Il serait « insensé » que la Russie envahisse l’Ukraine, selon l’ancien Premier ministre suédois

0

Il serait « insensé » pour la Russie d’envahir l’Ukraine, mais ce scénario n’est « pas impossible », a déclaré l’ancien Premier ministre suédois Carl Bildt.

« Une invasion majeure n’est peut-être pas la plus probable, mais ce n’est pas impossible », car le président russe Vladimir Poutine a utilisé la force militaire contre l’Ukraine dans le passé. Bildt est maintenant coprésident du Conseil européen des relations étrangères.

« Ce serait fou », a-t-il déclaré jeudi à « Capital Connection » de CNBC, notant qu’il y aura une couverture médiatique des explosions et des images de réfugiés fuyant en cas d’invasion.

L’effet sur l’économie et la société russes serait très important et les gens mobiliseraient probablement des ressources pour aider l’Ukraine, a-t-il prédit.

« Nous entrerions vraiment dans un territoire inexploré en termes de guerre et de paix en Europe et de sécurité », analyse Bildt.

« On espère que la réalité de ce qui pourrait arriver commence à s’imposer, dans les cercles décisionnels, aussi petits soient-ils, au Kremlin », a-t-il ajouté.

Les craintes d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine augmentent alors que Moscou a renforcé sa présence militaire à la frontière entre les deux pays ces derniers mois. Les pourparlers avec les États-Unis et d’autres puissances occidentales n’ont pas donné beaucoup de progrès et Washington a appelé à une voie diplomatique.

Le Kremlin a nié les plans d’envahir l’Ukraine, dans une répétition de l’annexion et de l’occupation illégales de la Crimée en 2014.

L’impasse a mis la pression sur les actifs russes. L’indice MOEX Russie a chuté de plus de 11% depuis le début de l’année jeudi.

L’approvisionnement en gaz de l’Europe en danger ?

Nord Stream 2 – un pipeline controversé qui pourrait transporter 55 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers l’Europe chaque année – est souvent présenté comme un levier potentiel contre la Russie.

Mais l’ancien premier ministre suédois n’a aucun espoir.

Il a déclaré à CNBC qu’il ne pensait pas que le projet puisse être utilisé dans les négociations, car il est peu probable qu’il soit opérationnel avant le second semestre 2022.

« Je ne pense pas que ce soit utile comme moyen d’échange », ajoutant qu’il était plus préoccupé par Nord Stream 1, qui a la même capacité de charge.

Si Nord Stream 1 est coupé, l’Allemagne sera en grande difficulté, a-t-il affirmé.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire