Les talibans arrêtent un combattant qui a tiré sur une femme » Toute l’actualité, people en Europe, Afrique, Amérique…

0

Un combattant taliban a été arrêté pour avoir tiré sur une femme Hazara à un poste de contrôle dans la capitale afghane alors qu’elle revenait d’un mariage, a déclaré un porte-parole du groupe.

Le meurtre de Zainab Abdullahi, 25 ans, a choqué les femmes, qui sont confrontées à des restrictions croissantes depuis le retour au pouvoir des talibans en août.

La fusillade a eu lieu dans un quartier de Kaboul habité principalement par des membres de la communauté minoritaire chiite, qui a été la cible d’attaques meurtrières par des groupes armés sectaires tels que l’EIIL (ISIS).

Abdullahi a été « tué accidentellement », a déclaré sur Twitter le porte-parole des talibans Mohammad Naeem, ajoutant que le combattant arrêté serait puni.

Sa famille s’est vu offrir 600 000 Afghans (environ 5 700 dollars) pour la fusillade du 13 janvier dans le district de Dasht-e-Barchi de la capitale, a indiqué séparément le ministère de l’Intérieur.

Certaines militantes des droits des femmes ont organisé des manifestations à Kaboul depuis l’assassinat d’Abdullahi, réclamant justice.

« Quand nous avons entendu parler du meurtre de Zainab, nous avons eu peur. Nous craignons que si nous quittons nos maisons, nous ne reviendrons pas vivants », a déclaré une militante des droits des femmes qui a demandé que sa propre sécurité ne soit pas nommée.

« Nous ne pouvons pas sortir la nuit et même pendant la journée, nous ne sortons pas sauf s’il y a quelque chose d’urgent », a-t-elle déclaré, ajoutant que le passage des points de contrôle était risqué pour les femmes.

règles strictes

Les talibans imposent de plus en plus de restrictions aux femmes, qui sont expulsées de la vie publique.

La plupart des lycées pour filles sont fermés, tandis que les femmes sont exclues de tout travail gouvernemental, sauf essentiel.

Ils ont également reçu l’ordre de ne pas parcourir de longues distances à moins d’être accompagnés d’un parent masculin proche.

Plus tôt ce mois-ci, la police religieuse des talibans a affiché des affiches dans la capitale exhortant les femmes à se couvrir.

Un porte-parole du ministère de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice a déclaré qu’il s’agissait « juste d’un encouragement pour les femmes musulmanes à suivre la charia ».

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a exhorté mardi le Conseil de sécurité à « parler » aux responsables des exactions en Afghanistan.

Elle a déclaré que le fait de priver les femmes et les filles de leurs droits fondamentaux « aggravait les graves préjudices » causés à un pays déjà confronté à une catastrophe humanitaire d’une ampleur sans précédent.

Les talibans ont promis aux femmes plus de libertés par rapport à leur régime précédent (1996-2001), qui interdisait l’éducation des filles et les femmes n’étaient pas autorisées à travailler, sauf dans certains secteurs.

Plus tôt cette semaine, les talibans ont déclaré que toutes les filles retourneraient à l’école d’ici le 21 mars, qui est la première date limite pour l’ouverture des écoles secondaires pour filles.

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire