World news – 18 000 ans, la plus ancienne mélodie du monde?

0

Science et avenir

Archéo & Paleo

archéologie

Par

Bernadette Arnaud

le 02/10/2021 à 20:00

5 min de lecture

Les abonnés

Le premier enregistrement sonore de la préhistoire provient d’un coquillage, un coquillage qui était utilisé par les chasseurs de la Madeleine en France il y a 18 000 ans. Cette découverte extraordinaire met en lumière certaines des pratiques des sociétés du Paléolithique supérieur d’une dimension musicale inconnue.

Reconstruction de l’utilisation de la conque de la grotte de Marsoulas. En arrière-plan, le bison parsemé d’ocre rouge ornait les parois de la grotte. Des motifs identiques à ceux qui ornent l’intérieur de l’instrument à vent.

Puissant, long et profond … trois notes de la nuit des temps viennent d’être entendues pour la première fois par une équipe de scientifiques français. Trois notes, dont la plus basse serait proche du do et les deux autres notes, un do dièse et un ré (à entendre ci-dessous). Une coquille vieille de 18 000 ans, un grand bol de 30 cm du genre Charonia lampas sp. (Humpback newch) que les scientifiques, dirigés par Carole Fritz et Gilles Tosello, qui sont connectés au Laboratoire de Traces -UMR 5608 de l’Université de Toulouse-Le Mirail, ont atteint ces résultats, publiés le 10 février 2021 dans la revue Science Advances ont été publiés. La coquille a été découverte en 1931 à l’entrée de la grotte décorée de Marsoulas dans les Pyrénées centrales à la limite de la Haute-Garonne et de l’Ariège. « Nous avons identifié l’utilisation de la plus vieille coquille du monde dans un contexte préhistorique », a déclaré la préhistorique Carole Fritz de Toulouse, où Sciences et Avenir l’a rencontrée.

A cet effet, Pascal Gaillard (CNRS), musicologue à Cognition , invité au Laboratoire de Langues, Langues, Ergonomie (CLLE) de Toulouse et même un ancien flûtiste, Jean-Michel Court, un de ses amis cornistes, soufflent dans la coquille. Cela a immédiatement donné vie à cet instrument pérenne, oublié pendant 80 ans dans les collections du Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse.

La coquille de Marsoulas (Haute-Garonne) et ses 31 cm de hauteur. © Carole Fritz et al. 2021

Plusieurs autres organisations ont collaboré à ce projet, dont le Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurelle (LAMS) à Paris et le musée du Quai-Branly-Jacques Chirac.

Reste d’une disposition de la conque pour laisser passer une canule. Un porte-parole. © Carole Fritz et al. 2021

« La pointe [la pointe de la coque] en a été retirée et la lèvre extérieure complètement retouchée pour réguler le bord. La coque a été soumise à un arrangement de placement de la pointe », explique Carole Fritz. Ce que les examens du CNES ont confirmé. «Lors d’une tomographie, nous avons découvert que l’intérieur du bol avait été fabriqué. Un trou a été creusé dans ce trou, probablement pour y insérer une canule, un tube qui servait d’embout buccal pour mieux y guider l’air. »Laissez-le sonner, poursuit Gilles Tosello. C’est la preuve que cette coque a été délibérément remodelée pour créer du son. « 

La carapace de Marsoulas (Charonia lampas sp.) et les traces identifiées avec le pouce ocre rouge sur sa partie interne. Empreintes de pas identiques à celles du bison peint dans la grotte décorée en arrière-plan. © Carole Fritz et al. 2021

Plus encore que l’instrument lui-même, c’est le lien symbolique entre cette coquille et les peintures rupestres de la grotte décorée de Marsoulas qui a surpris les scientifiques. Marsoulas, découverte en 1897, appelée « la grotte aux 500 figures », a en fait une cinquantaine de mètres de mur décoré.Parmi les animaux qui apparaissent, il y a deux imposants bisons de deux mètres de long peints et gravés, dont l’un est entrecoupé de centaines de lignes pointillées faites avec le pouce en ocre rouge (voir Sciences et Avenir n ° 848 , 2017), deux robes extrêmement rares dans l’art rupestre occidental: analyse de la moule par tomographie (CT) et spectrométrie de fluorescence X, par ex. Cependant, il s’est avéré que cette coque présentait … des traces identiques dans sa partie intérieure. «La moule de Marsoulas a en fait des traces similaires à celles du bison dans la grotte décorée», explique Carole Fritz. «Les décors de coquillages ont donc une signification symbolique indéniable, aussi religieusement en lien avec la grotte», explique Gilles Tosello.

Les chasseurs de la Madeleine utilisaient-ils la coquille pour aller d’une vallée à l’autre dans cette région montagneuse des Pyrénées appel? L’avez-vous utilisé lors de cérémonies? L’avez-vous utilisé dans le cadre du travail pariétal dans la cavité? « Nous ne savons pas. Mais pour la première fois, nous avons une expression sonore qui est symboliquement liée à l’art rupestre. Et c’est unique au monde! », Sourit Carole Fritz.

préhistoire
bol

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant l’adresse abonnements @ Sciencesetavenir .fr écrire

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant l’adresse abonnements @ Sciencesetavenir écrire .fr

Ref: https://www.sciencesetavenir.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: