Une Camerounaise interpellée à l’aéroport de Douala pour son ethnie voici les détails

    0
    10

    Déclaration de la camerounaise, chef d’entreprise, très surprise sur son compte Twitter.
    Qui connaît la camerounaise Rebecca Enonchong? Elle est une Tech entrepreneur, Ceo Founder de Apps Tech. Ce samedi 11 janvier 2020, elle fait une publication qui crée de la polémique sur son compte Twitter.

    «A l’aéroport international de Douala hier, à la sortie des bagages, un homme en civil m’a stoppé, s’identifiant comme de la sécurité et m’a demandé mon passeport. Je lui ai donné. Il a lu mon nom et m’a demandé mon ethnie», écrit celle-ci d’entrée de jeu.

    Très surprise, elle ne cache pas son étonnement face à un tel attitude. « Choquée par la question, je lui demande si c’est officiel ou s’il demande par curiosité. Il dit que c’est officiel. Je refuse de répondre. Il m’interpelle et m’amène dans un bureau», poursuit cette dernière dans un autre post sur son compte Twitter.

    Refus catégorique
    « Je refuse toujours de répondre et je demande en quoi mon ethnie affecte la sécurité du Cameroun. Il répond que c’est une question standard et que c’est important pour le renseignement. J’ai toujours refusé de répondre. Il m’a laissé partir», affirme Rebecca dans la suite de son post sur Twitter.

    Une posture qui amène la créatrice de richesse à un questionnement. « Je me pose toujours la question de savoir en quoi mon ethnie est importante? J’ai des amis anglophones qui ont été renvoyés du territoire à cause de leur nom. C’est effrayant», s’insurge cette dernière.

    Par la suite, elle se dit tout de même confiante. « Pour être claire, le monsieur a été courtois et personnellement je n’avais pas peur. Je connais beaucoup de policiers à l’aéroport et je me suis dit que si on me gardait, l’un d’entre eux allait réagir. Et de toute façon, est-ce qu’il existe un délit de « mauvaise ethnie »?.

    Depuis la présidentielle de 2020 au Cameroun, le problème ethnie a pris une proportion inquiétante. Une loi anti tribalisme est votée en novembre 2019 au parlement camerounais. Le but ici est punir ceux qui préfèrent des propos haineux et tribaliste notamment sur les réseaux sociaux.


    SOURCE : https://www.w24news.com/une-camerounaise-interpellee-a-laeroport-de-douala-pour-son-ethnie-voici-les-details/?remotepost=11303

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here