CRVT : Découvrez les 14 dossiers chauds qui attendent Réné Sadi

    0

    Nommé président du conseil d’administration le 8 mai 2019 par le président Paul Biya le ministre de la communication est attendu sur une dizaine de dossiers importants pour le rayonnement de la CRTV.

    Entre autres on cite l’application immédiate du contenu de la Convention collective, le paiement du 13ème mois au personnel,, la décentralisation de la gestion de la CRTV, la mise à la disposition du DG des moyens financiers consistants, la réhabilitation intégrale de la CRTV, le renouvellement des membres du conseil d’administration en place depuis Mendo Ze.

    L e mandat du fils de Yoko à la tête du Conseil d’administration(C.A) de la Cameroon RadioTelevision, CRTV, ne sera pas de tout repos. René Emmanuel Sadi devra même se prescrire un programme de travail spécial, rigoureux et méthodique, pour réussir à régler les problèmes de la CRTV. Il revient à René Sadi de passer à l’action, avec tact et efficacité.

    1-Convention collective du personnel à appliquer 

    Toute entreprise où le personnel n’est pas gai et rumine la haine contre le top management est voué à l’échec. Le personnel de la CRTV a soif des petits gestes qui sauvent et rendent gai de la part de ses dirigeants. La Convention Collective du personnel a été signée avec l’arrivée de Charles Ndongo comme Directeur Général(DG). Les employés attendent l’application immédiate et non progressive et sans détail de son contenu, véritable élément galvanisateur. Appliquées, cette Convention collective du personnel va ajouter des points positifs sur les conditions de vie et du travail du personnel.

    2-Paiement du 13 ème mois aux employés

    Le personnel a soif du 13 ème mois tant annoncé par le DG Gervais Mendo Ze, soit presque 20 ans déjà. Ce salaire supplémentaire que le personnel d’autres Sociétés d’Etat de la même taille perçoit, n’est pas reversé à chaque employé à la fin de chaque mois de décembre à la CRTV, malgré toutes les revendications.

    3-Primer les meilleurs agents et cadres

    Il faut créer des primes visant à motiver les employés les plus méritants. Il est nécessaire de primer tous ceux qui excellent dans leur domaine, du plus petit agent au grand cadre dans tous les services. Pour stimuler la concurrence positive dans tous les services et récompenser tous ceux qui brillent dans leur secteur, le Conseil d’administration doit instituer ces primes de l’excellence.

    4-Décentraliser la gestion de la CRTV

    Jusqu’aujourd’hui, pour avoir un paquet de stylos, une rame de papier ou d’autres fournitures de bureau étant en activités dans les Stations régionales de la CRTV, il envoyer le comptable dans les services financiers de la CRTV à Yaoundé. Tout est lourd. Le fonctionnement interne de la CRTV en pâtît. Les chefs des Stations régionales attendent que tout viennent de Yaoundé. La centralisation crée tout un goulot dans le déploiement quotidien des éléments de la CRTV. Le conseil d’administration est appelé à trancher.

    5-Le DG a besoin de l’argent 

    Depuis une décennie, la CRTV ne reçoit plus directement la Redevance audiovisuelle qu’elle produit chaque mois. Les fonds qui sont versés à la Trésorerie Générale de Yaoundé lui sont octroyés à compte gouttes. Le DG et son service financier doivent faire des courbettes ici, avant de se voir payer des miettes d’argent. Cette situation porte un coup énorme au fonctionnement de la CRTV. Le Top management est incapable de résoudre certains problèmes, à cause de ce blocage. René Sadi et son conseil d’administration. sont plus que jamais interpellés, pour soumettre ce dossier au Chef de l’Etat.

    6-La réhabilitation intégrale de la CRTV Il faut l’accélérer

    Ce projet de 111 milliards de francs CFA a déjà fait trop de bruits à la CRTV. Le temps est venu pour René Sadi de passer à l’action. Sur haute instruction du Président de la République, S.E Paul Biya, CRTV doit être relookée physiquement et technique pour répondre à toutes ses missions. Il faut sortir définitivement des querelles de « partage du gombo », pour exécuter ce gigantesque projet qui va moderniser la CRTV. Il faut vite agir pour rassurer le Chef de l’Etat, et donner à la CRTV sa posture de mastodonte de l’audiovisuel en Afrique. Il faut vite faire pour tourner le dos à cette vilaine affaire qui fait honte à la CRTV : « Il manque de camera ».

    7-Formation et recyclage du personnel

    Le monde évolue. La technologie aussi. Mais le personnel de la CRTV est sur place. Le nouveau PCA doit penser au recyclage et à la formation du personnel et de façon permanente. Demandez au DG, combien d’ingénieur la CRTV a encore aujourd’hui ? Il aura beaucoup de difficultés à répondre. Presque tous les ingénieurs sont allés à la retraite. Les stages et les sessions de formation à l’intérieur du pays et à l’étranger ont disparu. Il est important de les relancer, pour une grande Maison comme la CRTV. Journalistes, animateurs et technico-artistiques doivent être régulièrement recyclés pour coller à l’actualité, dans un secteur aussi délicat et sensible où tout va vite.

    8-Renouveler les membres du conseil d’administration 

    Les membres du conseil d’administration actuellement en poste à la CRTV sont hors mandat. D’aucuns sont décédés. La plupart d’entre eux sont ici depuis l’ère Mendo Ze, soit environ 20 ans. Il s’agit d’une longévité devenue nocive. Il se dit un peu partout à la CRTV que, « Ce sont ces membres du conseil qui bloquent les DG en voulant imposer leur position et leurs protégés ».
    René Sadi doit également relever ce défi. Il devra saisir les différentes administrations afin qu’elles lui proposent des nouveaux membres du conseil d’administration de la CRTV, ambitieux et prêts à accompagner le DG dans l’accomplissement de ses tâches. Pour réussir sa mission René Emmanuel Sadi doit avoir à ses côtés des membres engagés et déterminés à porter très haut la CRTV. Et non ceux qui seront présents aux assises du Conseil d’administration, uniquement pour troubler le top management et freiner l’émergence de la maison.

    9-Ce que Sadi doit éviter 

    De bloquer les projets du DG de la CRTV. Toute une vie et toute une carrière dans les arcanes de la Présidence de la République, René Sadi fait rêver le personnel de la CRTV. Personne ne voit en lui le germe d’un « bloqueur » des dossiers du top management de la CRTV. Il a la chance de trouver à la tête de la CRTV, Charles Ndongo. Un professionnel de haut vol qui a roulé toute sa carrière dans une Maison qu’il connait. Nommé DG le 26 juin 2016, Charles Ndongo est un homme sans problème et très ambitieux de voir la CRTV caracoler.
    Il a en tête une CRTV, pas dans les nuages, mais qui touche le ciel. Sous la conduite de Réné Emmanuel Sadi, le C.A devra l’aider à aller de l’avant. Trente et cinq années dans la maison, Charles Ndongo sait où il va et là où il veut conduire la CRTV. Bien encadré et soutenu par le Conseil d’administration, il est capable des merveilles. René Emmanuel Sadi sera jugé au pied du mur. Il est conscient de la lourde mission qui lui incombe. Il sait que le Président Paul Biya lui fait confiance, et qu’il n’a pas droit à l’erreur. Tout le personnel compte sur lui, pour conduire la CRTV vers la modernité.

    10-Affaire des cars OBVAN 

    Il s’agit des deux cars, télévision mobile dotés de 24 caméras chacun, dont le Conseil d’administration a autorisé l’achat, mais qui constitue un scandale aujourd’hui à la CRTV. La partie chinoise réclame depuis trois ans le paiement de plus de 10 milliards de franc CFA, dus à l’achat des deux cars.
    L’un fonctionnerait dans un état où plus de la moitié des caméras seraient en panne, et l’autre ne s’allumerait même plus. Deux cars que le Cameroun a obtenu des Chinois pour la retransmission de la CAN féminine 2016 à Yaoundé. Ce sont les voies par lesquelles ces machines ont été obtenues qui font problèmes. « Il est reproché au prédécesseur de René Sadi d’être allé acheter ces OBVAN, sans respecter la réglementation en matière d’acquisition d’un tel matériel ». D’où tout le blocage que ce dossier connait, et qui fait des gorges chaudes. La Présidence de la République, selon tous les recoupements, voudrait voir clair dans ce dossier, et savoir qui a fait quoi et à quel degré.

