World news – Covid-19: l’épidémie est-elle à nouveau en marche?

0
11

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté fin décembre, mais il faudra encore un certain temps avant que l’épidémie ne fasse effet – d’autant qu’à peine 20 000 personnes ont été vaccinées en une semaine et demie. En France, les pressions épidémiques restent élevées et les variantes britannique et sud-africaine du virus sont inquiétantes. Cependant, deux semaines après Noël et ses réunions de famille, il ne semble toujours pas y avoir de saut de pollution. Mais le gouvernement fonctionne avec des coquilles d’œufs. D’une part, il est encore une semaine après le jour de l’an, un autre jour férié risqué, trop tôt pour en constater les effets. Mais aussi parce que les indicateurs sont moins faciles à interpréter qu’il n’y paraît.

Le nombre moyen de cas découverts chaque jour – sur sept jours glissants – a augmenté depuis le début de la semaine: le mercredi 6 janvier, le chiffre était de 15 017. L’indicateur avait augmenté avant Noël, notamment en raison de l’explosion du nombre de tests effectués avant leur baisse variant entre 12 000 et 13 000 dans la semaine entre Noël et le nouvel an. Une baisse du trompe-l’oeil car très peu de tests ont été réalisés pendant cette période: sur chacun des deux week-ends. Pendant les longues vacances, à peine 300 000 tests ont été effectués sur trois jours, soit moins que la moyenne quotidienne des jours précédents. Le nombre moyen de cas enregistrés le 6 janvier n’avait pas été aussi élevé depuis le 24 novembre, quelques jours avant que le confinement ne soit allégé.

L’augmentation reste limitée, bien sûr, par rapport au 20 décembre en moyenne 1000 cas supplémentaires par jour – mais comme le nombre de tests a fortement chuté depuis cette date, le taux de positivité a automatiquement augmenté. Il est tombé à 2,8% vers Noël et est passé à 5,4% à la mi-décembre. Autrement dit, avec deux fois moins de tests que dans les jours précédant Noël, nous trouvons un nombre similaire de cas, ce qui suggère que l’épidémie progresse un peu plus vite que cet indicateur ne le montre.

À l’hôpital, le nombre de Covid- 19 patients de l’unité de soins intensifs continuent de baisser lentement: le mercredi 6 janvier, le chiffre était de 2616. C’est une bonne nouvelle car les projections publiées le 20 décembre par le CHRU de Nancy et la Fédération française des hôpitaux (FHF) craignaient que 3 500 à 5 000 lits en USI soient occupés d’ici le 7 janvier. Cependant, le nombre d’admissions quotidiennes de gerbe reste élevé: plus de 200 par jour, à peu près depuis le début de la semaine. Et il y a toujours un écart entre la contamination et l’arrivée en unité de soins intensifs. Le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 ne diminue pas non plus et oscille entre 1 200 et 1 700 par jour.

Dans les zones les plus touchées par l’épidémie, peu de choses ont changé par rapport aux dernières semaines. Le virus circule encore beaucoup plus fortement dans la moitié orientale du pays, notamment dans le Grand-Est et la Bourgogne-Franche-Comté, mais aussi de plus en plus dans la région sud. Dans les Alpes-Maritimes, le taux d’incidence – nombre de cas pour 100 000 habitants au cours des sept derniers jours – a atteint 340,7 au 3 janvier, contre une moyenne de 144,1 en France.

Le Jura (333,9), le Le Doubs (302,5), la Haute-Saône (287,3), les Ardennes (283,2) et le Territoire de Belfort (281,1) complètent le podium des départements avec ce taux d’incidence le plus élevé. Le taux de positivité des tests là-bas, comme dans le Jura, est parfois deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

D’autres départements ont un taux d’incidence supérieur à 200, le seuil de vigilance fixé par le gouvernement qui pourrait imposer un couvre-feu à 18h00. Il s’agit de l’Allier (227,3), du Haut-Rhin (224,8), de la Côte d’Or (218,4), du Cher (213,9), des Bouches-du-Rhône (211,3) et des Alpes-de- Haute-Provence (208,2). Les pressions épidémiques restent également très fortes en Guyane et à Mayotte, où les taux de positivité des tests sont respectivement de 9,2% et 10,7%, soit presque le double de la moyenne nationale.

Le gouvernement a déjà soulevé les espoirs des restaurateurs une réouverture le 20 janvier au vu de la situation sanitaire morose. Les stations de ski, mais aussi les lieux culturels, doivent également faire preuve de patience, alors que la date de ce jeudi 7 janvier a été initialement avancée. L’exécutif se donne certainement du temps pour évaluer l’impact de la nouvelle année sur la progression de l’épidémie. Le Premier ministre Jean Castex tiendra une conférence de presse ce jeudi à 18 heures pour faire le point et éventuellement annoncer un resserrement des restrictions dans les départements les plus touchés.

Désolé, mais vous comparez des choses qui ne sont pas comparables. C’est très bien qu’Israël ait vacciné autant de personnes, mais ils n’ont pas choisi de vacciner l’EHPAD en priorité. C’est une stratégie différente. Pendant ce temps, Israël, avec 10 à 15% de la population couverte par le vaccin, est loin d’avoir une couverture suffisante pour éviter une nouvelle vague. Les 60% de villes brésiliennes infectées ont malgré tout connu une deuxième vague. Nous sommes loin de l’immunité de groupe par la vaccination.
Oui, il y a des lacunes au début de la campagne, mais actuellement aucun pays n’est au niveau de l’immunité de groupe par la vaccination. C’est également le cas de notre voisin allemand. Les pays européens ont regroupé les commandes. Bien sûr, cela ralentit le rythme et le nombre de doses pour la France et l’Allemagne, mais cela permet également aux États moins riches d’avoir accès au vaccin. Et c’est une grande solidarité. Alors d’accord pour vacciner et accélérer le plus vite possible, mais à partir de là, réclamer la vaccination empêcherait une troisième vague pour le moment, non. C’est une illusion de croire que l’on peut vacciner plus de 30 millions de Français et plus de 40 millions d’Allemands en seulement deux mois. Soyez strict une fois de plus ou vous allez mettre les gens de l’opposition qui sont contre le vaccin qui vous liront.
Quelles sont vos sources pour le délai de 2 mois au Royaume-Uni? Je ne parle pas d’un article de presse, mais d’un institut d’épidémiologie.

Comment expliquez-vous que la France vaccine 5 000 personnes par jour alors qu’Israël en vaccine 150 000?
cette priorité est donnée aux Ephads, pourquoi pas, et très bien, ils empêchent néanmoins la vaccination de ceux qui le demandent?
Nous aurons 1,5 million de doses pour 15 000 vaccinés d’ici la fin de la semaine!
Notre organisation est un fiasco!
Exemple spécifique aux États-Unis: il restait 2 canettes dans une pharmacie, le pharmacien a appelé 2 jeunes dans la rue, leur a demandé s’ils étaient d’accord pour se faire vacciner, ils ont répondu oui et la vaccination a eu lieu en La France est IMPOSSIBLE! Il faudrait demander à 5 organismes, avoir le cachet ARS, demander l’avis d’un médecin, attendre 5 jours pour l’approbation …
Le gouvernement français rabaisse la France!
La France se trouvera dans une position très délicate après la pandémie: déficits colossaux, une dette de 5 000 milliards d’euros avec des engagements hors bilan.

Les courbes sont trompeuses.
On parle d’un plateau, mais ce sont des gens qui ne savent pas comment l’anticiper.
Une courbe exponentielle commence toujours par quelque chose qui ressemble à un plateau. Il est presque horizontal, qu’il s’agisse d’une courbe croissante (R0 supérieur à 1) ou décroissante (R0 inférieur à 1).
Alors les gens qui ne connaissent pas les exponentielles ou les «spécialistes» qui ne savent pas anticiper reportent toujours et alors ils sont trop tard des catastrophes.
Ils répètent en boucle que « pour le moment on est sur un plateau » et trouvent ça très pratique, sans se demander s’il s’agit d’un plateau légèrement montant ou descendant … ET 15 jours ou 3 semaines plus tard c’est il est trop tard, la courbe est emportée.
Vous ne pouvez pas interpréter le «plus tard» d’une exponentielle.
Pour le moment, je n’ai vu que quelques rares scientifiques qui ont correctement interprété les «plateaux» en croissance et en déclin.

Lisez les articles de la section Santé,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

Covid: le temps de la deuxième vagueCovid-19: le fantôme de la deuxième vagueDidier Raoult, le spécialiste des maladies infectieuses devenu viral

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]