » par des personnes parfois « cagoulées », des gendarmes « jetés à travers des pierres » et des véhicules incendiés.

Selon la police, les rues « Des raids sur des barrages routiers » ont été donnés et des « incendies de toutes sortes » se sont allumés.

 » Maintenant, il y a un mélange de personnes sur les barricades. Beaucoup de jeunes sont en colère contre la situation en Guadeloupe. La vaccination obligatoire est la goutte d’eau car le chameau s’est cassé le dos », explique Maïté M’Toumo, secrétaire générale de l’UGTG pour « l’ouverture de négociations avec le gouvernement ». Il faut attendre que tout le monde soit présent pour démarrer et attendre que la prochaine génération soit présente pour continuer », a expliqué à l’AFP Anne – Gaëlle Pascale, responsable de santé au bloc opératoire du CHU.

 » Il y a des filtres à l’entrée, notamment pour les internes, dont certains sont empêchés de passer. L’un d’eux a même été agressé par une personne masquée », a indiqué à l’AFP Cédric Zolezzi, directeur adjoint du centre hospitalier. Dialogue ».

La situation est d’autant plus complexe, qu’Anne-Gaëlle Pascale se souvient que depuis la mise en place des vaccinations obligatoires pour les infirmières début novembre, nous sommes en pénurie de personnel. même si « c’est repart doucement ».

Selon la direction du CHU, un peu plus de 87 % du personnel du centre hospitalier ont une carte sanitaire, mais certains salariés sont suspendus pour cause de pièces d’identité invalides, auxquelles s’ajoute « une vague d’arrêts maladie » est, « sur instructions ». Syndicat », accuse Cédric Zolezzi.

« L’auteur est celui qui a imposé la vaccination », pense Sandro Sormain, secrétaire adjoint de l’UTS-UGTG.  » Le personnel est suspendu à 50%, ce qui veut dire que (ceux qui restent) font le travail de deux personnes. Donc à un moment donné on fait une pause dans la charge de travail.  »

Les équipes du CHU s’adaptent comme ça vous pouvez bien à . « Chacun donne le sien : un anesthésiste remplace un anesthésiste, une aide-soignante remplace un brancard », précise Mme Pascale.

Côté éducation, la recteur de la région universitaire, Christine Goff-Ziegler, a condamné « tous les actes de vandalisme et d’entraves à la circulation » jeudi « Accès aux installations » dont les étudiants sont « les premières victimes ».

Plusieurs barrages routiers subsistaient sur les autres autoroutes, dont les petites rues des Grands Fonds, dans la campagne guadeloupéenne.

Mais beaucoup d’entre eux ont été démantelés « par des riverains ou des chauffeurs », témoigne Steve Salim, un entrepreneur spécialisé dans les petits trajets agricoles qui accuse « une grande perte d’activité ».

L’Union des Entreprises-Medef condamné « a statué les barrières à la libre circulation ». « Après des mois de mesures restrictives pour notre population et l’économie du pays, il est inacceptable que cette spirale d’autodestruction fleurisse », a critiqué l’association patronale.

Lire les articles de la rubrique Entreprise,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Guadeloupe,Gendarmerie,Guadeloupe, Gendarmerie,,Covid-19,Maladie,Santé,,Guadeloupe,Passe sanitaire,Covid-19,Vaccin,,,,,,,Social-Virus-Police-Guadeloupe-Santé-Services-Manifestations-Sébastien Lecornu-Gérald Darmanin,,,virus-pandémie-santé-syndicats-grèves-outremer-épidémie-Guadeloupe-vaccins,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: