World news – « Bloody Cave »: 30 ans pour le mari trahi et 12 ans pour son complice

0

Un coiffeur a été condamné à 30 ans de prison dans l’affaire dite « de la grotte sanglante » vendredi à Montpellier pour le meurtre d’un ancien amant de sa femme, dont le corps a été retrouvé à moitié calciné dans une grotte de Sète.

Audrey Louvet, la co-accusée de ce coiffeur à domicile, Rémi Chesne, a été condamnée à 12 ans de prison pour avoir agi comme appât pour attirer la victime vers l’ancienne champignonnière désaffectée de Sète, où le crime a eu lieu mais non reconnu coupable de meurtre.

Les deux complices ont été incarcérés à perpétuité, ce qui était requis contre Rémi Chesne jeudi. Une peine de dix ans de prison avait été prononcée contre Audrey Louvet.

Rémi Chesne, 51 ans, qui, selon le procureur, était motivé par l’aventure de la victime avec son épouse, qui s’est suicidée en 2009, a depuis le début du procès et a affirmé son innocence pendant toute la durée du procès qui a été ouvert le 18 janvier.

Patrick Isoird a été porté disparu le 23 juin 2014 près de la grotte Listel à Sète et le 17 juillet dans une cavité de cette galerie souterraine du Mont Saint-Clair retrouvée: pieds et poings attachés, la boîte crânienne a explosé avec un fusil de chasse par balle. Selon le coroner, le corps a été calciné après avoir été brûlé pendant « plusieurs heures » après être tombé à moins de 50% par un pendu cm avait été congédié.

« On a évité le pire, on l’a réclamé contre la réclusion à perpétuité de cet homme. Il est condamné à 30 ans, c’est e Une peine sévère, mais ce n’est pas une sanction d’élimination », a répondu à la presse Luc Abratkiewicz, l’un des deux avocats de la défense de M. Chesne, sans indiquer si son client ferait appel ou non.

« Le secret de la grotte de Sète est le suivant La vengeance d’un blessé qui a « brutalement exécuté » un « homme bon » a été assurée jeudi par l’avocat général Georges Gutierrez et a évoqué un « scénario machiavélique ».

Patrick Isoird était l’amant de l’épouse de Rémi Chesne, retrouvé pendu la maison familiale le 5 juillet 2009, au lendemain de l’affaire. M. Isoird a alors déclaré qu’elle se préparait au divorce.

L’enquête de 2009 sur la mort de Mme Chesne avait conclu à un suicide sans exclure «l’intervention d’un tiers». Une autre enquête, qui s’est ouverte en 2017, n’a pas progressé depuis.

« L’esprit Nadège a suivi ce processus depuis le premier jour », a lancé jeudi Me Jean-Marc Darrigade, avocat de la famille de la victime / p> « J’ai fait ce que Rémi m’a dit … Je n’ai jamais pensé qu’il pouvait tuer », a assuré Audrey Louvet, 39 ans, qui a été plus tard qualifiée de « fragile » par l’expert psychiatre du barreau lors du procès et « subjuguée » a décrit une enfance « marquée par un traumatisme grave de l’enfance « , y compris un viol incestueux.

La mère de deux enfants a été libérée le 11 juin pour détention préventive excessive.

Je vous déteste! « , La femme frêle aux longs cheveux bruns a crié plusieurs fois à Rémi Chesne, qui était assis dans le box des accusés.

 » Audrey Louvet est soulagée: Pour la première fois de sa vie on a cru ce qu’elle a dit  » , a répondu vendredi son avocate Eva Fournier et a évoqué une condamnation « seule ».

Les aveux d’Audrey Louvet « vont au-delà de ce qui peut être dit, le reste est indicible, on ne peut pas imaginer ce qui s’est passé dans ce crématorium » Jeudi Me Darrigade a déploré et a souligné que la famille Isoird voulait « toute la vérité ».

Et le pénaliste qui a émis l’hypothèse: « mort dans des conditions cruelles », Patrick Isoird, a été tué par son « bourreau » ligoté pour « avoir le temps de lui parler , lisez la grimace de peur sur son visage et appréciez « .

Vendredi, après 10 jours d’un processus particulièrement éprouvant, plusieurs membres de la famille de la victime en pleurs se sont embrassés lorsque le verdict ver a été annoncé.

Consultez les articles de la rubrique Entreprise.
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

Meurtre d’Alexia: Jonathann Daval, le « gendre idéal » des assises Samuel Paty, assassiné pour avoir enseigné la liberté d’expression. Attaques de janvier 2015: un processus pour l’histoire

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: