RDC : la proposition de loi Tshiani sur la « congolité » suscite des débats dans la société civile.

0

La proposition de loi Tshiani divise la société congolaise

La proposition de loi Tshiani, qui voudrait que seuls les citoyens nés de père et de mère congolais soient légitimes à accéder aux plus hautes fonctions de l’État, dont la présidence de la République, divise la société congolaise. Pour certains, cette loi est inopportune, ni nécessaire, ni urgente, tandis que pour d’autres, elle est très opportune pour ne plus retomber dans ce qui se passe au pays aujourd’hui : l’infiltration dans toutes les institutions ou presque.

Maître Hubert Tshiswaka Masoka, directeur de l’Institut de recherche en droits humains de Lubumbashi, souligne que la proposition de loi Tshiani contient beaucoup de contradictions et que Nsingi Pululu, le député national qui la porte, constate lui-même qu’elle est inconstitutionnelle. Plusieurs membres de la société civile ont pris part à un débat organisé par l’Institut de recherche en droits humains de Lubumbashi sur le sujet.

Des discussions loin d’être terminées

Les discussions sur la loi Tshiani sont loin d’être terminées, car la proposition de loi a été déposée auprès de l’Assemblée nationale qui doit en débattre. Cependant, il est difficile de revoir la Constitution à quelques mois des élections, sous état de siège.

La proposition de loi Tshiani divise la société congolaise, certains la considérant comme une opportunité pour éviter l’infiltration dans toutes les institutions ou presque, tandis que d’autres la jugent inopportune, ni nécessaire, ni urgente. Les discussions sur le sujet sont loin d’être terminées, car la proposition de loi a été déposée auprès de l’Assemblée nationale qui doit en débattre.

Mots clés : loi Tshiani, Congo, société civile, débat, Assemblée nationale.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: