Le nouveau dirigeant prononce son premier discours depuis la destitution du président » Toute l’actualité, les gens d’Europe, d’Afrique, d’Amérique…

0

Le nouveau chef militaire du Burkina Faso a promis un retour à l’ordre constitutionnel normal « lorsque les conditions seront réunies ».

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba a mené lundi une mutinerie qui a renversé le président Roch Kaboré.

Il a accusé le président de ne pas avoir réussi à endiguer les violences perpétrées par les militants islamistes.

Le lieutenant-colonel Damiba, vêtu d’un béret rouge et d’uniformes militaires, s’est adressé à la nation à la télévision nationale pour la première fois jeudi depuis qu’il a pris le pouvoir.

« Si les conditions sont réunies, selon le délai que notre peuple déterminera en toute souveraineté, je m’engage pour un retour à l’ordre constitutionnel normal », a-t-il déclaré.

Le lieutenant-colonel Damiba, 41 ans, a déclaré qu’il rencontrerait des représentants de différentes couches de la société pour convenir d’une feuille de route pour la réforme.

Il a ajouté que le Burkina Faso « a plus que jamais besoin de partenaires internationaux » suite à la condamnation du coup d’Etat.

« J’appelle la communauté internationale à soutenir notre pays afin qu’il puisse sortir de cette crise au plus vite. »

L’armée a annoncé lundi à la télévision d’Etat qu’elle avait pris le pouvoir. Un officier de l’armée a mentionné la détérioration de la situation sécuritaire avant le coup d’État militaire.

M. Kaboré était de plus en plus mécontent de son incapacité à mettre un terme à une insurrection islamique.

Le lieutenant-colonel Damiba a joué un rôle de pionnier dans la lutte contre les militants islamistes. Il a écrit un livre à ce sujet l’année dernière.

Des troubles similaires au Mali voisin ont conduit à un coup d’État militaire en mai 2021 – un coup d’État largement salué par le public.

Le Burkina Faso est le troisième pays d’Afrique de l’Ouest à avoir été témoin d’un coup d’État militaire ces dernières années. La Guinée et le Mali ont été sanctionnés par le bloc régional de la CEDEAO pour les exhorter à revenir à l’ordre constitutionnel.

La CEDEAO se réunira vendredi pour discuter de la manière de répondre au dernier coup d’État dans la région.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire