Réapparition de Paul Biya: Wilfried Ekanga tacle Paul Biya et fait des graves révélations sur certains camerounais voici les détails

    0
    26

    Le Militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et analyste politique dissèque le «paradoxe du nègre», suite à l’actualité relative à la réception de l’ambassadeur de France au Palais présidentiel par Paul Biya.
    La réception de l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, le 16 avril dernier à la Présidence de la République par Paul Biya, et son passage à la télévision nationale, Cameroon Radio Television (CRTV), dimanche dans l’émission «Actualité Hebdo», continuent de polariser l’actualité politique camerounaise, et d’enfler la polémique.

    Ces événements, le premier en l’occurrence, qui a contribué à «ressusciter» le Chef de l’Etat, qui s’est terré depuis l’avènement de la pandémie du Coronavirus au Cameroun. Le contexte et le profil de son invité de ce jour font jaser. Le militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Wilfried Ekanga, s’offusque de découvrir qu’après être sorti de sa réserve, que le casting sur l’hôte à recevoir en cette période se porte sur un étranger, plutôt que son Premier Ministre, Chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, ou le ministre de la Santé Publique, Malachie Manaouda, qui sont au front de la lutte contre le COVID-19.

    L’analyste politique basé en Allemagne déplore davantage l’attitude de ses compatriotes, en l’occurrence ceux qui avaient crié à l’ingérence de la France au plus fort de l’affaire Emmanuel Macron et l’activiste camerounais Calibri Calibro, en février dernier au Salon de l’Agriculture de Paris. Wilfried Ekanga s’étonne du silence de ses compatriotes lorsque cette même France vient sortir leur Président de sa réserve en temps de crise sans plus daigner dire mot.

    «Il y a des gens qui préféreraient voir Christophe Guilhou à la tête du Cameroun plutôt qu’un autre Camerounais», déplore-t-il dans une chronique vidéo sur son compte Facebook. Et d’ajouter: «Le paradoxe nègre fait que les Camerounais vont s’asseoir en masse à la télévision pour écouter un Français leur parler du Cameroun comme s’ils n’avaient pas de Président, nous amène à nous demander si ce peuple est encore dans ce qu’on appelle la normalité».

    Il peine aussi à comprendre que Paul Biya se soit de nouveau terré après sa sortie sporadique, et continue de vivre sans gêne au moment où la pandémie décime davantage son peuple.

    «Le discours n’est pas de savoir si Paul Biya est vivant ou pas, parce que le fait qu’il soit vivant ne développe pas le Cameroun, outre mesure. Découvrir maintenant qu’il est en vie soulève bien d’autres questions: où étiez-vous monsieur, pendant que le Camerounais se mouraient ? Où étiez-vous, et où êtes-vous d’ailleurs encore ? Comment un peuple peut-il se contenter d’une apparition aussi sporadique et aussi infantilisante. C’est de l’arrogance monarchique, c’est du mépris impérial».

    Ekanga considère le Cameroun comme un «un pays malade» où le Chef ne se sent nullement obligé de rendre compte à son peuple, et où le peuple non plus n’a rien à exiger de celui qu’il a plébiscité pour le conduire.


    SOURCE: https://bit.ly/2VFi7Qj

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here