Tour de France, première étape : un sprint sur la Promenade des Anglais ?

    0
    17

    La première étape du Tour, autour de Nice, ne devrait pas échapper à un sprint massif, malgré deux côtes sur le parcours

    La 107e édition s’élance ce samedi, avec deux mois de retard sur la date initialement prévue, depuis la Promenade des Anglais, à Nice et devrait vraisemblablement sourires aux sprinters qui ne sont pas si nombreux sur cette édition particulièrement montagneuse.

    Avec les chutes de Fabio Jakobsen et Dylan Groenewegen au Tour de Pologne, les absences volontaires d’Arnaud Démare ou Nacer Bouhanni, ce sont quelques pointures qui sont en effet absentes. Mais avec l’Australien Caleb Ewan, vainqueur à trois reprises en 2019, l’Italien Giacomo Nizzolo en grande forme, ou l’Irlandais Sam Bennett, il y aura quelques candidats sérieux et des équipes motivées pour contrôler la course. On peut ajouter à ces prétendants l’Italien de Total Direct Energie, l’ancien champion du monde slovaque Peter Sagan, toujours dangereux ou évidemment, le surpuissant Wout Van Aert capable de gagner sur quasiment tous les terrains, comme il vient de le prouver sur Milan San Remo.

    D’autant que ces boucles autour de Nice ne sont « pas une pure étape de sprint », si l’on en croit Caleb Ewan qui songe sans doute aux deux montées de la côte de Rimiez (5,8 km à 5,1 %), répertoriée en troisième catégorie. Mais Ewan en convient, les sprinters « auront le temps de revenir dans le peloton après ces ascensions. » L’enjeu est de taille puisqu’au bout de ce sprint, le premier maillot jaune de ce Tour sera décerné.

    Départ de Nice à 14h00, lancé à 14h15, arrivée prévue à Nice vers 17h58 (moyenne calculée à 42 km/h). 

    Il n’est plus venu sur le Tour depuis 2016 et l’année de sa fameuse deuxième place à Limoges, pour un demi boyau, derrière Marcel Kittel. Bryan Coquard est enfin de retour cette année, après une fâcherie avec son ancien manager Jean-René Bernaudeau et deux années sans sélection pour son équipe B&B hôtels-Vital Concept.

    A 28 ans, le Nantais le sait, il n’a plus de temps à perdre. « En ne faisant pas le Tour de France on se rend compte à quel point c’est important pour un coureur cycliste. Ca a été un gros vide dans ma carrière » reconnaissait-il vendredi, à la veille d’un premier sprint qui pourrait lui convenir après une étape un peu escarpée. Car le coureur est en grande forme. Vainqueur de la première étape de la Route d’Occitanie, il vient surtout de prendre la deuxième place d’un championnat de France très relevé, derrière Arnaud Démare, mais devant Julian Alaphilippe.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here