La première délégation du Conseil national des Émirats arabes unis visite le parlement israélien

0

Trois membres du Conseil national fédéral des Émirats arabes unis ont visité le parlement israélien et sont devenus la première délégation émiratie depuis la normalisation des relations sous la médiation des États-Unis en 2020.

« Lorsque nous parlons des accords d’Abraham, nous voulons que vous regardiez la situation dans son ensemble », a déclaré lundi Ali Rashid al-Nuaimi, président de la commission de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères du conseil, à la commission israélienne des affaires étrangères et de la défense. .

« Ce n’est pas seulement un accord politique, ce n’est pas une question de sécurité et de défense. Non, c’est un moteur de changement pour toute la région », a déclaré Nuaimi, qui prône « un engagement total dans tous les secteurs ».

Avant la visite à la Knesset, la délégation des Émirats a effectué une visite à Yad Vashem, le mémorial israélien de l’Holocauste.

Les Émirats arabes unis étaient l’un des quatre pays arabes à avoir signé les soi-disant accords d’Abraham, une série de pactes diplomatiques avec Israël négociés par l’administration de Donald Trump. Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont emboîté le pas en officialisant leurs liens avec Israël.

Les accords ont exaspéré les Palestiniens, qui ont ressenti une trahison de leur cause nationale. Les dirigeants palestiniens y ont vu la fin d’un engagement de longue date envers le monde arabe appelant au retrait israélien des territoires occupés et à l’acceptation d’un État palestinien en échange de relations normales avec les pays arabes.

Nuaimi a déclaré qu’après l’attaque israélienne de 11 jours en 2021 contre la bande de Gaza assiégée – qui a tué au moins 260 Palestiniens – « les gens se sont demandé ce qu’il adviendrait des accords d’Abraham ».

« Je veux que tout le monde sache qu’il n’y a pas de retour en arrière, nous avançons, nous ne répétons pas l’histoire, nous faisons l’histoire », a-t-il poursuivi.

Ram Ben Barak, chef du Comité des affaires étrangères et de la défense d’Israël hébergé par Nuaimi et les autres membres du Conseil national fédéral Sara Falaknaz et Marwan Almheiri, ont qualifié ses invités de « voisins et frères ».

« Il y a une idée fausse selon laquelle l’accord de normalisation est basé sur un élément unique, des menaces et des défis partagés, mais c’est la plus petite partie de l’accord », a-t-il affirmé.

« Israël est attaché à l’accord et prévoit de l’améliorer et de l’étendre dans tous les domaines. »

Depuis la normalisation des relations entre les deux pays, de hauts dirigeants israéliens, dont le Premier ministre et le président, se sont rendus aux Émirats arabes unis lorsque les deux pays ont conclu des accords sur le commerce, la sécurité et le tourisme.

La normalisation avec Israël reste une question controversée pour une grande partie de la population des pays arabes respectifs. Par exemple, des groupes d’opposition à Bahreïn avaient rejeté l’accord de normalisation, tandis que des dizaines de Soudanais s’étaient opposés à la décision en octobre 2020 à Khartoum.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire