Danièle Obono représentée en esclave : « Valeurs actuelles » présente ses excuses

    0
    71

    « Valeurs actuelles » s’excuse. Après avoir representé la députée LFI Danièle Obono en esclave dans un article de politique fiction, déclenchant une vague d’indignation générale, l’hebdomadaire a finalement présenté ce samedi ses excuses auprès de l’élue insoumise par la voix de son directeur adjoint Tugdual Denis.

    On vous rappelle les faits : dans son numéro paru ce jeudi 27 août, l’hebdomadaire a décidé de consacrer le septième épisode de sa série estivale de politique fiction à la députée insoumise. L’idée de « Valeurs » : planter un personnage dans une autre époque et lui faire découvrir une réalité qu’il ne soupçonne pas. Lors d’épisodes précédents, François Fillon a été propulsé en plein révolution française, Eric Zemmour à Waterloo, Didier Raout dans les tranchées de la Grande Guerre…

    Cette fois, un article de 7 pages campe « Obono l’africaine » dans un « village africain d’autrefois » en train « d’expérimenter la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage ». Un dessin accompagne l’ensemble et représente la députée en esclave, chaîne autour du cou… « De la merde raciste dans un torchon illustrée par les images d’une députée française noire africaine repeinte en esclave… L’extrême-droite, odieuse, bête et cruelle », avait réagi l’intéressée vendredi.

    Depuis, le sujet a fait le tour des réseaux sociaux et bondir les politiques de tous bords. Des élus insoumis, de gauche, mais aussi des membres du gouvernement. Le Premier ministre Jean Castex s’est fendu d’un tweet pour dénoncer une « publication révoltante » qui « appelle une condamnation sans ambiguïté ». Emmanuel Macron a lui même appelé la députée pour lui faire part de sa « condamnation claire de toute forme de racisme ».

    Au micro de la même chaine, le numéro 2 de « Valeurs actuelles », Tugdual Denis, a tenté de justifier le traitement de son magazine et fait amende honorable. « On comprend, avec la charge symbolique extrêmement violente de cette image, que Danielle Obono soit choquée. On s’excuse auprès d’elle à titre personnel. L’objectif, a-t-il affirmé, était « de faire une fiction, certes complexe, certes tirée par les cheveux, peut-être mal venue, peut-être malaisante, mais jamais malveillante et jamais méchante. »

    Notre réponse suite à la polémique autour du roman de l’été consacré à Danièle Obono, cette semaine dans Valeurs ac… https://t.co/3myiAiqLUs

    Dans un communiqué bien plus offensif, la direction de Valeurs actuelles s’est ensuite défendue de tout racisme, a tenté de justifier son traitement, et a présenté une nouvelle fois ses excuses. « Si nous contestons fermement les accusations dont nos comptempteurs nous accablent, nous avons suffisament de clairvoyance pour comprendre que la principale intéressée, madame Danièle Obono, ait pu se sentir personnellement blessée par cette fiction. Nous le regrettons et lui présentons nos excuses », peut-on lire dans le communiqué.

    Le 11 janvier 2015 (bien remarquer la date) Mme Obono écrivait: «  »«Je n’ai pas pleuré Charlie.» » « J’ai pleuré «Toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les
    caricatures racistes de Charlie Hebdo ou les propos de Caroline Fourest
    au nom de la «liberté d’expression» (des Blanc-he-s/dominant-e-s) ou de
    la laïcité «à la Française». Mais se sont opportunément tu-e-s quand
    l’Etat s’est attaqué à Dieudonné, voire ont appelé et soutenu sa
    censure…» ».

    Fillon sous la révolution, un descendant de l’abbé Sièyes qui a voté la mort de Louis XVI comme le duc d’Orléans, 1830, les Orléans sont de retour et pourtant , ce sont des régicides comme Ravaillac.

    Les commentateurs ne lisent pas L obs et sont des anti gaullistes descendants de l’OAS.
    Le code de l’indigénat, c’est un siècle de répressions dans les colonies.
    De Gaulle le dit clairement, le 7 mars 1944 à Brazzaville.
    Discours de Gaulle.
    « En Afrique française, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi.

    si elle avait ete representee en politique fiction coordinatrice du covid au niveau europeen en train de serrer la louche a poutine…

    La couverture de Valeurs actuelles est absolument intolérable mais quand Danièle Obono déclare  » j’ai mal à ma France » elle fait preuve d’un extraordinaire double langage.Souvenez-vous:interviewée sur RMC en 2017 son interviewer lui avait demandé “pouvez-vous dire dire ”Vive la France? »,madame Obono est restée muette,obstinément muette.Dire tout simplement,en tant que député de la République, “Vive la France” était,à l’évidence,au-dessus de ses forces.

    Elle a, malheureusement, écrit bien pire: elle n’est pas la personne la mieux désignée pour incarner l’antiracisme il faut bien le reconnaitre.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here