Les géants pétroliers Total et Chevron quittent le Myanmar pour violation des droits humains

0

Les géants de l’énergie TotalEnergies et Chevron Corp ont déclaré qu’ils quitteraient le Myanmar au milieu de la « détérioration » de la situation des droits de l’homme et de la détérioration de l’État de droit après que le gouvernement a pris le pouvoir par l’armée du pays lors d’un coup d’État l’année dernière.

Total, Chevron et d’autres sociétés faisaient partie d’une joint-venture qui exploite le champ gazier offshore de Yadana et le système de transport MGTC qui transporte le gaz du champ jusqu’à la frontière du Myanmar avec la Thaïlande.

« Alors que notre entreprise estime que sa présence dans un pays lui permet de promouvoir ses valeurs, y compris au-delà de son domaine d’intervention directe, la situation en termes de droits de l’homme et, plus généralement, d’État de droit, qui se poursuit au Myanmar. se détériorer depuis le coup d’État de février 2021 nous a conduits à réévaluer la situation et à ne plus permettre à TotalEnergies d’apporter une contribution suffisamment positive dans le pays », a déclaré Total dans un communiqué.

Le géant français de l’énergie a ajouté qu’il se retirait des joint-ventures « sans aucune compensation financière pour TotalEnergies ».

Le militant des droits humains Human Rights Watch a applaudi l’annonce de vendredi, postant sur Twitter : « La décision bienvenue de Total reflète l’importance d’éviter la complicité dans les atrocités commises par la junte birmane. La prochaine étape est de s’assurer que les revenus du gaz ne continuent pas à financer ces atrocités.

En décembre, HRW a exhorté Total à soutenir des sanctions qui empêcheraient les revenus du gaz naturel de parvenir à des entités contrôlées par l’armée birmane.

Des organisations de la société civile et des investisseurs institutionnels de Total ont également fait pression sur le géant français de l’énergie pour qu’il mette fin à son partenariat avec des entités contrôlées par l’armée birmane.

Le coup d’État de l’an dernier s’est heurté à une forte opposition au Myanmar, les habitants de tout le pays étant descendus dans la rue pour protester contre le retour du gouvernement démocratiquement élu. HRW a documenté de nombreuses violations des droits humains par l’armée birmane contre des manifestants, des militants, des journalistes et l’opposition politique. Ces abus, que HRW qualifie de « crimes contre l’humanité », comprennent le meurtre de plus de 1 400 personnes.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire