Home Actualité internationale La Fin d’Airbnb à New York
Actualité internationale

La Fin d’Airbnb à New York

Thousands of Airbnbs and other short-term rentals are expected to disappear from rental platforms as New York City begins enforcing tight restrictions.

Des milliers d’Airbnbs et de locations à court terme vont être supprimés de la carte à New York

La loi locale 18, entrée en vigueur mardi, est si stricte qu’elle ne limite pas seulement le fonctionnement d’Airbnb dans la ville, elle le bannit presque entièrement pour de nombreux clients et hôtes. Désormais, tous les hôtes de locations à court terme à New York doivent s’inscrire auprès de la ville, et seuls ceux qui vivent dans le lieu qu’ils louent – et qui sont présents lorsque quelqu’un y séjourne – peuvent être éligibles. Et les personnes ne peuvent avoir que deux invités. Finies les journées où l’on pouvait louer des appartements élégants en centre-ville pour des enterrements de vie de jeune fille, des appartements confortables de deux ou trois chambres près des musées pour les familles, et même la possibilité pour les gens de louer leur appartement les week-ends où ils sont absents. Bien qu’Airbnb, Vrbo et d’autres puissent continuer à opérer à New York, les nouvelles règles sont si strictes qu’Airbnb les considère comme un « bannissement de facto » de son activité. Les locations à court terme peuvent entraîner du bruit, des déchets et des dangers, et elles peuvent exclure les résidents locaux de leurs propres quartiers. Certains propriétaires à New York ont de nombreuses annonces Airbnb. Mais d’autres New-Yorkais qui ont des annonces sur Airbnb essaient de joindre les deux bouts, soit en louant leur logement lorsqu’ils sont en déplacement, soit en louant la moitié d’un duplex pour couvrir leurs frais hypothécaires. Airbnb est également populaire auprès de certains des 66 millions de visiteurs par an à la recherche d’un hébergement moins cher et parfois plus grand que les hôtels. Rien qu’en 2022, les annonces de locations à court terme ont rapporté 85 millions de dollars à New York. La ville peut représenter une part relativement faible du marché mondial d’Airbnb, mais les nouvelles règles montrent comment les gouvernements locaux peuvent efficacement éliminer les locations à court terme du jour au lendemain et réduire leur impact sur les zones résidentielles denses. Et New York n’est qu’une des nombreuses villes du monde entier qui cherchent à calmer la ruée vers l’or des locations à court terme. Et chacun adopte une approche différente. Dallas a limité les locations à court terme à des quartiers spécifiques pour éviter les fêtes perturbatrices et dangereuses. Ailleurs, la province canadienne du Québec et Memphis, Tennessee, entre autres, exigent désormais des licences pour les locations à court terme. À San Francisco, la durée pendant laquelle quelqu’un peut proposer sa résidence entière à la location sur Airbnb est limitée à 90 jours par an ; Amsterdam fixe cette limite à 30 nuits par an, Paris à 120 jours. Berlin avait précédemment interdit presque tous les Airbnbs, mais a fait marche arrière en 2018. Les tentatives d’Airbnb de lutter contre la nouvelle loi ont, jusqu’à présent, été infructueuses. La société a poursuivi la ville de New York en juin, mais un juge a rejeté l’affaire en août, estimant que les restrictions étaient « tout à fait rationnelles ». Airbnb n’a pas commenté la possibilité de faire appel de la décision. Les hôtes se battent également pour le droit de proposer leurs appartements en location à court terme en rencontrant des responsables de la ville pour essayer de changer la loi. Les règles « portent un coup à l’économie touristique de la ville et aux milliers de New-Yorkais et de petites entreprises des quartiers extérieurs qui dépendent du partage de logements et des dollars du tourisme pour joindre les deux bouts », déclare Theo Yedinsky, directeur mondial des politiques d’Airbnb. « La ville envoie un message clair à des millions de visiteurs potentiels qui auront désormais moins d’options d’hébergement lorsqu’ils visiteront New York : vous n’êtes pas les bienvenus ». Yedinsky affirme qu’Airbnb a pour object

A LIRE AUSSI ...

Esclavage moderne au Cameroun : le récit bouleversant d’une femme

Témoignage glaçant d’une femme camerounaise Une femme camerounaise a récemment partagé son...

La vente aux enchères d’objets personnels de Nelson Mandela est suspendue.

Suspension de la vente aux enchères d’objets personnels de Nelson Mandela La...

Réunion de la Ligue Arabe sur la situation à Gaza en Égypte

La situation humanitaire désastreuse à Gaza au centre d’une réunion d’urgence de...

Nigéria : 14 accusations portées contre l’ancien gouverneur de la Banque centrale

Le scandale de corruption continue : de nouvelles accusations contre l’ancien gouverneur...