L’UE exige la fin de la torture en Ouganda

0

L’Union européenne (UE) et les États-Unis tirent la sonnette d’alarme sur des allégations de torture par les forces de sécurité ougandaises. Un écrivain de renom et critique du gouvernement qui prétend avoir récemment été victime.

Dans un communiqué daté du lundi 7 février 2022, la délégation de l’Union européenne en Ouganda a exprimé son inquiétude quant à la situation des droits de l’homme dans le pays.

L’UE dénonce « une situation où, depuis plus d’un an, il y a une augmentation significative des cas de torture, d’arrestations arbitraires, de disparitions forcées, d’intimidations et d’attaques contre les défenseurs des droits de l’homme, les membres de l’opposition et les militants des droits de l’environnement. †

Cette déclaration fait suite à une déclaration ferme du Etats Unisqui citent des « récits récurrents et crédibles » de disparitions forcées et de tortures par les forces de sécurité qui « brossent un mauvais tableau » du gouvernement du président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986.

Une nouvelle critique du bilan de Museveni en matière de droits humains intervient alors que l’écrivain local Kakwenza Rukirabashaija affirme qu’il a été torturé en détention pendant des semaines avant qu’un magistrat n’ordonne sa libération à la fin du mois dernier.

Rukirabashaija a publié Photos avec de nombreuses cicatrices sur le dos, des militants indignés, des politiciens de l’opposition et d’autres exigeant des comptes. Il a perdu sa tentative de récupérer son passeport auprès du Tribunauxun magistrat qui a jugé lundi qu’il n’avait pas réussi à prouver l’urgence de son déplacement.

Mais l’écrivain insiste sur le fait qu’il a besoin de meilleurs soins à l’étranger.

La source

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire