Un choix entre le rêve américain et le socialisme destructeur, plaide Donald Trump

    0
    15

    Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d’opérer et d’améliorer nos services ainsi qu’à des fins publicitaires.
    Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’utilisation de ces informations,
    veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus

    EN DIRECT – Tirant de l’arrière dans les sondages sur Joe Biden, Donald Trump a officiellement accepté la nomination du parti républicain afin de briguer un second mandat. Dans son discours d’investiture, le président américain s’en est pris à son rival démocrate le qualifiant de fossoyeur de « la grandeur de l’Amérique ».

    Mes compatriotes, ce soir, avec un cœur plein de reconnaissance et un optimisme sans limites, j’accepte cette nomination pour la présidence des États-Unis, a-t-il déclaré alors que des centaines de manifestants antiracistes se sont rassemblés devant les clôtures de la Maison-Blanche pour appeler à son départ.

    Un costume gonflable qui caricature le président Donald Trump en enfant se trouvait sur les lieux d’une manifestation à proximité de la Maison-Blanche pendant le discours du président des États-Unis.

    Pour suivre notre couverture en direct sur vote appareil Android, cliquez sur ce lien (Nouvelle fenêtre).

    Le président sortant s’est présenté comme étant la seule solution en appelant les électeurs à choisir entre le rêve américain et un socialisme destructeur. Il a notamment pourfendu une vision rétrograde de la gauche.

    En 2016, on se souvient que le président, alors candidat novice à la fonction présidentielle, avait promis aux Américains un pays en sécurité. L’homme d’affaires de 74 ans a de nouveau endossé les habits du candidat de l’ordre public, mais cette fois dans une Amérique en proie à de nombreuses divisions.

    En plus des conséquences de la pandémie à la COVID-19 qui a fait jusqu’ici plus de 180 000 morts parmi la population américaine, les États-Unis doivent faire face à une succession de crises qui vont des tensions raciales à un effondrement économique sans précédent.

    En ce qui concerne la pandémie, le milliardaire a promis de vaincre la COVID-19 avec l’arrivée dès cette année d’un vaccin. Si nous avions écouté Joe [Biden], des centaines de milliers d’autres Américains seraient morts,a-t-il alors ajouté.

    Sur un ton populiste, Donald Trump a fait l’éloge de son bilan présidentiel qu’il dit avoir accompli contre l’avis des élites politiques de Washington. Ensemble, nous avons mis fin à la domination de la classe politique en faillite, a-t-il dit. Elle est désespérée de retrouver son pouvoir par tous les moyens nécessaires. Ils sont en colère contre moi, parce qu’au lieu de les mettre en premier, je mets l’Amérique en premier!

    Fait inusité, la Maison-Blanche a pris des couleurs partisanes en se transformant en un véritable lieu de rassemblement politique. Plus de 1500 personnes se sont rassemblées sur la pelouse pour écouter le discours de Donald Trump prononcé à l’issue d’une convention organisée principalement autour de ses fidèles et des membres de sa famille.

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.

    En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.

    « La question posée dans cette élection est de savoir si l’Amérique restera l’Amérique », a affirmé Pence.

    La première dame des É.-U. a loué la réponse du président face à la « terrible pandémie ».

    New York, le New Jersey et Hawaï accusent le président de vouloir « démanteler » le service public.

    Il est soupçonné d’avoir ouvert le feu sur des manifestants avec un fusil d’assaut et d’en avoir tué deux.

    La réalité et les conditions de cette libération annoncée n’ont pu être confirmées d’autre source.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here