World news – Australie: Facebook défie le pays en bloquant les actualités

0

Affrontement violent entre Facebook et l’Australie. Le gouvernement a réagi avec colère ce jeudi 18 février 2021 au réseau social du pays bloquant de nombreux contenus d’actualité en représailles à un projet de loi destiné à forcer le géant américain à payer les médias. Depuis jeudi matin, les utilisateurs australiens de Facebook ne pouvaient plus voir les liens d’actualités des médias locaux ou internationaux, et les personnes vivant à l’étranger ne pouvaient plus accéder aux informations australiennes.

Le secrétaire au Trésor australien, Josh Frydenberg, a qualifié l’action de Facebook de « inutile, brutale », « Va nuire à sa réputation ici en Australie ». Il a déclaré que son gouvernement était toujours « déterminé » à mettre en œuvre son projet de loi pour forcer les plateformes à payer les médias pour qu’ils reprennent leur contenu. Ce projet de loi a été adopté par la Chambre des représentants la semaine dernière et est maintenant devant le Sénat. « Ce que les événements d’aujourd’hui confirment pour tous les Australiens, c’est la domination de ces géants dans notre économie et dans le paysage numérique », a-t-il ajouté quelques heures après sa déclaration. a ajouté sur Twitter après avoir eu une « discussion constructive » avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. Plusieurs pages Facebook officielles des services d’urgence, qui alertent les gens en cas de feux de brousse, d’ouragans ou même d’épidémies, ont cessé de fonctionner.

Un porte-parole de Facebook a affirmé que les pages officielles du gouvernement ne devraient « pas être affectées » par les représailles et leur a promis de rétablir les pages qui ont été «accidentellement touchés». D’autres localités du pays ont également été touchées par cette mesure et les opérations sont revenues à la normale au fil des heures.

La directrice de Human Rights Watch Australie, Elaine Pearson, a décrit le blocus, qui a également touché des organisations non gouvernementales ainsi La propre page Facebook de HRW a été qualifiée de «tournure inquiétante et dangereuse». « Il est inacceptable de bloquer l’accès à des informations importantes pour tout un pays au milieu de la nuit », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement australien et les groupes de presse ont exprimé des inquiétudes quant à la propagation possible de fausses informations. En effet, certaines pages Facebook à l’origine de théories du complot et de désinformation ne sont pas concernées par cette mesure. Le ministre des Communications, Paul Fletcher, a exhorté Facebook à «réfléchir soigneusement» au blocage des sites des organisations qui emploient des journalistes professionnels avec des directives éditoriales et des processus d’examen de l’information. Facebook a assuré qu’il n’avait d’autre choix que de mettre en place ces informations.

« Le projet de loi a une très mauvaise compréhension de la relation entre notre plateforme et les éditeurs qui l’utilisent pour partager du contenu mis à jour », a déclaré William Easton, Responsable Facebook pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande. «Cela nous présente un choix difficile: essayer de respecter une loi qui ignore les réalités de cette relation ou arrêter le contenu de l’actualité pour nos services en Australie. C’est avec le cœur lourd que nous choisissons cette dernière solution », a-t-il déclaré.

La réaction de Facebook contraste avec celle de Google, qui a accepté mercredi de recevoir« des sommes substantielles »en échange du contenu des numéros de newsgroup News Corp. par Rupert Murdoch. Il s’agit du premier contrat de ce type signé par un grand groupe de presse. News Corp. a contribué à aider le gouvernement conservateur australien à sévir contre les géants de la technologie. Selon William Easton, Facebook a fait valoir auprès des responsables australiens que «les échanges entre Facebook et les éditeurs sont en faveur de ces derniers», générant des centaines de millions de dollars de revenus pour les groupes de presse australiens. «Malheureusement, cette législation ne fait pas cela. Au contraire, Facebook devrait être puni pour le contenu qu’il n’a pas accepté ou demandé », a-t-il déclaré.

L’initiative australienne est répandue dans le monde entier à un moment où les médias souffrent d’une économie numérique et que les revenus publicitaires augmentent. être réalisé par de grandes entreprises technologiques. Selon les autorités australiennes de la concurrence, Google capte 53% des dépenses publicitaires dans le pays et Facebook 28%, tandis que d’autres acteurs du marché, notamment des entreprises de presse, se partagent les maigres restes qui s’avèrent insuffisants pour financer le journalisme. La crise médiatique a exacerbé l’effondrement économique associé à la pandémie. En Australie, des dizaines de journaux ont fermé et des centaines de journalistes ont perdu leur emploi.

Vous pouvez toujours vous abonner à Point.

Il y avait un monde avant Facebook. Et les gens étaient au courant des nouvelles et de ce qui était important dans la vie de leurs amis. Oui oui.
Il ne faudrait que quelques mois pour se rendre compte que sans elle, nous vivons très bien. Et encore mieux. Sans la plupart des réseaux sociaux ailleurs …

Faut-il passer par FB pour connaître l’actualité? Je dois vivre sur une autre planète.

Lisez les articles dans la section Médias,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

L’actualité inébranlable du PAFL débridé de la semaine de LewinoCrash en Argentine: la France en deuil

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique de cookiesPolitique de confidentialité personnelle Archive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: