L’enquête de Donald Trump révèle de nouveaux détails sur une fraude présumée

0

L’entreprise familiale de Donald Trump a déformé la valeur de certains de ses plus gros actifs de centaines de millions de dollars, selon des documents déposés par le procureur général de New York.

Letitia James accuse la Trump Organization d’utiliser « des évaluations d’actifs frauduleuses ou trompeuses » pour obtenir des prêts, des assurances et des avantages fiscaux.

C’est le langage le plus fort de Mme James à ce jour alors qu’elle tente de faire témoigner M. Trump dans son enquête civile.

M. Trump nie tout acte répréhensible.

L’ancien président, un républicain, a qualifié l’enquête sur ses pratiques commerciales de chasse aux sorcières à motivation politique menée par Mme James, qui est démocrate.

Elle a ouvert une enquête civile en 2019 sur des allégations selon lesquelles M. Trump – avant de prendre ses fonctions – aurait gonflé la valeur de ses actifs auprès des banques lors de la recherche de prêts.

Les avocats de M. Trump tentent d’empêcher Mme James d’interroger l’ancien président américain et ses enfants, et il l’a poursuivie en justice pour tenter de clore l’enquête.

L’affaire civile de Mme James est distincte d’une enquête criminelle en cours à Manhattan sur les pratiques commerciales de l’organisation.

Son dernier procès mardi marque la première fois que les accusations portées contre l’organisation Trump sont détaillées avec des exemples spécifiques.

Il s’agit de six de ses propriétés à New York et en Écosse, et de la « marque Trump ».

Par exemple, son vaste domaine dans le comté de Westchester, au nord de Manhattan, était évalué par la Trump Organization à 291 millions de dollars en 2012 (puis 189 millions de livres sterling), mais une évaluation en 2016 était beaucoup plus élevée, basse, à seulement 56 millions de dollars.

Le procureur général affirme également que le somptueux penthouse de trois étages de M. Trump dans la Trump Tower de New York a été évalué sur la base d’une taille de 30 000 pieds carrés (2 800 mètres carrés), mais en réalité, il s’agit de 10 996 pieds carrés.

Le tribunal affirme qu’au moins deux fausses déclarations ont été faites à l’Internal Revenue Service (IRS) – la principale autorité fiscale des États-Unis – qui « surestime significativement » la valeur de deux propriétés afin d’obtenir un allégement fiscal.

Mme James dit que c’est la preuve que l’organisation Trump a « utilisé des évaluations d’actifs frauduleuses ou trompeuses pour obtenir une variété d’avantages économiques, y compris des prêts, une couverture d’assurance et des déductions fiscales ».

Les derniers documents judiciaires font partie d’un procès que le procureur général de New York a intenté contre l’ancien président, son fils aîné Donald Trump Jr et sa fille Ivanka Trump pour les forcer à témoigner et à répondre aux questions dans le cadre de l’enquête civile.

Dans un communiqué, Mme James a déclaré que « les Trump doivent se conformer à nos assignations légales … car personne dans ce pays ne peut choisir si et comment la loi s’applique à eux ».

La première citation à comparaître a incité les avocats de M. Trump à poursuivre Mme James dans le but de clore l’enquête et de l’accuser de violer ses droits constitutionnels en menant une enquête partisane.

Mme James dit qu’elle veut particulièrement interroger ses enfants parce que Donald Trump Jr. aide à gérer l’entreprise familiale et certifie les dossiers financiers de l’entreprise, tandis qu’Ivanka Trump « a négocié et obtenu un financement » pour les propriétés de Trump.

Elle a déjà interviewé un autre des fils de M. Trump, Eric Trump, qui a pris le contrôle partiel de l’entreprise lorsque son père est devenu président en 2017.

L’enquête de Letitia James sur les transactions de Donald Trump est une enquête civile, ce qui signifie qu’elle pourrait conduire à une amende ou à un procès.

L’enquête criminelle de l’organisation Trump est désormais dirigée par le nouveau procureur du district de Manhattan, Alvin Bragg. Il utilise certaines des preuves découvertes par l’équipe de Mme James.

En juillet, la Trump Organization et son directeur financier, Allen Weisselberg, ont été inculpés d’un prétendu stratagème de 15 ans visant à aider les dirigeants à échapper à l’impôt en offrant des avantages, tels que le loyer et les frais de scolarité, qui étaient cachés aux autorités.

Les avocats du cabinet et M. Weisselberg ont plaidé non coupables d’évasion fiscale.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire