Voici Le match qui a complètement changé la vie de Samuel Eto’o

    0
    11

    Samuel Eto’o est un monument du football africain. Quadruple ballon d’or africain, triple vainqueur de la Ligue des champions, meilleur buteur de l’histoire de la coupe d’Afrique des nations… l’ex capitaine des Lions Indomptables est une icône du football mondial. Pourtant, le Camerounais n’était pas prédestiné à devenir footballeur. Ses parents étaient réticents à l’idée qu’il joue au football.

    Lors d’une interview accordée à FIFA, l’ancien joueur du FC Barcelone et l’Inter Milan a raconté comment il a su convaincre des parents.

    « Pendant la pandémie, j’ai pensé aux merveilleux souvenirs que le football m’a apporté durant mon enfance. J’ai vécu et respiré le football mais mes parents étaient très durs avec moi. Ils n’ont pas accepté que je joue au football parce que pour eux, le football était quelque chose à laquelle les enfants jouaient s’ils n’allaient pas à l’école. J’allais évidemment à l’école et je n’étais pas un mauvais élève, mais j’avais une passion, c’était le football.

    Je me souviens très bien un jour où j’ai joué un match dans ma ville et je me suis caché pour aller jouer. Ce que je ne savais pas, c’est que mon père était avec des amis au bar en face du terrain. Tout ce que j’ai fait ce jour-là dans ce match m’a donné la permission de jouer au football librement parce que mes parents ne savaient pas jusqu’à ce moment que je semblais avoir un talent naturel pour le jeu.

    J’étais le héros de mon quartier après ce match. Ce jour-là, quand je suis rentré chez moi, mon père est arrivé un peu plus tard et m’a dit : « Tu es si bon, j’ai vu ton match aujourd’hui. Je vais parler à ta mère pour que tu puisses continuer à jouer. »

    C’est comme ça qu’il m’a donné l’autorisation de continuer à jouer. J’avais environ 12 ou 13 ans. A partir de ce moment-là, il n’y a plus eu de retour en arrière. J’ai eu la bénédiction de mon père et vous ne pouviez plus m’éloigner de ce terrain de football ni jour ni nuit. De là, il m’a fallu un ou deux ans pour partir en Europe, et ma vie a changé pour toujours», a confié Samuel Eto’o.

    Il est vrai que les débuts de Samuel n’ont pas été roses. Natif de Nkon, banlieue de Yaoundé, l’ancien du FC Barcelone a fait ses premiers pas dans le quartier de Mvog-Ada avant de s’installer à Newbell, quartier sensible de la cité portuaire.

    Et c’est sur les terrains vagues bosselés que Samuel, fan de Roger Milla en ces temps-là, dribble en liberté avant de rejoindre l’Union camerounaise des brasseries de Douala. À treize ans et demi, l’attaquant impose son style en deuxième division locale. Une poignée de buts et il débute avec les Cadets camerounais, avant d’être surclassé.

    Alors qu’il n’a que quinze ans, Samuel Eto’o rejoint la France pour tenter sa chance dans un club européen4. Arrivé à Marseille, il passe par Carpentras avant de rejoindre la capitale. Il ne dispose alors que d’un visa de dix jours, bien insuffisant pour s’installer à Paris et ne peut pas sortir régulièrement de son appartement, pour ne pas risquer d’être refoulé.

    Malgré les difficultés d’intégration et celles liées au climat, Eto’o reste plusieurs mois à Paris avec sa famille7 et demande à intégrer le centre de formation du Paris Saint-Germain6,4. Sans-papiers, le club parisien refuse de le recruter.

    Samuel rentre au Cameroun et intègre l’école de football de la Kadji Sport Academies basée à Douala, capitale économique et principal port d’entrée au Cameroun, où le buteur fait partie des meilleurs espoirs locaux. Le club du Havre, en partenariat avec l’académie et prioritaire sur les joueurs, l’invite à un essai en Normandie.

    Eto’o reste près d’une semaine sur place mais n’est pas retenu4. Pierre Foissac, le recruteur havrais qui le repère au Cameroun, se souvient : « Le formateur qui l’a observé ne l’a pas trouvé bon… Il y avait cinq joueurs cette semaine-là. On en a gardé quatre et on a laissé filer la pépite ». Eto’o prend part à d’autres essais, à l’AS Saint-Étienne ou encore à l’AS Cannes mais ils ne se révèlent pas concluants.

    Surclassé en équipe nationale, lors de sa première sortie avec les Juniors camerounais, Eto’o signe un doublé malgré la défaite contre la Côte d’Ivoire (3-2). Il est surtout repéré par Pirri, recruteur du Real Madrid, qui lui propose un essai. Dix jours après, Eto’o débarque en Espagne.

    Entre ses heures difficiles au Real Madrid et ses premières heures de gloire avec Mallorca, Samuel Eto’o va surtout avec les Blaugranas du FC Barcelone. Avec le club espagnol, il atteint les sommets et dire que tout ceci est parti d’un match de quartier qu’il était obligé de disputer en cachette…. La vie réserve bien des surprises.

     


    SOURCE: https://www.w24news.com

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    [gs-fb-comments]

    [comment-form]

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]