    11-Arrêter la guerre silencieuse entre les employés anglophones à Yaoundé

    Depuis le 26 juin 2016, date du décret qui nomme Charles Ndongo et Emmanuel Wongibe DG et DGA de la CRTV, deux clans se regardent comme des ennemis à la CRTV, surtout ceux qui travaillent à Yaoundé.
    Une guerre entre personnel originaire du Sud-Ouest contre celui du NordOuest. Le nœud de la tension est raconté ici par un chauffeur francophone de la CRTV : « Francis Wete parti, les journalistes du Sud-Ouest croyaient que c’est leur frère que Biya allait placer… Le Président a plutôt nommé Emmanuel Wongibe DGA…
    Il y a deux grands du Sud-Ouest là, ils ont trop manœuvré dans les réseaux pour remplacer Francis Wete mais le Président les a eus en nommant Wongibe ! Ce sont donc ces deux gens qui infestent l’atmosphère. Ils montent le personnel du SudOuest contre ceux du Nord-Ouest, avec au centre, Emmanuel Wongibe qu’il faut saccager… ».
    La situation est donc préoccupante et le nouveau PCA de la CRTV doit agir comme bon père de famille pour réconcilier tous ses enfants. Ils se battent, à cause de Wongibe, un DGA sans problème, simple, humble, inoffensif, professionnel de qualité, journaliste de tous les temps, respectueux de Charles Ndongo son patron.

    12-Faire partir les retraités Ils polluent le climat de travail à la CRTV

    Voici leurs agissements racontés par un animateur télé : « Ils détestent les jeunes et les combattent par les commérages, ils bavardent à longueur des semaines dans les couloirs de la CRTV embêtant tout le monde comme si quelqu’un les a chassé du travail, ils font un chantage terrible au DG menaçant de mettre les machines en panne comme s’ils étaient tellement indispensables, même ceux qui ont eu deux ans de rallonge et c’est fini, veulent rester en poste par ce chantage, ils bloquent l’émergence de la jeune génération, ils sont furieux et prêts à tout gâter à la CRTV… ce sont eux qui créent les tension partout pour démontrer par jalousie que Charles Ndongo n’est rien… ». A René Emmanuel Sadi de trancher ce débat pour ramener la sérénité dans la Maison.

    13-Encourager la production TV par les recrues de la CRTV

    Journalistes et animateurs, producteurs se plaignent beaucoup du fait que le gros des produits diffusés sur l’écran de la CRTV viennent de l’extérieur, alors qu’ils sont là à se tourner les pouces. C’est un problème qui crée des mécontentements à la CRTV, et qui affecte le climat, dont ont besoin Charles Ndongo et Emmanuel Wongibe, pour porter la CRTV très haut. Il faut davantage faire confiance aux producteurs internes et leur donner les moyens de travail au lieu d’acheter ces documentaires des mains des producteurs externes.

    14- Faciliter tous les paiements

    Il s’agit des frais de missions, frais de congé, Trop de procédure à la CRTV ! S’exclame un journaliste. Il est étonné du fait qu’un employé de la CRTV a effectué une mission à Kousseri .Au lieu de se faire payer à Maroua où se trouve sa Station régionale CRTV, il doit venir à Yaoundé avant de se voir payer son ordre de mission. Tout ceci frustre le personnel et bloque tout. A la CRTV l’employé ne va jamais en congé, ayant ses frais de congé dans sa poche comme cela se passe ailleurs. Cela n’encourage pas à prendre son congé. Autant de situations qui n’arrangent personne. René Sadi est également attendu sur ce chapitre.

    Source: Réalités Plus N°0031

    Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

    Vidéo du jour:



    Laisser un commentaire