World news – Andreaw Gravillon: « Avec Lorient, nous avons un voyage incroyable, quelque chose d’extraordinaire »

0

À la maison
/.

Ligue 1
/.

Andreaw Gravillon: « Avec Lorient, nous avons un voyage incroyable, quelque chose d’extraordinaire »

Andreaw Gravillon: Nous avons pris un bon départ. Nous avons eu une mi-saison très compliquée avec un certain nombre de défaites. Depuis le début de 2021, nous avons vu beaucoup de progrès, les choses vont beaucoup mieux, nous avons un certain nombre de bons résultats, nous avons pu trouver le bon système de jeu dans un jeu, nous nous sentons très bien , nous avons de très bons repères, il faut continuer comme ça jusqu’à la fin de la saison.

FM: Dans quel état d’esprit le groupe est-il en pleine bataille pour la maintenance?

AG: L’ambiance est très positive, nous avons eu de bons résultats récemment, même si nous aurions pu gagner quelques matchs de plus. Mais chaque point est important à garder dans cette course.

FM: En janvier, vous avez notamment accroché le Paris SG sur votre planche de chasse (3: 2, 22e journée de Ligue 1) …

AG: Ce jour-là était différent. Nous savions que nous n’allions pas perdre. Nous avions besoin de trop de points, nous avions cette mentalité. Nous voulions montrer que nous pouvions battre Paris. Pourquoi cela se produit-il en Premier League et pas en France? Nous avons bien commencé le match, nous avons ouvert le classement, nous avons montré que nous ne voulions pas perdre, et après avoir concédé deux buts, nous avons pu réagir ensemble et finalement gagner. À partir de ce moment, à partir de ce résultat, il est vraiment devenu clair pour nous qu’il y avait quelque chose à trouver dans l’interaction.

AG: Pour une première saison en Ligue 1, ce serait un mensonge de dire que je ne suis pas satisfait. A 23 ans, j’entre dans une nouvelle ligue pour moi-même, l’un des 5 meilleurs d’Europe. Je joue 23 matchs et dans un contexte difficile je marque également un but. Je suis complètement satisfait. Bien sûr, nous pouvons toujours faire plus, mais j’ai déjà fait un excellent travail, je suis content. Le but est simplement de continuer et de viser le plus haut possible.

AG: Je suis très heureux d’être venu à Lorient en prêt. J’ai déjà découvert un nouveau championnat. En même temps que vous êtes chez vous, en France, non loin de chez vous, vous parlez votre langue maternelle. De plus, c’est un club qui vous accueille comme une grande famille. Nous nous retrouvons le matin pour le petit déjeuner. Nous passons une demi-journée ensemble, c’est important.

FM: Vous êtes arrivé à FCL sous la forme d’un prêt avec option d’achat auprès de l’Inter. Quels sont vos projets pour la prochaine saison AG: Je ne penserai pas à la prochaine saison avant qu’elle ne soit terminée. Je pense toujours étape par étape, jeu par match. J’essaye toujours de faire mieux, de m’améliorer. Penser si vite à mon avenir n’est pas une bonne chose, je pense. Cela peut affecter votre période de l’année. Je préfère procéder étape par étape. Dès que la saison sera finie nous verrons avec mes agents si nous devons rester à Lorient, retourner à l’Inter et partir ailleurs. Nous ne savons pas. Nous verrons. Nous attendrons la fin de la saison pour voir comment ça se passe.

AG: Je ne l’ai pas régulièrement au téléphone. Après cela, nous savons tous que le directeur sportif suit les joueurs en prêt. Je ne suis pas inquiet. Vous ne laissez aucun de vos joueurs dans la nature comme ça, je ne suis pas inquiet.

AG: L’Inter est un club que je considère comme ma deuxième famille. Ils m’ont cherché quand j’avais 16 ans, je n’avais pas d’avenir dans le monde professionnel, j’ai joué dans le quartier de Garges-lès-Gonesse, je n’avais pas d’avenir. Le club est venu me chercher, ça m’a fait grandir physiquement, techniquement et mentalement. Avec ses tuteurs, il « m’a appris la vie », un étranger venu en Italie et ne connaissant rien ni personne. J’ai dû apprendre à vivre seul, sans père, sans mère. C’est difficile, mais le club était là pour m’aider du début à la fin. Pour moi, c’est comme une deuxième famille.

AG: J’ai passé ma première année en U17 puis je suis passé à Primavera, l’équipe réserve. En décembre 2015, j’ai eu l’opportunité de participer avec la première équipe à un tournoi à Doha, au Qatar. On a joué contre le PSG (Paris s’impose 1-0). J’ai eu tellement de chance. La saison suivante, 2016/17, j’ai commencé à m’entraîner davantage avec les pros. Je me suis beaucoup entraîné avec eux au cours des trois derniers mois et j’ai joué deux banques dans la ligue.

AG: C’était comme un rêve devenu réalité! Vous partez de nulle part et passez à Primavera dans deux ans, marquez 7 buts et vous vous entraînez avec le groupe professionnel en même temps. Ça restera toujours dans ma tête, c’était très important. J’ai parlé à plusieurs reprises avec Ivan Perisic qui parle français. João Miranda et Jeison Murillo m’ont également donné beaucoup de conseils en défense. Axel Bakayoko, un autre jeune français, m’a aussi beaucoup aidé à m’y intégrer en me conseillant sur les choses à faire ou à ne pas faire, les endroits que je devrais visiter. Cela n’aurait pas été la même chose sans lui.

FM: En 2017/18, vous empruntez Benevento. Et vous jouez votre premier match de Serie A à la fin de la saison à l’âge de 19 ans. Dites-le-nous.

AG: C’est incroyable. C’était complètement imprévu. Nous avons eu un certain nombre de défaites. Soudain, tous les défenseurs sont blessés. Il ne restait plus que moi. Le formateur m’a rendu visite deux jours plus tôt pour me faire savoir que j’allais commencer. J’ai eu deux jours pour me préparer mentalement au match de ma vie pour profiter de cette opportunité. Je ne vous cacherai pas que mes jambes étaient en bois les premières minutes, je tremblais, il y avait trop d’émotion, c’était mon premier match en Serie A, c’était incroyable! Nous avons perdu (2-0). Je suis descendu au bout d’une heure, j’étais physiquement petit. Pour la première fois, j’étais très content de mon jeu. Le président est venu me voir trois jours plus tard pour me féliciter et me dire que j’avais été l’un des meilleurs sur le terrain et que j’avais montré que je n’étais pas un enfant. Ça marque.

FM: Malgré tout, préférez quitter Benevento pour rejoindre Pescara en Serie B. Pourquoi ce choix?

AG: Soit je suis resté à Bénévent, soit j’ai fait un pas plus bas pour revenir plus fort par la suite. J’ai bien fait parce que j’ai joué plusieurs matchs, quarante en deux saisons. C’est un championnat passionnant avec de la tension, très fort. Les jeux ne sont jamais terminés. C’est un championnat qui m’a énormément façonné. Surtout à Pescara. Pour les joueurs à la recherche d’une ligue idéale pour débuter une carrière, je recommande la Serie B.

FM: Lors de votre voyage en Italie, vous étiez en contact étroit avec un certain Roberto De Zerbi, que tout le monde dit le mieux. Que pouvez-vous nous en dire? AG: C’est un entraîneur très spécial et une très, très belle personne. Quand vous entrez sur le terrain, il est très exigeant, il veut que tout soit parfait dans le jeu de son équipe. Il peut se fâcher lors d’une passe de rebond. Il a une excellente tactique. Vous pouvez être en phase défensive et appuyer sur 5 joueurs adverses. Cependant, si vous pouvez gérer la passe et les mouvements qu’elle souhaite, vous pouvez en retirer le ballon. Ce qu’il propose est choquant. Quand j’avais 19 ans et que j’ai eu l’occasion de le connaître, j’ai fait beaucoup de progrès techniques. Cela m’a appris à vouloir jouer sur le sol et à ne jamais éclaircir de toute façon. Il veut jouer par terre. Il demande aux joueurs. Il leur dit qu’il assumera la responsabilité des erreurs devant la presse. Avoir un entraîneur qui vous couvre comme ça vous donne confiance, vous pouvez jouer. Il ne voulait pas que j’y aille. Il m’a dit qu’il me rappellerait le jour où je serais prêt. C’est arrivé à Sassuolo. Cependant, comme je ne m’étais pas préparé, j’ai eu un peu de problèmes et mon premier match en Coupe d’Italie a été moyen. En fin de match, il a annoncé à la presse qu’en tant que cinquième défenseur de la hiérarchie, je resterais dans son esprit, ce qui n’a pas été convenu. De toute évidence, je n’avais pas l’intention de devenir propriétaire. Mais s’il pensait ça, c’était parce que je n’étais pas prêt pour lui. J’ai donc décidé de retourner en Serie B pour revenir plus fort. J’ai fait ça à Ascoli. Et j’ai bien fait parce que j’ai joué et j’ai eu de la chance que Lorient soit venu me chercher et aujourd’hui je joue en Ligue 1.

AG: C’est vrai que c’est un peu épuisant d’être prêté chaque saison. Ils savent que vous devez déménager à la fin de la saison car vous ne resterez pas. Ce serait bien d’avoir une certaine stabilité. Je vais le chercher pour la saison prochaine. Je veux me dire qu’en fin de saison je n’ai pas à faire mes valises et à partir. Je le mérite compte tenu de mes antécédents. Je suis parti de chez moi tard à 16 ans. Cela aurait pu s’arrêter après une saison, mais j’ai persévéré. Un grand merci également à mes parents, qui étaient très importants pour moi. Ils m’ont exhorté à rester dans les moments difficiles lorsque je voulais rentrer chez moi. Ils m’ont dit de me battre, de rester, je dois passer par là pour aller plus haut. Tout cela mérite de la stabilité, à Lorient ou ailleurs.

FM: A aucun moment vous n’avez ressenti la possibilité de gagner l’Inter?

AG: L’Inter sera toujours difficile. Aussi pour un grand joueur. On peut le voir avec Christian Eriksen. Nous nous attendions à le voir face à face, mais ce n’était pas le cas. C’est toujours difficile de commencer par là. Je suis un joueur de l’Inter. Mais je préfère faire mes saisons seul. Et si un jour l’Inter pense vouloir garder le Gravillon, c’est que j’ai fait le travail et que je peux compter dessus. Je ne suis jamais vraiment entré dans ma tête. J’essaye de jouer à fond, d’enchaîner, de marquer, de marquer les fantômes. Après une journée qui sait. Maintenant, il s’agit de jouer, de montrer qui je suis et de me faire un nom.

FM: En Italie, votre nom sera reconnu après vos visites à l’Inter, Benevento, Pescara, Sassuolo ou Ascoli. En France, par contre, vous êtes arrivé de manière relativement anonyme. Cette situation a-t-elle été difficile à gérer? AG: Cette situation me convient. Je n’ai jamais joué en France auparavant. Je n’ai jamais entendu personne me vouloir ici. Quand vous venez en Ligue 1 et que vous avez une saison folle de maladie, les gens diront: « Qui est-ce? », « Quand est-il arrivé? », « Depuis combien de temps est-il ici? » Si j’ai une grosse saison, ils ont aux clubs frappent à votre porte. C’est bien d’arriver dans cet anonymat relatif. C’est encore mieux d’arriver dans un club comme Lorient qui a quatre ans de retard. Ça ne pourrait pas être mieux, c’est parfait. C’est juste à jour. faites le travail après.

FM: En cas de descente, vous voyez-vous encore à Lorient la saison prochaine?

AG: J’ai toujours essayé de monter le plus haut possible. Lorient est un club qui me tient à cœur. Nous vivons un voyage incroyable, nous faisons quelque chose d’extraordinaire. Je vous rappelle que nous avons eu 15 points en janvier. Personne n’aurait imaginé un tel retour. situation sur laquelle nous allons enquêter avec tout le monde à la fin de la saison.

FM: Avez-vous déjà eu des contacts avec d’autres clubs pour le prochain mercato?

AG: Je laisse les gens parler. J’essaye de faire mes matchs. Nous ferons les comptes à la fin de la saison.

Ref: https://www.footmercato.net

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: