La Cour suprême maintient la loi sur l’adoption des Amérindiens.

0

La Cour suprême des États-Unis a confirmé la validité d’une loi de 1978 visant à maintenir les enfants adoptés amérindiens au sein de leurs tribus. Cette décision est une victoire pour les tribus qui ont plaidé que l’abrogation de la loi mettrait en péril les principes fondamentaux qui leur ont permis de se gouverner elles-mêmes. La loi sur le bien-être de l’enfant indien a été adoptée pour remédier aux abus subis par des centaines de milliers d’enfants amérindiens qui ont été séparés de leurs tribus pour être élevés par des familles sans lien avec leur culture. La loi établit des priorités pour l’adoption avant qu’un enfant ne puisse être placé dans une famille non amérindienne. Les enfants doivent d’abord être pris en charge par un membre de leur famille élargie. Si cela n’est pas possible, la priorité est donnée à un membre de leur tribu, puis à d’autres familles amérindiennes.

Un couple évangélique du Texas, Jennifer et Chad Brackeen, ainsi que d’autres familles, ont contesté la loi après avoir pris en charge un enfant amérindien. Le garçon, né d’une mère navajo et d’un père cherokee, a rejoint le couple après que les placements tribaux navajos ont échoué et que les deux tribus ont finalement accepté de laisser le couple adopter l’enfant. En 2018, un juge fédéral a déclaré la loi anticonstitutionnelle. Les tribus ont déclaré qu’elles étaient des entités politiques, pas des groupes raciaux, et que la suppression de cette distinction, qui sous-tend les droits tribaux, pourrait compromettre presque tous les aspects du droit et de la politique indiens, y compris les mesures qui régissent l’accès à la terre, à l’eau et aux jeux de hasard.

La décision de la Cour suprême est un soulagement pour les tribus amérindiennes qui ont lutté pour protéger leur culture et leur identité. Cependant, elle soulève également des questions sur l’égalité de traitement des enfants amérindiens et des familles non amérindiennes dans le système d’adoption. La décision de la Cour suprême est un rappel de l’importance de protéger les droits des minorités et de préserver les cultures et les traditions uniques des peuples autochtones.

Mots clés: Cour suprême, loi sur le bien-être de l’enfant indien, adoption, tribus amérindiennes, culture, identité, minorités, droits, traditions, peuples autochtones.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: