Tour de France – Tour de France : une première étape marquée par les chutes

    0
    19

    Sur des routes niçoises détrempées, les chutes ont rythmé la première étape du Tour de France. De Sam Bennett à Thibaut Pinot, en passant par Miguel Angel Lopez, retrouvez les principales chutes de la journée de samedi. La pluie n’a pas quitté les coureurs de la journée et a rapidement rendu les routes niçoises glissantes. Premiers coureurs à en faire l’expérience, Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), Domenico Pozzovivo (NTT) et Jasper de Buyst (Lotto-Soudal). Bennett a pu repartir après un changement de vélo pour finalement prendre la quatrième place de l’étape. De Buyst a pu revenir aider Ewan à préparer son sprint et Pozzovivo a réintégré le peloton. lire aussi Alexander Kristoff remporte une première étape marquée par les chutes Lieutenant d’Egan Bernal, Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers) a passé une première journée cauchemardesque sur le Tour de France. Le jeune Russe a été la première tête d’affiche à tâter du bitume, avec une chute dans la descente périlleuse de la côte de Rimiez. Genou droit en sang, Sivakov a peiné à revenir sur son vélo, et s’est retrouvé isolé alors qu’il n’était pas seul dans sa chute. Cofidis et AG2R La Mondiale ont chacune vu deux de leurs coureurs être retardés en même temps que Sivakov. Pour la formation de Vincent Lavenu, Benoît Cosnefroy et Pierre Latour ont chuté… avant d’être aidés par une spectatrice, en dépit des consignes de sécurité martelées par l’organisation. Pas le temps de souffler pour Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers). Après avoir passé plus de 20 kilomètres en chasse derrière le peloton, sans aide de ses coéquipiers, le Russe avait enfin rejoint le reste des coureurs. Mais une nouvelle chute, sur le plat cette fois, l’a de nouveau éjecté. Éraflé sur tout son flanc droit après sa première rencontre avec le bitume, il s’en est tiré avec un coude gauche en sang (comme son coude droit) et un cuissard amoché sur le flanc gauche…

    On the run in back to Nice, @PavelSivakov has crashed once again. Sur le retour vers Nice, Pavel Sivakov est à nouveau allé à terre.#TDF2020 pic.twitter.com/QQdRkGyZ8M

    Habituel cadre idyllique pour les touristes, la Promenade des Anglais n’a pas fait de cadeaux au peloton. Sur une avenue devenue très glissante sous l’effet des trombes d’eau envoyées par le ciel des Alpes-Maritimes, garder son équilibre s’est avéré difficile. Au deuxième passage des coureurs, un petit groupe est tombé comme Mikel Nieve (Mitchelton-Scott) mais aussi Richie Porte (Trek-Segafredo), malchanceux comme souvent sur la Grande Boucle. C’est peut-être la chute qui a poussé Tony Martin à enfiler son costume de patron du peloton pour réclamer un ralentissement général. À la sortie de Nice, un carambolage général a envoyé, telles des quilles de bowling, une dizaine de coureurs en glissade sur la chaussée (et vers les barrières). Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a cru y perdre toute chance de victoire à plus de 50 kilomètres de l’arrivée. Mais si le sprinteur australien a pu rejoindre le peloton, son coéquipier John Degenkolb ne verra pas la suite du Tour. L’Allemand est arrivé hors-délais à Nice.

    Tony Martin avait donc enfilé son costume de patron du peloton pour réclamer un peu de calme dans la descente du col de Rimiez. Mais chez Astana, on avait d’autres idées : une accélération collective pour mettre Miguel Angel Lopez sur orbite et ses rivaux en difficulté. Sauf que « Superman » ne brille pas pour ses qualités de descendeur et l’a rappelé deux virages après le début de l’offensive kazakhe. Sa roue arrière a attrapé un bout de bande blanche, très glissante, et envoyant Lopez droit dans un panneau de signalisation. Plus de peur que de mal pour « Superman » qui est resté sage après cette frayeur.

    Miguel Angel Lopez, le leader de la formation Astana, part à la faute dans un virage. Heureusement plus de peur que de mal pour le Colombien malgré une chute spectaculaire #TDF2020 Suivez la course en direct sur notre site : https://t.co/WYc3Wuww1x pic.twitter.com/TredFWQkF1

    Même avec une étape « neutralisée » dans la descente vers Nice, les chutes n’ont pas cessé. Comme son homonyme Sam, George Bennett est tombé de son vélo, tout seul, l’obligeant à une course-poursuite derrière le peloton, qu’il a finalement pu réintégrer. Pour éviter les chutes dans les derniers kilomètres, le jury des commissaires avait décidé de figer les temps à trois kilomètres de l’arrivée. Cruelle ironie, la dernière chute est donc intervenue… au passage de l’arche des trois kilomètres. Un carambolage général qui a notamment envoyé Thibaut Pinot au sol, maillot déchiré à l’épaule et cuisse gauches en sang. Le Français (Groupama-FDJ) a passé la ligne visage fermé entouré de sa garde rapprochée.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here