Quand Wilfried Ekanga fait le grand déballage sur le ministre Atanga Nji voici les details

    0
    12

    Dans une tribune publiée sur Facebook, l’analyste politique Wilfried Ekanga s’exprime sur la récente sortie du ministre de l’Administration territoriale interdisant l’initiative du président Kamto pour lutter contre le Covid-19. Voici l’analyse de wilfried Ekanga.

    Atanga Nji le termite

    Et il sortit de son trou !

    Ces images ont été prises vendredi dernières à 17:45 au quartier Emombo à Yaoundé. J’avais demandé à un ami de me rendre ce petit service. On y voit un groupe de jeunes qui, peu avant l’insolite fermeture des bars (18 heures) censée lutter contre le Coronavirus (selon qui vous savez), s’empressent de remorquer une ou deux bouteilles pour la maison.

    Mais plus stupéfiant encore, c’est l’incroyable légèreté avec laquelle ces braves compatriotes prennent les consignes de distanciation. Regardez-les pressés les uns contre les autres comme des épis de maïs dans un champ. Et quand tu demandes pourquoi les recommandations ne sont pas respectées, on te répond : « Les Camerounais sont très têtus ; même quand on leur demande de prendre leurs distances, ils n’écoutent pas. On va faire comment ? »

    Il était une fois la sorcellerie
    Hier, lundi 7 avril, le centre de contrôle et de prévention de l’Union Africaine dénombrait 9457 cas de Coronavirus sur le continent, pour 442 décès. Et comme la médiocrité est le seul domaine où vous retrouverez le Cameroun parmi les 5 premiers, nous sommes justement le 5eme foyer continental de Covid-19, juste derrière l’Algerie, la Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud. Autrement dit, nous sommes le 2ème pays le plus touché d’Afrique subsaharienne.

    Et quand l’on voit des images comme celles-ci, on comprend vite pourquoi.

    Depuis le début de l’épidémie, Paul Atanga Nji était aux abonnés absents. C’est pourtant dans ce genre de situation que l’on attend plus que jamais les dispositions d’un ministre de l’intérieur. Comment se fait-il qu’il ait été possible d’empêcher des populations de marcher pour exprimer leurs opinions politiques, mais qu’on n’arrive plus à contraindre les citoyens à respecter de simples mesures préventives ?

    Où sont les forces de l’ordre pour assurer le dialogue et la pédagogie et veiller au respect de ces obligations légères ? Le minimum pour assurer la survie d’un peuple.

    A présent que le projet social de collecte de fonds mis en place par le MRC connaît un succès international, voilà le termite qui sort de sa motte de sable avec un communiqué aussi tordu que sa gouvernance. Il paraît que le MRC doit cesser ses activités parce qu’il n’aurait soi-disant pas l’aval de l’État. Même les instituts bancaires qui abritent ces fonds devraient fermer les comptes immédiatement, sans quoi ils s’exposent à « la réglementation en vigueur »

    Et c’est l’individu qui vous a emmené 7 lascars au nom de Transparency International qui écrit ça. Il a déjà répondu devant la loi de ce banditisme à ciel ouvert ? Le monde est décidément plein d’ironie !

    Voilà donc des gens prêts à vous voir mourir plutôt que de voir des projets vitaux avoir du succès. Les mêmes qui nous ont demandé d’être utile à notre pays plutôt que de critiquer, sont les mêmes qui s’activent à saboter immédiatement les actions que nous mettons en place, juste parce qu’au vu de leur cupidité et de leur incompétence à outrance nous ne leur avons (à raison) pas attribué la paternité de nos actions. Et les voilà comme à l’usure habitudes présents là où ils n’ont rien à faire.

    C’est un gang de malfrats
    Au Kenya avec seulement 142 cas de Coronavirus, le président Uhuru Kenyatta à déjà placé plusieurs villes en quarantaine, telles que Mombassa ou la capitale Nairobi, pour trois semaines. Au Ghana, Nana Akufu Addo a convenu avec les opérateurs nationaux que les factures d’eau et d’électricité seront prises en charge par l’Etat pour les trois mois à venir (avril, mai, juin ). Avec une économie semi-informelle, ça permet aux populations de voir leurs charges sensiblement allégées.

    Le Ghana n’a pourtant que 214 cas et 3 morts, quand le pays des Crevettes tutoie les 700 cas pour une dizaine de morts.

    Au Cameroun, pas de quarantaine à Douala, Yaoundé où Bafoussam. Une absence chronique des ministères compétents. Après avoir mis sur la table 1 ridicule milliard quand le Sénégal débloquait 1000 fois plus pour moins de cas, ils ont réduit ce pauvre Manaouda Malachie à un simple compteur ambulant. Au même moment, Famé Ndongo et Emmanuel Sadi sont sortis pour faire le Kongossa sur ce qui ne les regardait pas. Entre temps, aucun d’eux ne sait où est Paul Biya.

    Grégoire Owona aurait pu nous donner sa stratégie pour juguler le secteur informel comme au Ghana, mais lui aussi n’avait d’yeux que pour le Kongossa sur Kamto. Madeleine Tchuente, qui, le mercredi 14 novembre 2018; avait annoncé la création d’un centre de recherche « Sillicon Valley » à Yaoundé pour 11,9 milliards de CFA, nous a appris de ses recherches qu’il fallait juste arrêter de manger la chauve-souris (notre plat préféré n’est-ce pas), et qu’il y en avait 500 000 à Yaoundé

    Et voici qu’Atanga Nji se souvient qu’il est ministre quand il s’agit d’entraver l’action du seul parti qui fait de la politique au Cameroun, autre chose que la simple recherche de postes, et qui est présent dans l’action avec ou sans élections. C’est lui qui a ordonné à la police d’aller menacer la chaîne Equinoxe le 3 avril dernier de ne diffuser aucun extrait éventuel sur Maurice Kamto concernant son projet. Du vrai daltonisme !

    Quand vous donnez une cravate et tout un ministère à un brigand qui pense que le boycott est « anti-constitutionnel », n’attendez pas autre chose.

    En bref :
    Ces gens à qui vous avez remis votre vie n’ont rien à foutre que le Covid-19 vous achève. Je vous conseille de compter dès à présent sur vous-mêmes. Le Gang de Malfrats en cravate dont on vous parle depuis des lustres ne sent l’urgence que si vous leur faites de l’ombre. Ils existent pour dire merci à celui qui leur a donné leurs postes de pouvoir et c’est à peu près tout. Pour vous séduire, ils vous feront de gros effets d’annonce du type : « 6000 comprimés en une heure » ou bien « Paul Biya prend soin de ses compatriotes en réquisitionnant le camp sic d’Olembe » …

    Mais si tu as vu l’état dans lequel se trouvent ces installations, alors tu as compris le fossé entre l’annonce et le fait.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here