Sérail: Voici pourquoi la France redoute le pire au Cameroun (Covid-19)

    0
    11

    Le diplomate n’est visiblement pas d’accord avec les autorités locales, qui ont décidé de la reprise des cours pour les classes d’examen, à compter du 1er juin 2020.

    La reprise des cours ne fait pas l’unanimité au Cameroun. Et pour cause: les chiffres du coronavirus au Cameroun sont alarmants. Le communiqué de Christophe Guilhou, ambassadeur de France accrédité à Yaoundé, à l’occasion de la réouverture des établissements scolaires ce 1er juin le prouve à suffisance. S’adossant sur la décision de l’hexagone de délivrer le diplôme national du Brevet, le baccalauréat ainsi que les épreuves anticipées à l’oral sur la base du contrôle continu, le diplomate dans un élan d’empathie a mis en relief les manquements graves constatés dans la gestion de la pandémie au Cameroun.

    A cet effet, il a vivement instruit la poursuite des enseignements à distance jusqu’à la réouverture des établissements le 3 juillet prochain. La représentation diplomatique ne fait qu’emboiter le pas à l’église catholique opposée elle aussi à la reprise des cours pour des raisons similaires. Elle a d’ailleurs, ipso facto, mis en chômage technique tout le personnel enseignant du mois de mai à septembre 2020.

    De même, plusieurs syndicats d’enseignants sont montés au créneau pour tirer la sonnette d’alarme quant aux mesures à minima prises pour sécuriser l’enceinte des établissements scolaires. Ceci étant, le gouvernement tient à éviter une année blanche précisément pour les élèves et étudiants en classes d’examens officiels. Pour ce faire, des dispositions ont été prises pour permettre le parachèvement harmonieux de l’année en cours dans les dix régions du pays. Les établissements scolaires français au Cameroun n’ouvriront de nouveau leurs portes qu’au mois de juillet.

    Lors de la conférence de presse conjointe ministre de la Communication, ministres en charge de l’Education de base, ministre des Enseignements secondaires et ministre de l’Enseignement supérieur, le 29 mai dernier, le Pr Jacques Fame Ndongo a rassuré que les institutions universitaires sont déjà prêtes. Elles disposent de solutions hydro alcooliques, des thermo-flashs et veilleront au respect des mesures barrières en salle et sur le campus.

    Idem pour les ministres des Enseignements secondaires et de l’Education de base qui ont en plus exhorté les parents à une synergie d’actions contre la pandémie en milieu scolaire.

    Source: camer.be

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here