Coup d’État au Cameroun: Voici les révélations sur le BIR, pure créaction de l’Israël depuis1999

    0
    32

    Les liens étroits du Cameroun avec Israël remontent loin avant que Moas n’entre en scène. Ils remontent à 1984 et à un coup d’État manqué. Le président Biya, qui était au pouvoir depuis seulement deux ans à l’époque, a été presque renversé par sa propre armée. Il aurait soupçonné que l’ancien colonisateur du Cameroun, la France, avait soutenu la tentative de renversement et avait donc cherché de nouveaux partenaires pour assurer sa sécurité.

    Il s’est d’abord tourné vers l’homme d’affaires israélien Meir Meyuhas, un ancien agent secret travaillant pour Israël, et plus tard le fils de Meir, Sami. Le père et le fils avaient une licence exclusive du ministère israélien de la Défense pour négocier des accords sur les armes avec le Cameroun. Cet arrangement particulier a pris fin en 2001, mais l’approvisionnement en armes israéliennes dans le pays s’est poursuivi. Plusieurs sources ont déclaré à Efrat Lachter, de la chaîne israélienne Channel 12, que les Mehuyas sont toujours derrière les exportations militaires vers le Cameroun.

    Nous n’avons pas pu joindre les Meyuhas pour commenter.

    Selon divers soldats du BIR, chaque nouvelle recrue depuis 2009 a reçu une toute nouvelle arme à feu produite par Israel Weapon Industries (IWI), un fabricant d’armes israélien. Il s’agit notamment des fusils d’assaut ACE 21, Galil et plus récemment Tavor, qui coûtent environ 1 900 $ chacun. Les sociétés israéliennes fournissent également au BIR des véhicules de transport de troupes armés – tels que le Saymar Musketeer et le Thunder – et équipent la Garde présidentielle.

    Mais l’implication d’Israël dans les forces armées du Cameroun va bien au-delà des simples accords sur les armes. En fait, un Israélien, Abraham Avi Sivan, a créé l’unité BIR en 1999, initialement sous un nom différent. Sivan avait auparavant commandé plusieurs unités d’élite dans l’armée israélienne avant de se tourner vers le secteur privé en tant qu’attaché de défense d’Israël au Cameroun. À sa retraite de la fonction publique, il a formé et supervisé la garde présidentielle du Cameroun et a travaillé à l’établissement du BIR sous le commandement du ministre de la Défense du Cameroun et du président Biya lui-même.

    En 2010, Sirvan est décédé dans un accident d’hélicoptère près de Yaoundé. Depuis lors, l’identité de ses remplaçants a été soigneusement gardée, bien que divers noms – y compris des faux vrais comme «Maher Heretz» – aient circulé. Un nom en particulier a été rapporté par diverses sources.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here