La punaise diabolique : une nouvelle arrivée indésirable en France, on vous explique comment la gérer.

0

Les punaises d’Asie envahissent nos maisons en automne

Alors que la punaise de lit fait les gros titres, un autre insecte commence à envahir nos maisons avec l’arrivée de l’automne : la punaise d’Asie, également connue sous le nom de punaise diabolique. Contrairement à la punaise de lit, elle n’est pas dangereuse pour l’homme, mais peut causer des dégâts sur les arbres fruitiers et les légumes. Cette punaise, originaire d’Asie, a été observée pour la première fois en France en 2012 et depuis, elle se propage rapidement dans tout le pays.

Comment reconnaître et éradiquer les punaises diaboliques ?

La punaise diabolique se distingue par sa carapace dure et mesure environ 12 à 17 mm. À l’automne, elle cherche des endroits abrités pour hiverner et peut envahir certaines maisons sans raison apparente. Pour s’en débarrasser, il est recommandé de les aspirer et de congeler le sac d’aspirateur avant de le jeter. On peut également les écraser, mais attention à l’odeur désagréable qu’elles dégagent. Malheureusement, il n’existe pas de moyen de traiter la source de l’invasion, car ces punaises arrivent de différents endroits.

Un programme de lutte biologique en cours

Face aux dégâts causés par les punaises diaboliques sur l’agriculture, un programme de lutte biologique est en cours. Il consiste à utiliser une petite guêpe appelée la « guêpe samouraï » qui pond dans les œufs de la punaise diabolique. Cette guêpe est élevée dans les centres de recherche de l’Inrae et sera relâchée l’année prochaine dans l’espoir de réguler les populations de punaises diaboliques. En attendant, il est possible de signaler la présence de ces insectes grâce à une application de sciences participatives développée par l’Inrae.

Mots clés : punaise d’Asie, punaise diabolique, invasion, automne, dégâts, lutte biologique, guêpe samouraï, agriculture, application de sciences participatives.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: