DOSSIER : Voici comment Paul Biya trahi par les siens

    0
    14

    Le Cameroun a mal à ses diplomates qui, sans porter des gangs, roulent visiblement contre leur pays. En effet, le haut-commissariat du Cameroun à Londres, informé d’une attaque de la brigade anti-sardinards contre ses locaux le 20 mai dernier, se serait rendu complice de toutes les manœuvres d’obstruction qui tentaient de protéger lesdits bâtisses afin qu’elles ne soient mises à sac. L’attaché culturel et le conseillé économique seraient les principaux artisans de la rébellion contre le Cameroun du fait de leur soutien constant aux ambazoniens et mettent ainsi à mal la loyauté de l’ambassadeur qui ne sait plus à quel saint se vouer. Le président de la république serait donc fortement interpelé ici afin de débarrasser nos chancelleries des tops qui ternissent l’image de marque du Cameroun.

    Selon des sources bien introduites, le Directeur général à la sureté nationale (dgsn) aurait reçu des informations selon lesquelles la Brigade anti-Sardinards (la BAS) projetait d’attaquer les locaux du Haut-Commissariat du Cameroun à l’ordre et aurait de ce pas, commis certains compatriotes pour mettre en échec ladite manœuvre antinationaliste. Il aurait alors instruit son principal interlocuteur à Londres d’entrer en contact avec le Haut-commissaire du Cameroun pour la mise en œuvre d’un plan de riposte contre la Brigade anti-sardinards et ses actions funestes programmées le 20 mai 2020.

    Mise en place du plan de riposte.

    Des sources dignes de foi, font état de ce que tout commence bien lorsque leur représentant entre en contact avec le Hautcommissaire du Cameroun à Londres. Pendant les nombreuses séances de travail qui devraient les conduire à occuper les locaux pour les protéger, ils s’apercevront de la lenteur des diplomates en place pour la réalisation de leur plan dans les délais. C’est alors que l’un d’entre eux aura l’ingénieuse idée de proposer au leader de la diaspora de demander au Haut-commissaire du Cameroun à Londres d’intenter une action en justice contre l’activisme malsain de la Brigade anti-sardinards aux fins d’obtenir une protection des locaux de l’ambassade. A l’issue de l’une des nombreuses réunions avec l’ambassadeur, ils concluront de commun accord avec lui qu’il serait opportun pour quelqu’un qui n’est pas lié à l’Ambassade du Cameroun de demander une telle injonction de la Haute Cour contre la BAS. Le haut-commissaire indiquera d’ailleurs que, si une telle demande était acheminée par l’intermédiaire de l’Ambassade, le processus serait très long et bureaucratique et il risque de ne pas aboutir dans les délais souhaités par tous. Vu la complexité de la procédure d’obtention de la sécurité londonienne pour protéger lesdits locaux, Ce compatriote sollicitera donc en effet une injonction auprès de la Haute cour de justice de Londres. Sollicitation qui aura une suite favorable du fait de la capacité de lobbyiste de ce leader de la diaspora.

    La volte-face

    Tout se passait pourtant bien, réunion sur réunion jusqu’à ce que, d’un coup de tête, ils ne soient plus appuyée par les responsables du haut-commissariat du Cameroun à Londres. Ces derniers ne leur envoyaient plus aucun document de travail. Le fait était clair : il y avait l’existence des traitres au sein même des responsables du haut-commissariat du Cameroun qui ne voyaient pas le succès de cette initiative d’un bon œil. L’attaché culturel et le conseillé économique opèreraient d’ailleurs sans masque pour soutenir régulièrement les ambazoniens. Ces derniers se seraient donc mis corps et âme afin d’obstruer toutes les actions à venir menées et partant, saper par la même occasion l’autorité du haut-commissaire du Cameroun à Londres qui ne sait plus comment s’y prendre. Les membres de la diaspora patriote ne comprennent toujours pas le comportement ambigu des responsables de l’Ambassade qui au premier abord avaient tout naturellement accepté de les soutenir pleinement dans leurs tentatives d’obtention d’injonction. Dans ces temps de noces, les responsables de l’Ambassade et eux, travaillaient en étroite collaboration, mais cela ne tardera pas à changer rapidement et du jour au lendemain, ils cesseront de recevoir les informations et les documents nécessaires pour l’avancement dudit dossier. Pour mieux être édifié sur ce dossier, leur leader fera tout pour entrer en contact avec le Haut-commissaire lui-même et ce dernier lui avouera qu’effectivement, il y’a des traitres en son sein qui sont pour l’essentiel des pro-ambazoniens et que ceux-ci souhaitent la destruction des locaux.

    Ce dernier comprendra avec ce meaculpa du haut-commissaire du Cameroun à Londres que son groupe et lui ne devraient plus compter sur eux. Toutefois, ils ont pu faire avancer le dossier d’injonction auprès de la Haute cour de justice qui devait aboutir. Pour la suite de l’opération, leur leader devait rencontrer l’ambassadeur comme cela avait été convenu avec Martin Mbarga Nguele le DGSN à l’initiative de l’opération. Solliciter à cet effet, pour le financement, ce dernier argura sans ambages qu’il n’y avait pas de fonds disponibles pour une opération comme cellelà.

    C’était donc un refus catégorique de sa part de soutenir cette action par le moindre copec. Certains responsables que nous avons joints, nous ont fait savoir que face à ce genre de situation, et ayant en face des collaborateurs aussi directs comme c’est le cas pour le haut- commissaire qui contre lui le N°2 de l’ambassade, c’était la meilleure attitude à adopter pour ne pas courir plus de risques encore. Dans ce type de cohabitation, l’affrontement direct est toujours à éviter nous a indiqué l’un des responsables. Car c’est par l’usure que l’on arrive à la victoire dans ce genre de conflit semi-ouvert, semi fermé. Il ne faut donc pas lire d’emblée entre les lignes de la mauvaise foi du haut-commissaire, mais plus tôt de la ruse, de la sagesse.
    ?
    Le soutien majeur de certains patriotes

    Le dossier d’injonction auprès de la Haute cour de justice allait aboutir avec l’aide inestimable du Dr Samuel DONGMO, Président du Haut Conseil de la Diaspora et de Madame Grace ELONE, Présidente du RDPC en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord. Le premier avait fourni un soutien Administratif et la seconde, un soutien Logistique et une main-d’œuvre déterminante pour l’action finale car, c’est bien elle, Madame Grace ELONE qui a mis à leur disposition un groupe composé de plusieurs jeunes hommes patriotes pour prêter assistance à l’ambassade le 20 Mai. Face au niet catégorique du haut-commissaire de financer l’action de la protection des locaux, et en l’absence de Martin Mbarga Nguelé, le DGSN, le Secrétaire Général de la Dgsn allait être joint et ce dernier insistera en renvoyant son interlocuteur vers le haut-commissaire du Cameroun à Londres.

    C’était donc peine perdue. Le leader de la diaspora décidera alors de prendre sur lui le financement de toute l’opération ; et il le fera à ses propres fonds, heureux qu’il était déjà avec son équipe de travail d’avoir obtenu du juge l’injonction auprès de la haute cour de Londres et ce, malgré les difficultés rencontrées. Toutefois, bien qu’il ait officiellement refusé de financer l’opération, le haut-commissaire aurait sous cape, collaboré étroitement avec la police londonienne et veiller à ce que des caméras soient installées partout à des postes stratégiques de l’ambassade. Ce qui a beaucoup aidé le jour –j. Au regard de ce qui précède, il ne serait pas superflu de s’interroger sur la qualité des hommes appelés à représenter le Cameroun à l’étranger. C’est donc clair que le mal est plus profond que l’on y pense. Comment imaginer que des fils du pays souhaitent à ce point la destruction de leur propre pays qu’ils occupent comme-s’ils en possèdent déjà une autre ?

    Le temps des bilans est déjà peut-être là pour un changement des personnes dans toutes nos représentations diplomatiques et ce surtout dans ces pays anglo-saxonnes et par extension dans tous les pays occidentaux. Le chef de l’état est donc ici fortement interpelé car nul ne peut vouloir le beurre et l’argent du beurre ou encore qu’il ne saurait se faire éternellement poignarder dans le dos par ceux qu’il met au firmament uni

    Source: Afrique Performance n° 0099

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here